Blog

La recette du far breton

Alors, non, je ne me reconvertis pas en blog de recettes de cuisine. Mais comme ça fait un bout de temps que je parle de far breton (c’était le nom de code de mon dernier roman) et qu’on me réclamait la recette, il me fallait absolument la partager ici. J’ai… Lire la suite »La recette du far breton

Les bijoux de l’Onirographe

Si vous me connaissez depuis un moment, vous savez que j’aime bijouter et que j’ai tenu deux boutiques au fil des ans : la première, Unseelie, a été ouverte pendant presque 5 ans et proposait des bijoux d’inspiration étrange et féerique, avec des pierres naturelles transformées en bijoux par la technique du wire wrapping. La seconde, OXYDE Jewelry, était plus contemporaine, avec ses bijoux en acier et pierres noires, et surtout les pendentifs bruts créés à l’aide d’un mélange maison et secret de béton et de résine. J’ai beaucoup aimé ces deux expériences, très différentes l’une de l’autre, car j’ai appris plein de choses et ai eu l’occasion de rencontrer, virtuellement ou non, des gens qui me suivent encore aujourd’hui (je vous kiffe).

Unseelie – bijoux étranges & féeriques

Malheureusement, un certain nombre de petites choses m’ont poussée à fermer boutique par deux fois : déjà, je ne pouvais pas mener de front l’écriture, le bijoutage et l’illustration. Ce ‘problème‘ est réglé depuis longtemps puisque j’ai laissé tomber les crayons et les pinces pour me consacrer entièrement à l’écriture. Ensuite, les réseaux sociaux ont beaucoup changé, la visibilité des petites entreprises a pris cher et il était difficile de maintenir le cap (pour Unseelie, je ne voulais pas travailler plus pour compenser cette baisse de visibilité ; pour OXYDE, je n’ai malheureusement pas été capable de constituer une clientèle à cause du style contemporain de mes bijoux, qui n’est pas vraiment tendance) (sauf s’il l’on travaille avec des métaux précieux mais ça n’était pas possible). Pour terminer, à l’époque d’Unseelie, j’en ai eu assez de voir des tas d’autres boutiques ouvrir et faire la même chose que moi, ce qui a été la goutte d’eau qui m’a poussée à prendre mes clics et mes claques et à me tailler.

OXYDE Jewelry

Retour aux sources !

Malgré tout, j’ai conservé mon matériel (mes pinces, mes bobines de fil, mes boîtes de perles ❤) et je n’ai pas réussi à me décider à le vendre ou le céder. Je l’ai ressorti de temps à autre pour faire des bijoux pour moi, et parfois pour en vendre, mais sans l’optique de m’y remettre sérieusement. Ça me démange depuis longtemps pourtant, parce que même si je suis heureuse de pouvoir écrire à temps plein, il manque cette activité artisanale qui m’a toujours permis de me vider la tête et de créer sans avoir à réfléchir. Finalement, je me suis décidée lorsque j’ai annoncé la fin de l’auto-édition de mes livres : et si je proposais de nouveau des bijoux de temps en temps ? J’ai pu constater aussi qu’il y avait une certaine demande de la part de mon ancienne clientèle (parfois plus que pour mes livres !), c’est ce qui m’a décidée pour de bon. Et puis, j’ai toujours adoré les jolis cailloux colorés, je suis une accro des perles (en verre ou en pierres semi-précieuses), et il n’y a rien que j’aime tant que le wire wrapping.

Lire la suite »Les bijoux de l’Onirographe

La genèse d’Onirophrénie

Comme souvent quand un nouveau bouquin va paraître, je me fends d’un billet pour vous en parler, et vous raconter les origines de cette histoire, de son personnage principal, Lili, ainsi que quelques anecdotes. Et ici, il y a beaucoup à dire sur Onirophrénie… Accrochez-vous, c’est une tartine.

Aux origines… le Prunellier

Impossible de vous parler de Lili sans évoquer l’origine des marcheurs de rêves… que certain·es d’entre vous connaissent déjà, puisque la toute première marcheuse de rêves de mes histoires s’appelle Layelis. Elle apparaît dans le recueil Le Rêve du Prunellier, dans la nouvelle D’hiver et d’ombres plus exactement. Ma magicienne des glaces, qui a beaucoup évolué ces dernières années, passe de son monde au nôtre par le biais de ses rêves, pour demander de l’aide afin de sauver son monde en ruines. Plus tard, j’ai imaginé d’autres marcheurs de rêves, comme Filius ou Goran, pour le beau livre Les Chroniques de l’Épine Noire (reprenant mes illustrations et les textes du Rêve du Prunellier + des nouvelles bonus), formant ainsi une sorte de confrérie de Voyageurs qui visitent d’autres mondes dans leurs rêves. Les marcheurs de rêves étaient nés.

Ce que je voulais, c’était faire en sorte que ces marcheurs de rêves soient présents dans tous les mondes possibles, dont le nôtre. Et la première, c’était Lili.

L’attrape-rêves cassé

Petit interlude : j’ai toujours voulu utiliser le format ‘blog‘ pour raconter des histoires, poster des articles qui paraissent écrits de la main d’une vraie personne pour relater un truc, un événement surnaturel ou je ne sais quoi. J’ai eu trois projets de ce genre, jamais menés à bien parce que trop bancals. Et l’un de ces projets, c’était le blog d’une jeune femme possédant le pouvoir des rêves, voyageant de monde en monde, dans les esprits des gens, découvrant le passé et l’avenir. Bref, la première marcheuse de rêves de notre monde, tout du moins la première que j’ai créée. Je l’ai appelée Lili car j’écoutais beaucoup U-Turn d’AaRON à l’époque, et ce prénom entrait dans une suite de prénoms particuliers, basés sur la même étymologie (Lilith, Layelis, Lili, Layla, Leïla, qui sont des personnages de mon Grand Projet). Finalement, si le blog a été installé, il n’a jamais vraiment été utilisé, et le projet est tombé aux oubliettes. Mais pas Lili : j’ai écrit une nouvelle en reprenant des bouts de textes çà et là, ce qui a donné L’attrape-rêves. Puis Lili est apparue dans L’Épine Noire, ce fameux roman dont je vous bassine depuis longtemps et qui reprend l’histoire du Rêve du Prunellier, ce qui a suffi pour que je décide d’en faire un de mes personnages récurrents. À partir de là, d’autres nouvelles ont été écrites : Pluie & Rouille (qui est la réécriture d’un très vieux texte, paru dans sa 1ere version dans Le Rêve du Prunellier), La Boussole, et enfin La balade des marcheurs de rêves.

La Boussole, en particulier, est un texte très personnel, parce qu’il prend place dans un lieu que j’ai bien connu (le lycée Lapérouse à Nouméa) et raconte de façon romancée une journée particulière de mon adolescence : une bête heure de libre durant laquelle toute ma classe s’est réunie pour faire des exercices de je ne sais plus quoi. Ça s’est passé pendant ma dernière semaine en Nouvelle Calédonie, juste avant que nous déménagions pour retourner en métropole, ma famille et moi. J’ai voulu raconter ce moment particulier, entre joie de se retrouver ensemble et peine de partir, et j’ai esquissé le passé de Lili en me calquant sur mes propres souvenirs. C’est pour cette raison que j’ai tendance à dire que Lili est mon souffre-douleur : si tous mes personnages représentent un bout de moi, elle, elle est carrément mon alter ego, et le biais par lequel je raconte certaines choses qui m’ont blessée. Je ne sais pas si je fais bien de procéder ainsi, mais en fin de compte, je n’ai pas écrit mes autres histoires différemment ; il y a juste que, pour celle de Lili, j’ai puisé dans des événements que j’ai vécu, les racontant au premier degré.

Pour la petite histoire, c’est aussi ce jour que l’on m’a offert mon collier en forme de pentacle, que l’on retrouve sur mes photos et dans mes autres histoires.

Lire la suite »La genèse d’Onirophrénie

La genèse d’Oracles

Attaquons un gros morceau  : aujourd’hui, j’ai l’intention de parler d’Oracles. Je ne considère pas forcément ce roman comme mon meilleur mais en tout cas, je crois qu’il s’agit de mon préféré, et je ne sais pas trop pourquoi. Peut-être à cause de son protagoniste, mon Oxyde d’amour à moi, principal… Lire la suite »La genèse d’Oracles

La genèse d’Elisabeta

  • Archives

La dernière fois, je vous ai parlé de la genèse de Tueurs d’anges. Aujourd’hui, c’est au tour d’Elisabeta, à l’occasion de la sortie officielle du livre et de sa nomination aux Wattys 2017, grand concours organisé sur Wattpad ! Ce billet est garanti sans spoiler…

J’avais pensé dans un premier temps vous parler d’Oracles (la préquelle de Tueurs d’anges) mais ce texte ne sera publié que l’année prochaine, j’ai donc le temps de peaufiner ce futur billet (c’est qu’il y en a, des choses à dire sur Oracles !). Du coup, la question  : comment en arrive-t-on à écrire une brique comme Elisabeta alors qu’on n’est pas fan de vampires à la base  ?

Parce que l’idée, c’est bien ça  : je n’aime pas particulièrement les vampires. Pas que je les déteste, mais ce n’est pas une créature qui a ma préférence, je n’y connais pas grand-chose et je suis loin d’être une spécialiste. Ça reste malgré tout l’un des thèmes que j’ai le plus lu car on est en plein dans le fantastique et le fantastique, c’est ce que je préfère. D’ailleurs, l’un de mes romans favoris est Âmes perdues de Poppy Z. Brite… et je serais bien incapable de vous dire s’il m’a inspirée ou pas.

J’ai eu la bonne idée de me dire un jour, en pleine folie Twilight, que ça pourrait être sympa d’écrire un roman qui parlerait de vampires. Un défi, en somme, pour voir comment je traiterais le sujet.

Dissidenti

le manuscrit de Dissidenti

Au fond, le manuscrit de Dissidenti

Je l’ai écrit en 2012  : il s’agissait d’un roman très court (200 000 signes) intitulé Dissidenti, le premier roman que je terminais. Dissidenti était… nul à chier. Une fin approximative, une intrigue bateau, un milieu absent, une plume, mon dieu, une plume… absolument naze. Je n’ai jamais osé le relire pour de vrai depuis. Mais je l’ai gardé, parce que c’était le premier. Il y avait peut-être matière à le retravailler.

Ma vision des vampires a toujours été la suivante  : une société très ancienne qui vit parmi nous, cachée, fondue dans les moindres strates de notre monde, pleine de rituels, et forcément archaïque et aliénée par ses propres lois. Pas la version ‘biologique‘ du truc (du genre le vampirisme est un virus, une maladie qui se transmet, comme dans The Strain), mais la version ‘magique‘, ésotérique. En ce sens, la série des films Underworld m’a toujours beaucoup plu (j’adore le 3e épisode)  (et Rhona Mitra) (et Michael Sheen) pour son organisation millénaire (faire régner alternativement Viktor, Amélia et Markus était une idée de génie vraiment pas assez exploitée).

Dans le même temps, j’ai toujours pensé que si une société magique, immortelle et surtout ‘maléfique‘ comme celle des vampires existait, l’Église ne pourrait pas s’empêcher d’y mettre son nez. Je voulais mêler le religieux à ma société vampire, jusqu’à ses fondations. Et dans ma tête, qui dit Église dit Rome, et qui dit Rome dit Italie. Mes vampires, pour la plupart, devaient forcément être des Italiens. Un possible hommage à mes lointaines racines italiennes, aussi… Alors que je n’y ai jamais mis les pieds  !

Bref, partant de ça, j’ai imaginé une loi archaïque et injuste, celles des Gemelli  : des mortels (issus de familles à leur service) qui deviendraient la source de sang exclusive de vampires dans le seul but de refréner leurs pulsions meurtrières. Le mortel vit chez le vampire, ce dernier se nourrit exclusivement de lui et en échange, il lui offre un toit et une vie agréable et sans (trop de) contraintes. L’héroïne de Dissidenti s’appelait Giovanna, elle découvre à la fois l’existence des vampires et son obligation future de devenir Gemella, qu’elle accepte uniquement pour éviter à sa sœur de prendre sa place. Giovanna se rend donc chez Luciano*, son Gemello, qu’elle apprend à connaître au fil des mois… Mais tout bascule un jour quand un vampire l’agresse et lui donne de force l’immortalité. Et comme les plus anciens immortels exécutent tous ceux qui deviennent éternels sans leur autorisation… Elle doit donc faire attention à ses fesses.

Malgré la faiblesse du texte et de son intrigue, j’étais assez convaincue à l’époque qu’il y avait quelque chose de sympa à faire avec. C’est pour cette raison que je l’ai conservé sur mon ordinateur avec la promesse de le reprendre un jour. Je ne pensais pas que je le ferais aussi tôt  !

* Petite note : Luciano est aussi un personnage de Notre-Dame de la mer et ça n’a strictement aucun rapport. J’avais juste oublié que j’utilisais ce prénom dans un autre texte… Par contre, le nom de famille de Luciano le vampire est le même qu’un autre personnage de mes romans (et de mes nouvelles), ce n’est pas par hasard car ils font partie de la même famille (mais qui est-ce ?).

Lire la suite »La genèse d’Elisabeta