Onirophrénie, l’histoire de l’attrape-rêves cassé

12 juin 2017

C’est en me traînant une étrange fièvre inexpliquée que j’ai terminé l’autre jour Onirophrénie, un machin post-apo un peu bizarre de 420 000 signes. Ce texte n’était pas prévu (parce que, je ne sais pas si vous avez oublié, mais je devais bosser sur la publication de Tueurs d’anges à la place, et me remettre au travail sur les notes de L’Épine Noire, mon projet fantasy), il est venu un peu comme ça, comme une envie soudaine. D’ailleurs, je n’ai pas l’intention de le retravailler et de le corriger de sitôt, il fallait juste que je l’écrive. Il fallait que les mots sortent.

Onirophrénie, c’est l’histoire de Lili, ma marcheuse de rêves, que vous connaissez déjà si vous avez lu la trilogie de nouvelles L’attrape-rêves, dans Fêlures, ou La balade des marcheurs de rêves. Ce dernier texte, d’ailleurs, c’est une introduction à son histoire, les premières pages d’Onirophrénie reprennent presque mot pour mot les dernières pages de la nouvelle. L’on découvre comment Lili survit pendant les 600 jours de la fin du monde, en compagnie de Fañch, un ado jeté dehors par ses parents quand ils ont découvert son homosexualité, et comment elle vivote comme elle le peut, en prise avec son pouvoir capricieux de marcheuse de rêves et ses chagrins jamais réglés. Ce qui, au final, revient au même : les rêves ne sont que l’expression de la psyché humaine, ce qui signifie que son don si particulier se confond avec ses peines.

Ce texte n’est pas vraiment drôle, pour tout dire. Surtout, il est personnel, presque autobiographique sur certains aspects. J’en ai eu besoin et c’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai dû l’écrire là, maintenant, tout de suite. J’y ai détruit Rennes, j’y ai détruit Nantes, j’y ai marché sur ses routes cendreuses, fiévreuse quasiment tout le temps de sa rédaction. L’effet de mimétisme est tel que je suis tombée malade le jour où j’écrivais que Lili tombait malade (et à l’heure où j’écris ces lignes, je le suis toujours). Je ne considère pas que ce roman soit très intéressant, il n’est pas le plus palpitant, ça c’est clair (déjà que mes textes ne le sont pas beaucoup, en règle générale…), c’est une sorte de long monologue qui dure 600 jours. C’est pour ça qu’il est possible que je le propose uniquement sur Wattpad quand je l’aurai corrigé (avant la fin de l’année, je pense), parce que je ne me vois pas le commercialiser… Ou alors en numérique uniquement, et à tout petit prix. Comme ça, pas d’excuse et pas de regrets :) Je vous en parlerai en temps voulu, de toute façon.

A suivre : il est possible que je vous propose Elisabeta en version papier avant la publication de Town (en gros, je décalerai Tueurs d’anges de quelques mois), le temps que je me soigne, que je règle les derniers détails à propos d’Oxyde Jewelry, et je m’en occupe :)

Pas de commentaire

Répondre