Processus d’écriture

NaNoWriMo 2018 : ma méthode pour faire mon plan

Le plan fini

C’est bientôt le NaNoWriMo, on est le 26 octobre, et j’ai terminé mon plan ! En partageant la photo du bidule sur Twitter et sur Instagram, j’ai reçu quelques messages dans lesquels on me demandait comment je faisais. C’est vrai qu’en général, on partage souvent des méthodes pour élaborer des intrigues ou pour écrire des synopsis, mais les plans ? Rien. Que dalle.

J’ai mis longtemps avant de trouver ma propre technique. Il a fallu essayer des trucs un peu hasardeux qui convenaient mais pas à 100 %. Je l’utilise vraiment depuis Onirophrénie, et sont aussi concernés Les fantômes de Ker ar Bran, Érèbe version longue et Remington (le roman que j’écrirai pendant le NaNo). Oui, que des trucs que vous n’avez pas lus (les romans plus anciens sont bien plus brouillons et mal foutus).

Bref, je vais vous montrer tout mon boulot de préparation de A à Z. J’avais déjà un peu parler de ce processus dans ce billet.

Quelques petites précisions :

  • Je suis une control freak absolue, une architecte hardcore qui va jusqu’à dessiner les moulures du plafond sur le plan de sa maison, ou le motif de la tapisserie. Les dites tapisseries ne sont pas définitives, elles peuvent changer pendant la rédaction du roman mais en amont, j’ai besoin de tout contrôler de A à Z. C’est comme ça que je fonctionne et je ne peux pas faire autrement (autrement dit, si vous n’avez pas besoin de tout savoir de votre intrigue ou si vous êtes carrément jardinier·e et que vous vous lancez au talent, ce qui suit risque de vous paraître un chouïa psychorigide).
  • La forme de tout ce bazar change selon les romans : parfois je fais ça sur des feuilles volantes, d’autres fois sur un cahier (c’est le cas ici), parfois même je travaille sur ordinateur (sur LibreOffice ou Scrivener). Ça dépend du moment et de l’envie mais le principe reste le même (j’ai tendance à préférer faire la préparation à la main, sur du papier avec des stylos, parce que mon cerveau imprime mieux) (et ça permet de garder des souvenirs).
  • Le taux de réussite n’est pas de 100 % : une fois le premier jet terminé, il manque souvent des infos, des révélations, ou même carrément des points de vue (si je vous dit que dans le premier jet d’Elisabeta, il n’y avait que le point de vue de Saraï, vous me croyez ?). Pas grave, ce n’est que le brouillon.

Bon. Allez. Je vous préviens, ça risque d’être long parce qu’on part du début.

Pré-requis : connaître la méthode du flocon ; avoir une idée de ce qu’on veut écrire.

Lire la suite »NaNoWriMo 2018  : ma méthode pour faire mon plan