Onirography

Latest Posts

Ray Velcoro + des news

velcoro1

Hmm, il y a beaucoup trop de poussière, ici. Voilà un moment que je n’avais pas déposé d’illu sur mon site… Si j’en crois les dates, la dernière a été postée en octobre dernier ! Et je dois avouer que je n’ai quasiment pas sorti ma tablette graphique depuis tout ce temps.

A l’heure où ma boutique est devenue mon vrai boulot (avec ses contraintes, ses obligations, etc), il a fallu faire des choix, et le choix a été fait de privilégier l’écriture. Je ne regrette pas : le Camp Nano de juillet s’annonce, et je vais donc commencer mon deuxième roman de l’année (sais pas lequel, encore). J’ai dû faire le deuil de l’illustration, j’ai eu les boules de le faire, mais maintenant, ça va. Surtout quand je décide sur un coup de tête de retenter un truc avec mon stylet, et de constater que je n’ai pas tout perdu (c’est comme le vélo, ça revient vite !).

A peu près à la même époque l’année dernière, je me retrouvais scotchée à True Detective, et ai réalisé dans la foulée un portrait d’un des personnages (go here). La deuxième saison a commencé, je crois bien que je la préfère à la première pour le moment, en plus… Du coup,  comme je le disais plus haut, j’ai eu envie de sortir la tablette graphique, et de faire le portrait d’un de ces sales types. Ça nous donne Ray Velcoro (génialement incarné par Colin Farrell, sur lequel, apparemment, on n’a pas misé beaucoup).

velcoro1

Alors, avant que vous me disiez que c’est cool, sachez que j’ai décalqué sans vergogne le visage du monsieur : j’avais juste envie de peinturer un peu dans Toshop, sans me prendre la tête (et, avant de râler et de crier à la tricherie, sachez qu’un certain nombre d’illustrateurs utilisent sans aucun scrupule des tas de photos dans leurs illus, qu’ils repeignent par-dessus. Alors zut).

Bref, cette parenthèse de quelques heures hier soir m’a fait du bien, en particulier de voir que les skills ne m’ont pas quittée totalement après presque un an sans rien faire.

A part ça : j’ai envie de remettre en route Oniro, d’en faire une sorte de journal, je ne sais pas trop. J’ai envie d’écrire dessus, de partager des trucs, mais je ne sais pas encore quoi. Le Rêve du Prunellier va bientôt disparaître de la boutique, car je l’ai entièrement retravaillé, et l’ai transformé en roman (qui n’a plus grand chose à voir avec le recueil de nouvelles). Ce roman est en cours de relecture (merci Célie, merci Andoryss !), et j’attends des retours, pour ensuite me pencher dessus une dernière fois, et le soumettre à des éditeurs. J’ai aussi proposé une nouvelle pour une anthologie, et faire des plannings sur les dix ans à venir… J’espère même, avant la fin de l’année, m’occuper d’un scénario pour la BD (devinez avec qui ?). Ce qui est sûr, c’est que les idées ne manquent pas. Le temps, par contre… c’est une autre histoire.

Ah, et pour finir : les soldes ont commencé sur ma boutique, avec tout plein de bijoux à petit prix, et la dernière chance d’acquérir Le Rêve du Prunellier, à 2€ ! Rendez-vous sur Unseelie.fr !

A bientôt !

Les Chroniques de l’Épine Noire – La précommande !

couverture1

Bonjour bonjour !

Comme promis, je vous propose de précommander le beau livre des Chroniques de l’Épine Noire, dont je vous ai parlé ici. Voici les infos :

A propos du livre :

Il s’agit d’une intégrale de tout ce que j’ai réalisé (jusqu’à il y a peu) autour du Prunellier. Nouvelles, illus et autres petites choses, réunies dans un beau livre qui ne devait pas être mis en vente (mais je suis gentille !). Je vous en propose donc quelques exemplaires, qu’il vous faudra précommander. Le livre n’entre pas dans le circuit de l’autoédition (pas d’ISBN ni de dépôt légal), il n’en sera imprimé que le nombre d’exemplaires précommandés (une vingtaine peut-être, et encore), et quelques exemplaires pour moi. Lorsque la précommande sera passée, il n’y en aura donc plus du tout dans la boutique, ni ailleurs.

Vous trouverez dans ce livre les nouvelles du Rêve du Prunellier, celles que j’ai proposé gratuitement sur mon site (et qui ont été désactivées), plein plein d’illus, ainsi que quelques notes des mystérieux Voyageurs. Cela donne :
– Les nouvelles du Rêve du Prunellier : Un goût de pluie et de rouille, Dies Irae, La forêt d’Adria, D’hiver et d’ombres, Funambule, Poe, Blackthorn, et Layla des Tours
– Les nouvelles offertes : Amelia des Tours, Notre-Dame des Ombres, et Le grain de sable
– 34 illustrations tout en couleurs
– Quelques notes & autres mystères.

En dehors de ces notes (au nombre de 4), le contenu n’est pas inédit : tout a déjà été proposé à la vente, ou gratuitement sur mon site.

Le bouquin comporte des défauts, parce qu’il s’agit d’impression à la demande, et que la qualité n’est pas optimale : il peut y avoir, sur certaines pages d’illustrations, des marges blanches. Vous êtes prévenu·e·s, et il ne s’agira pas d’un motif légitime de retour. Les livres seront tous contrôlés, bien entendu.

A noter aussi que les nouvelles ont toutes été corrigées, et mises en cohérence. Alors, ce que j’entends par là : j’ai modifié quelques petites choses, des détails, afin de rendre cohérents ce que j’ai imaginé dans les nouvelles. Il ne s’agit pas de grand-chose, mais pour moi, c’était important (et je répète que le livre ne devait être imprimé que pour moi !). Cela ne changera pas la compréhension globale du livre, et cela ne privera pas les lecteurs du Rêve du Prunellier d’infos brûlantes et essentielles (non, pour ça, il y a autre chose qui viendra plus tard… peut-être). Disons que les personnes qui liront les Chroniques auront peut-être un haussement de sourcils en se disant ‘ah, oui, tiens’. Voilà.

Le bouquin est donc un beau livre de 21 x 29,7 cm, de 172 pages, et couverture rigide. Il fait presque 1 kg. Il sera numéroté, signé, et dédicacé si vous m’en faites la demande. Il coûte 70 €.

A propos de la précommande :

Je lance donc la précommande à partir d’aujourd’hui. Elle prendra fin le 1er mai (ce qui vous laisse donc un mois). Dès la fin de la précommande (le lendemain, sûrement), je lancerai l’impression (qui se fait à la demande), et je recevrai les livres d’ici 7 à 10 jours. Le temps de les recevoir, de les signer, dédicacer, emballer, vous les recevrez donc vers la mi-mai. Je tiendrai au courant, de toutes façons, les personnes qui commanderont.

Je suis disposée à accepter les annulations de commande, jusqu’au jour de fin de la précommande (soit le 1er mai). Ensuite, il s’agira du délai de rétractation classique, 15 jours après la réception de votre livre, SAUF si le livre est dédicacé (les articles personnalisés ne sont ni repris ni échangés).

N’hésitez pas à me poser vos questions si jamais :)

Pour précommander le livre, c’est par là, sur la boutique. Les paiements acceptés sont Paypal, CB, virements bancaires, et chèques personnels. Pour l’expédition, vous pouvez choisir un envoi Lettre classique, prioritaire ou suivie, mais aussi un colissimo (c’est un gros livre lourd, les frais d’envoi seront évidemment élevés).

Abyss – The Universe

Abyss The Universe

Bonjour bonjour,

le déménagement tant attendu a commencé, nous voilà en train de poncer des murs avant de les peindre et de déplacer nos affaires. Il me tarde de pouvoir enfin poser l’atelier d’Unseelie et mon ordi, afin de me mettre enfin aux corrections de ‘Nuages’, un roman terminé il y a quelques semaines.

aby2

En attendant… Il est temps de vous montrer un livre auquel j’ai participé ! Et pas pour des illus, cette fois…

Il s’agit d’Abyss – The Universe, un beau livre adapté du jeu Abyss : ce jeu remarqué a été imaginé et conçu par Bruno Cathala et Charles Chevallier, illustré par mon Cher et Tendre Xavier Collette, et édité par Bombyx. Suite au succès de ce jeu, un livre en a été tiré, présentant les illustrations en plus grand format, montrant croquis et autres works in progress. Le livre est ‘illustré’ par de courts textes imaginant la vie et l’histoire des personnages d’Abyss — une course au pouvoir. Parmi les auteurs de ces textes se trouvent David Calvo, Thomas Hervet, Mathieu Gaborit, Lionel Davoust, et moi-même. On trouve également dans les pages du livre présentations des auteurs, détails sur les inspirations et clins d’œil, quelques bonus… Par exemple, une très belle sculpture réalisée par Cyril Roquelaine, et un collier fait par Bibi, que je vous ai déjà montré d’ailleurs, les Perles d’Abyss.

aby1

Beaucoup de gens biens et talentueux, parmi lesquels je suis heureuse de me trouver, à ma hauteur de jeune Padawan — il s’agit de mes premiers textes ‘adultes’ publiés ‘pour de vrai’. Le faire aux côtés des textes de Lionel Davoust (que je croise de temps à autre dans nos contrées rennaises) et de Mathieu Gaborit, voilà qui me met en joie !

Les deux textes que j’ai écrit pour l’occasion illustrent les cartes de l’Opportuniste, parmi les Politiciens, et la Gardienne, parmi les Cultivateurs. Je ne pouvais pas, d’ailleurs, ne pas m’occuper de cette Gardienne qui devait être, au départ, une Bijoutière. C’est d’ailleurs pour ce personnage que j’ai réalisé le collier des Perles d’Abyss, que l’on retrouve dans le texte écrit pour elle. La boucle est bouclée ! 

aby3

aby4

Le livre en lui-même est un bel objet joliment sombre et aquatique, regorgeant de créatures marines étranges et fourbes. Un format carré, avec une couverture rigide qui fera un bel effet parmi d’autres livres d’illustrations (ça manque tellement en ce moment !). Et, évidemment, les illustrations de Xavier sont toutes plus belles les unes que les autres ! (suis-je seulement objective ?).

Le livre sera en vente mercredi 11 mars, dans les boutiques spécialisées en jeux de société et jeux de plateau, et aussi, je crois, dans certaines librairies. Vous pourrez aussi le trouver en ligne. Xavier en vendra quelques exemplaires dans sa toute nouvelle boutique, qui ouvrira bientôt (je vous en parlerai à ce moment-là).

abyssa10

Abyss – The Universe
172 pages – N° ISBN : 978955187807
Édité par Bombyx

Le site d’Abyss

Le livre de l’Épine Noire

banfb

Bonjour !

Dans un précédent article, celui du bilan de 2014, j’ai parlé des différents projets qui allaient m’occuper en 2015, dont un petit plaisir perso : j’avais envie, depuis longtemps, de réaliser, pour moi, une version intégrale de mes Chroniques de l’Épine Noire, sous la forme d’un gros livre illustré. Je m’y suis attelée de suite, et le voilà arrivé !

couverture1

Cela donne un bon gros livre comme je les aime (et que je désespère de revoir en rayon… où sont passés tous ces beaux livres de féerie ?), un format A4 à la couverture rigide. Il fait 172 pages et est tout en couleurs (qui, pour une fois, ne sont pas dégueu).

livre1

Pour tout dire, il n’y a pas grand-chose d’inédit à l’intérieur… J’y ai mis toutes les nouvelles déjà écrites (celles du Prunellier et celles que je laisse à votre disposition ici-même), une bonne partie des illustrations également (sauf les plus anciennes), et quelques petites notes annonçant la suite. J’ai également ajouté des corrections : sur les coquilles que j’ai pu traquer, sur la cohérence aussi. Ça change quelques perspectives, par rapport à l’histoire… et ça pose les bases pour autre chose. Et puis il ne s’agissait pas de faire un nouveau livre dans l’univers du Prunellier, mais juste de me faire plaisir en m’offrant cette édition qui, en fait, devait être unique ! Je déteste les éditeurs qui sortent un livre et qui, un an après, le sortent de nouveau en ajoutant du contenu (illustrations, ou histoires, ou les deux, ou plus belle fabrication… ça se voit beaucoup en BD), cela me donne l’impression qu’ils prennent les lecteurs pour des vaches à lait. Je ne veux absolument pas faire la même chose : même si une révision du texte du Prunellier serait une bonne chose, je ne veux pas léser les acheteurs du livre.

Le livre comporte les défauts de l’édition à la demande : quelques soucis de découpage du papier (certaines illustrations ont un bord blanc), l’illustration de couverture n’est pas centrée, et… le prix. Le bouquin coûte cher à la fabrication, c’est la raison pour laquelle il n’a pas de n° ISBN et qu’il ne sera pas mis en vente dans la boutique. Un tel livre devra avoir un prix de vente d’un minimum de 70 € si je ne veux pas perdre de l’argent… Et je n’ai pas envie de mettre en place une souscription pour un livre sur lequel je n’aurais pas de marge (je le fais déjà avec Le Rêve du Prunellier, si vous voulez tout savoir).

Mais… comme je sais que certain·e·s d’entre vous voudront tout de même avoir ce livre, je vais tout de même y réfléchir. Cela dépendra du nombre de personnes à m’en faire la demande (à ce propos, si vous le voulez, contactez-moi par email : rozenn(a)onirography.com ). Peut-être que je ferai un tirage ultra limité (genre 10 ou 20 exemplaires), du genre ‘édition prestige’ avec des trucs dedans. A voir, donc !

Voici quelques photos de la bête :

Voilà !

ps : pas la peine de me demander si je compte refaire des Onirographes : ce n’est pas au programme pour l’instant :)

Entre les toiles d’araignée…

bilan1

Effectivement, il faut passer à travers les toiles d’araignée de ce site laissé à l’abandon pour poser quelques mots ici… J’ai lamentablement délaissé Oniro ces derniers mois, pour plein de raisons différentes…

Pour tout dire, ma boutique me prend tout mon temps. Quand j’ai ouvert Unseelie, c’était plus par envie de bricoler des petites choses et de partager mon temps entre ce que j’aime, à savoir l’illustration et le bijoutage. Mais c’est sans compter cette grosse remise en question quant à mon boulot d’illustratrice, et l’ampleur qu’a pris la boutique…

L’illu

Pour avoir mis le pied dans l’illustration dans l’édition, j’ai appris que ce n’était pas le travail rêvé (mais au moins, j’ai testé !). Travailler pour les autres est bien trop stressant. C’est également mal payé la majeure partie du temps, et un certain nombre de choses parfaitement irritantes a fini par me faire reculer : on demande un style ou un univers à un illustrateur, sans prendre en compte son style et son univers propres, on partage sur le net le résultat final avant même de le prévenir de ce partage, etc. Ça ne vaut pas le coup. Je suis heureuse des quelques travaux réalisés jusqu’ici, et je ne le regrette pas, mais c’est ce qui se passe autour qui me déçoit. J’ai aussi pris conscience de mes limites, de mes lacunes, et je n’ai pas l’envie, à bientôt 30 ans, de consacrer du temps à combler ces lacunes alors qu’il y a beaucoup d’autres choses à faire.

L’illustration, donc, a repris sa place de hobby, et j’ai moins de temps à m’y consacrer. Peut-être que, plus tard, je me remettrais dedans, avec cette fois mes propres objectifs en vue, mes propres univers à mettre en image, et pas ceux des autres.

La boutique

bilan3Comme je le disais, la boutique a pris énormément de place, au point de réaliser un jour que, si, je peux en vivre vraiment. C’est cette année que j’ai pris conscience qu’enfin, j’ai créé mon propre travail, j’y prends du plaisir mais c’est très très chronophage. Tout comme si j’avais un emploi salarié, beaucoup de choses passent désormais après. Je ne développe pas tout ça ici, vous pouvez lire mon bilan sur le blog d’Unseelie !

.

L’écriture !

Une autre donnée s’est glissée dans mon quotidien (presque) bien minuté, mon envie viscérale et irrépressible d’écrire. Je l’ai bien trop négligée ces dernières années, ce qui a fait qu’elle a surgi au plus mauvais moment, quand j’étais vraiment occupée et surbookée. Mais c’est là : mes histoires bouillonnent depuis bien trop longtemps. Il fallait les faire sortir. Alors j’ai pris un mois cet été pour rédiger un roman commencé il y a 12 ans, que j’ai appelé Apocalypse parce que je n’ai aucune idée de titre. Ce livre repose dans mes fichiers en attendant… je ne sais pas quoi, d’ailleurs. J’en ai parlé ici. Il faudra, à un moment ou à un autre, que je m’y plonge enfin pour le polir une dernière fois.

J’ai prévu d’écrire deux autres romans cette année : le premier, dont le nom de code est Nuage (pas de rapport… ou pas !), sera rédigé d’ici peu, le temps de me caler quelques semaines. Je n’en dirai rien jusqu’au bout ! Le deuxième, Notre-Dame de la mer, existe déjà sous la forme d’une novella que je souhaite étendre en un roman plus étoffé. Il s’agit d’une histoire prenant ses racines en Bretagne, là d’où vient la quasi-totalité de ma famille, avec des légendes de sirène et des malédictions… Celui-ci est prévu pour juillet, pendant le Camp NaNo, en compagnie de ma Célie.

bilan2Et puis dans tout ça, il y aura la rerererelecture d’Apocalypse, si je parviens à surmonter le blocage, un petit plaisir perso sur Le Rêve du Prunellier (vais m’en faire une version Artbook avec tous les textes et toutes les illus, il ne sera pas en vente officiellement mais vous pourrez vous en procurer un exemplaire si vous voulez !), et puis la correction et la réalisation de la suite du Chat qui avait peur des ombres (qui s’appellera Le Chat qui  mangeait les étoiles !), et enfin, un projet de scénario de BD qui me trotte dans la tête depuis un moment. De quoi être bien occupée !

Ça parlera un peu plus d’écriture ici-même, du coup, et puis j’aimerais parler un peu plus des choses que j’aime bien, livres, illustrations, bijoux… histoire de faire vivre un peu plus Oniro et d’en enlever les toiles d’araignée et la poussière !

Sur ce, je vous souhaite une très bonne année 2015, pleine de création, d’inspiration, de jolies choses, et j’espère vous revoir bientôt !

La Malédiction de Poe

poe2

poe3

Elle soufflait ses noirs secrets à l’oreille de l’écrivain maudit — et lui, il grattait sur le papier chaque phrase que cela lui inspirait. Ses yeux noirs enfiévrés, son esprit ravagé par l’alcool et la drogue, ses doigts tremblants autour de la plume… Rien que des signes, les symptômes de la Mort qui viendra lui rendre visite d’ici peu. L’on murmurait qu’il devenait fou. En vérité, il ne faisait que déposer sur le manuscrit les hallucinations dont il était victime. Cette brume de ténèbres… la voix de Virginia, résonnant entre les murs… Et ne serait-ce pas l’ombre d’une aile de corneille, là, sur le plancher ?
La créature lui soufflait son poison, et lui, l’écrivain maudit, n’entendait pas ses propres battements de coeur affolés, juste le grattement de la plume sur le papier.

poe2

poe1

Poe
Unoa Lusis sur corps Planetdoll
Face-up : Kesha
Outfit : Black Fer de Dollheart

Onirography.bzh !

onirobzh

Bonjour !

Je suis très heureuse de vous partager cette petite new qui n’est peut-être qu’un détail pour vous, mais pour moi, ça veut dire beaucoup !

Je suis avec une impatience non dissimulée l’aventure du .bzh depuis le début. L’idée d’une telle extension me plaisait énormément, et je me disais que j’adorerais avoir une telle adresse pour la boutique. Unseelie.bzh… ça claque ! Il me fallait aussi celui de mon site personnel.

Du coup, j’ai attendu, et dès que j’ai pu, j’ai commandé les adresses unseelie.bzh et onirography.bzh, histoire de les avoir au plus vite. C’est aujourd’hui que ces adresses sont disponibles, et vous pouvez d’ores et déjà vous y rendre, pour atterrir sur mes sites chéris ! Même s’il ne s’agit que d’une redirection, je suis vraiment contente de vous les partager enfin.

La culture bretonne est une culture qui m’est chère, porteuse de magie, de grisaille, de légendes, elle est enracinnée en moi depuis toujours, et que cela puisse transparaître jusqu’à ma présence en ligne me ravit.

Vous pouvez suivre l’aventure du Pik BZH sur le site de l’association qui a porté le projet jusqu’au bout, merci à elle !

Ailes de nuit

poe1

Bonjour !

Ça fait un petit moment que je ne suis pas venue poster quelques petites choses ici… Ma boutique me prend tout mon temps, il m’est impossible de travailler sur mes autres projets (romans, illustrations…), mais il va bien falloir que je me ménage un peu de temps quand même. L’année à venir va connaître beaucoup de changements… un peu à tous les niveaux d’ailleurs : je vais devoir réorganiser mon espace de travail, mon emploi du temps, donner un coup d’accélérateur à ma production, raconter plus de choses ici… Mais ça, je vous en dirai plus le moment venu !

Je profite de passer ici pour déposer une jolie photo de Poe, ma Lusis qui a enfin un corps à elle… J’ai l’intention de terminer toutes les custos de mes BJD, et de les prendre en photo correctement. Ici, c’était l’occasion : Poe a reçu une jolie paire d’ailes, noires comme la nuit…

PoePoe
Unoa Lusis sur corps Planetdoll
Face-up par Kesha, outfit fait maison
Ailes de corneille noire naturalisées par HomeFarmbooksncurios

A bientôt !

Dans la nuit, dans les ombres

nuit

Bonsoir !

En attendant de partir pour Ploërmel demain, et comme mes affaires sont prêtes, j’ai eu envie de sortir ma tablette graphique (un peu esseulée, il faut bien le dire), histoire de peinturer un petit truc. J’ai commencé l’autre jour Merlin, de Kaamelott, histoire de continuer la série de portraits, mais je vais le recommencer car il ne me convient pas… et aujourd’hui, j’ai eu juste envie de représenter des personnages à moi, que j’aime beaucoup.

 

Vous les connaissez si vous avez lu la nouvelle Le grain de sable, que j’offre sur ce site ! Il s’agit de Nuit et de Silhé, l’Ombre et l’humaine qui se poursuivent à travers les mondes en ruines… Vous pouvez lire la nouvelle ici !

J’espère que ça vous plaira !

Festival Brocéliande Fantastic à Ploërmel, le 18 & 19 octobre !

1970787_330136477167538_8952890254940516149_n

Bonjour !

Si vous êtes en Bretagne le weekend prochain, vous pouvez venir me voir à Ploërmel ! Comme l’année dernière et l’année d’avant, je serai présente au festival Brocéliande Fantastic. Je viendrai avec un certain nombre de Chat qui avait peur des  ombres (et rien d’autres en fait, je n’ai pas trop de stock), et je serai en compagnie, comme toujours, de mon chéri, qui sera là pour le Chat, mais aussi Soufflevent et tous ses autres livres.

Vous y trouverez également des gens biens, comme donc Xavier Collette, Jérémie Fleury, Pascal Quidault, Amandine Labarre, Agnès Marot, Laurent Miny…

Je vous propose, à cette occasion, la possibilité de faire une remise en main propre pour vos commandes. Il vous suffira de sélectionner le transporteur adéquat lors de la validation de votre commande, et de me communiquer simplement le jour durant lequel vous récupérerez votre commande (précisez aussi si c’est le matin ou l’après-midi). Il vous faudra me donner, sur place, votre nom et votre numéro de commande ! Je n’aurais pas de moyen d’être joignable sur place (pas de téléphone :)).

Je voulais aussi préciser une petite chose : si vous voulez acheter le Chat qui avait peur des ombres sur place, notez que le prix pourra être différent de celui de la boutique. Si cela se passe comme l’année dernière, la vente des livres sera asssurée par la librairie centrale du salon, et le livre sera alors disponible au prix éditeur d’origine (12,90 € pour le grand et 5,50 € pour le petit). Pour bénéficier du prix réduit pratiqué ici (8 € pour le grand, 4 € pour le petit), je ne peux que vous conseiller de le commander dès maintenant et de choisir la remise en main propre sur place :)

Pour acheter le livre
Le site du festival Brocéliande Fantastic

Le retour du Chat en édition souple !

couv_final

Bonjour !

J’ai une très bonne nouvelle pour les amoureux des chats !

Nous pensions, Xavier et moi, ne plus avoir la possibilité de vous proposer la version souple du Chat qui avait peur des ombres. Les exemplaires que nous avions acheté ont vite été vendus sur Unseelie, et il ne nous restait plus que quelques exemplaires de la version rigide (très peu, il faudra que je fasse les comptes). Et puis nous nous sommes vus proposer de racheter encore d’autres exemplaires…

Je dispose donc d’un nouveau stock de cette édition souple en format mini :) Les livres restants chez l’éditeur (quelques centaines d’exemplaires que je n’avais pas les moyens d’acheter, à mon grand regret) seront vendus sur le site Vente Privée, mais je ne connais pas les détails.

Le livre sera de retour dans la boutique la semaine prochaine je pense. Parfait pour Noël, mais aussi pour le festival Brocéliande Fantastic à Ploërmel, où je serai présente le 18 & 19 octobre (je le rappellerai !).

A noter qu’il n’y aura pas de possibilité de dédicace sur ce livre quand je le vendrai dans la boutique. Tout ayant pris plus d’ampleur, nous n’avons plus le temps de le faire. Seuls les Chats rigides et le Rêve du Prunellier feront l’objet de dédicaces (et il n’y aura pas d’exception !).

A bientôt :)

Découvrez la Forêt d’Adria…

adria-web

Bonjour !

Alors que je travaille sur des nouveautés pour la boutique (à suivre ici !), j’avais envie aussi de vous faire un petit cadeau, et de vous ouvrir les portes (boisées) de ma forêt d’Adria…

La Forêt d’Adria est une nouvelle de mon livre Le Rêve du Prunellier, et je crois pouvoir dire sans trop me tromper qu’il s’agit de la nouvelle préférée des lecteurs et lectrices du livre… Les raisons de ce succès m’échappent un peu je dois dire :)

Toujours est-il que j’avais envie de vous la faire découvrir, à vous qui  n’avez pas lu le livre. Je l’offre donc en format numérique, à retrouver dans la Bibliothèque :) Le recueil est toujours disponible à 2 € en numérique également !

J’espère que cette nouvelle vous plaira. Il n’y a pas besoin de lire le Prunellier pour la comprendre, mais peut-être que vous serez curieux ensuite de savoir ce qui se passe avant, et après… :) Une très bonne lecture à vous, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !

La Bibliothèque
Le Rêve du Prunellier à 2€ sur Unseelie.fr

 

Un peu de nouveau sur Unseelie

ban-automne

Bonjour !

Voici quelques changements pour la boutique !

Tout d’abord, le blog.

Depuis le début, je cherche à intégrer un blog dans Prestashop (le script que j’utilise pour la boutique), mais le sujet est assez délicat : soit je dois payer (parfois très cher) pour l’achat d’un module, soit je dois mettre les mains dans le cambouis. Du coup, jusqu’ici, les actus et les nouveautés de la boutique étaient hébergées sur Oniro, ce qui m’embêtait quelque peu car Oniro est mon blog personnel et reste séparé de la boutique. Il y a eu des tentatives de ‘couplage’, sans trop de succès.

C’est pour cette raison que le tout a vivoté un moment. Et j’en suis navrée ! Aujourd’hui, j’ai trouvé la solution, avec un tout petit blog sans prétention intégré dans la boutique. Vous pouvez le trouver ici.

Il est tout beau tout neuf, avec des commentaires et un flux RSS. vous pourrez aussi passer par Facebook et Twitter (comme d’habitude !). Pour laisser vos avis sur la boutique, les bijoux ou vos commandes, vous pouvez aussi le faire sur FB et Twitter, mais aussi par email, message privé, ou bien en laissant quelques étoiles !

Pas de très grands changements au final. Oniro subira un peu de ménage et reprendra sa place de blog perso à moua !

Ensuite, de nouvelles options sont disponibles pour les colliers sur-mesure !

Il s’agit des colliers que je réalise à partir de vos pierres (soit la seule façon de me commander un bijou personnalisé). J’ai appris pas mal ces derniers mois, j’ai affiné ma technique du wire wrapping, et vous pouvez dès maintenant m’envoyer vos pierres, peu importe la forme.

Pour voir tout ça, n’hésitez pas à vous rendre sur la page dédiée !

A bientôt :)

Le grain de sable, une nouvelle offerte !

Le grain de sable

Bonjour !

Aujourd’hui, je partage avec vous la troisième nouvelle qui constitue la suite du Prunellier ! Tout bascule dans cette histoire, et peut-être que j’écrirais la suite un jour…

Vous pouvez lire cette nouvelle ici, dans la Bibliothèque, avec comme d’habitude trois formats numériques pour vous permettre de lire comme vous le souhaitez. Je ferai bientôt un mini-recueil de ces trois nouvelles, dans un même fichier, que vous pourrez me demander quand vous le souhaitez.

Profitez-en, car Le Rêve du Prunellier est toujours disponible à 2 € pour l’édition numérique ! Pour 2 €, vous aurez donc un recueil de huit nouvelles, + les trois nouvelles offertes, ça vaut le coup, non ?

N’hésitez pas à partager, et à me donner votre avis !

Sinon, pour aujourd’hui, ce sera jour de pause… je vais d’ailleurs reprendre la suite des portraits de Kaamelott :)

A bientôt !

Liebster Award !

Liebster Award

Me voilà nominée au Liebster Award ! Si vous ne savez pas ce que c’est, il s’agit simplement d’un moyen de faire connaître des blogs. Le but est de répondre aux 11 questions posées par la personne qui vous a nominé, dévoiler 11 choses sur soi et poser 11 questions à 11 personnes que vous voulez mettre en avant en les nominant à leur tour (je ne sais absolument pas si j’aurais 11 personnes à nominer, mais on verra bien).

C’est Mamzelle Glywen qui m’a nominée via Hellocoton (merci!).

Voici les questions posées :

1. Quel est votre péché mignon?
L’andouille de Guéméné. Rigolez pas.

2. Quelle est la chose qui vous énerve le plus chez les autres?
Quand ils marchent devant moi et qu’ils s’arrêtent d’un coup, comme s’ils venaient de voir la Vierge. Quand vous passez du temps à réaliser quelque chose, et qu’ils débarquent pour récupérer ce qui les intéresse.

3. Qu’est-ce qui vous rend admirative?
La bêtise et l’intolérance dont font preuve mes concitoyens actuellement. Je lis énormément l’actualité (en particulier politique, mais pas que), et j’hallucine tous les jours. Je ne parviens pas à comprendre comment on peut se permettre de sortir autant de conneries racistes, homophobes, sexistes et j’en passe, alors que nous sommes pourtant en 2014. Je ne sais pas. J’admire cette volonté à vouloir s’enfoncer dans ce puits de conneries.

4. De quoi êtes-vous fière?
D’avoir su créer mon propre emploi à l’aide de ma boutique, de gagner des sous (je ne dis pas gagner ma vie car déjà je n’aime pas cette expression, mais aussi parce que je n’en vis pas encore, hé) en fabriquant des choses. Ça n’a pas de prix (pour le reste, il y a Mastercard).

5. Plutôt salé ou sucré?
Il y a quelques années, j’aurais dit ‘salé !’ en hurlant ‘hérétiiiiiiiique, hérétiiiiiiiiique !’ en mourant d’hyperglycémie. Mais ça, c’était avant.

6. Avez-vous d’autres blogs?
Nope. J’ai envie d’en ouvrir un autre, où j’écrirai des bêtises, mais j’ai perdu la motivation et le temps, et je n’arrive pas à remettre la main dessus.

7. Quel serait le repas parfait si je vous invitais à dîner?
Des sushis ! En fait, toute la bouffe du monde me plaît. J’adore manger asiatique, mais pas que. La cuisine, c’est un peu comme les livres : on n’a pas assez d’une vie pour tout connaître.

8. Quel est votre plus grand défaut?
Je suis une râleuse niveau 100. Pourtant j’essaie de me soigner. J’aimerais énormément apprendre à ne plus râler, à relativiser, à devenir zen. L’idée d’aller faire une retraite d’une semaine ou deux dans un temple bouddhiste me tente de plus en plus.

9. Plutôt ville ou campagne ?
Ahah, ville. Campagne, jamais. Il y a trop de bestioles.

10. Si vous deviez rencontrer votre idole, ça serait…
Stephen King, les frangins Nolan et David Fincher.

11. Vous partez sur la lune et vous ne pouvez emmener que trois choses dans vos bagages…
De quoi respirer, de quoi manger, et surtout de quoi mettre les bouts vite fait.

 

11 choses sur moi :

1. Je fais toujours tout trop tard : me suis mise à fumer à 23 ans, j’ai fumé mon premier joint à 24, j’ai bu mon premier café à 27, j’aime la bière depuis six mois.

2. J’écoute du neo-metal pour ados. En fait mes goûts musicaux n’ont pas vraiment évolués depuis mes 17 ans.

3. J’aime l’humour très noir et très limite. Je peux me bidonner pendant des heures sur une blague à base d’Hitler. Vous pensez bien que c’est un de mes aspects que je montre peu sur les internets.

4. J’aime aussi les jeux de mots pourris.

5. Je suis à la fois très patiente et pas du tout. Disons que je vais m’énerver pour apprendre un truc difficile (dernièrement, c’était l’apprentissage du fil de cuivre pour la boutique). Et à côté de ça, je peux passer des heures à faire quelque chose de minutieux sans râler.

6. Quand je vais en dédicace, je prends toujours avec moi ma trousse Hello Kitty, offerte par ma sœur.

7. Je ne suis jamais à une contradiction près.

8. Si je devais me rapprocher d’un courant de pensée, ce serait celui de la zététique.

9. Je n’étais pas destinée à écrire de la féerie ou de la fantasy. D’ailleurs je n’en lis jamais (il n’y a rien qui me gonfle plus en SFFF que la fantasy. Désolée). Je lis surtout du fantastique, et je regarde beaucoup de films de SF.

10. Sur mon bureau, au pied de la lampe, il y a une petite assemblée rigolote qui me regarde : un canard noir (il ne vibre pas) coiffé d’une bernique, un bonhomme Lego de mon chéri (il va me tuer parce que je ne me rappelle plus d’où il vient), une luciole (que j’avais eu dans un paquet de Bonux!) et un ourson des Sylvanians (même si je pense que c’était une copie) rescapé des jouets de mon enfance.

11. J’adorerais apprendre à jouer du biniou.

 

Les 11 questions pour les 11 nominé·e·s :

1. Dans quel pays aimeriez-vous vivre ?

2. Votre plus grand moment de honte ?

3. Quel métier n’aimeriez-vous pas exercer ?

4. Qui aimeriez-vous rencontrer ? (vivant ou mort)

5. Votre conte préféré ?

6. La peste ou le choléra ?

7. Quelle langue aimeriez-vous apprendre ?

8. Si vous étiez un vêtement ?

9. Voyez-vous que je n’ai plus d’idées de questions ?

10. C’est classe ou c’est pas classe ? Ou c’est classe ?

11. Elle est où la poulette ?

Pour le César du Liebster Award, les nominé·e·s sont :

1. Xavier
2. Hilda
3. Célie
4. Mayoka
5. Lucie
6. JAD
7. Cécile
8. Lia
9. Poussière Obsidienne
10. Sophie
11. Cycy

Ne me remerciez pas, c’est gratuit.

Perles d’Abyss

abyss9

Bonjour !

Je partage avec vous un petit quelque chose de spécial pour aujourd’hui !

Commencé sur un coup de tête hier soir (et fini vers minuit), ce collier, les Perles d’Abyss, est une belle pièce massive et ornementée, et surtout inspirée du jeu Abyss que mon chéri a illustré. J’adore les mondes sous-marins, les histoires qui parlent de la mer (j’ai d’ailleurs écrit une novella sur le sujet, que je voudrais transformer en roman). Et j’avais envie de faire une telle pièce depuis longtemps, alors comme j’étais plongée dans le monde d’Abyss (je ne vous dirai pas pourquoi), j’en ai profité.

Abyss

Les Perles d’Abyss est inspiré en particulier de ce personnage imaginé par Xavier, pour lequel j’ai un attachement particulier. La madame était au départ une bijoutière… alors j’ai imaginé ce collier pour qu’elle puisse le porter.

Gardienne

C’est donc un collier de belle taille, se portant en ras du cou. Il est réalisé avec une base en fil de cuivre émaillé de couleur laiton vieilli, sur laquelle sont prises des estampes en laiton ouvragé (une vraie dentelle de métal !). Il est orné de cabochons et perles en labradorite, perles en laiton, imitations de perles de culture, perles de verre facettées, perles en sodalite aux extrémités de la chaîne, véritables coquillages rapportés de Nouvelle Calédonie, multiples chaînes en laiton de tailles et de motifs différents… Une foulitude de choses évoquant la mer, comme un trésor abandonné par une sirène et trouvé dans le filet d’un pêcheur.

Abyss - détail (labradorite) Abyss - détail (coquillage) Abyss - détail (labradorite et perles) Abyss - détail (labradorite et coquillages) Abyss - détail (coquillage)

Les (fausses) perles de culture sont importantes car il s’agit de la monnaie du monde d‘Abyss. Cela indique donc que ce collier a de la valeur… Ces perles sont en plastique, je n’en avais pas d’autres en stock. Elles seront remplacées plus tard par des perles d’eau douce ou en verre.

Les coquillages sont une partie importante de ce collier, pour la valeur sentimentale qu’ils représentent : quand on arrive en Nouvelle Calédonie, on reçoit des colliers de fleurs. Quand on la quitte… ce sont des colliers de coquillages. Ces colliers (une vingtaine), je les conserve dans une boîte, précieusement, avec tout un tas d’autres souvenirs. J’en ai sacrifié un pour de futurs bijoux. Ces coquillages ont le goût des larmes, de la nostalgie et d’une amertume certaine. Ils ne font que rendre ce collier encore plus précieux à mes yeux.

Abyss Abyss

Ce collier n’est pas à vendre. Il est possible, par contre, que je le propose au prêt ou à la location (avec celui-ci) dans le futur, pour des séances photo ou même de grandes occasions. Cela me donne envie de faire d’autres pièces de ce genre : je m’éclate à réaliser ces colliers, mais ils sont bien trop chargés, ils prennent tellement de temps que leurs prix s’en ressentiraient, et je ne pense pas vraiment qu’ils trouveraient preneur si je les mets à l’achat dans la boutique. Enfin, tout ça, ce sera pour plus tard.

J’espère que ce collier vous plaira autant qu’il me plaît :)

[Ray’s Day] Notre-Dame des Ombres, une nouvelle inédite !

Notre-Dame des Ombres

Bonjour !

Me voilà de retour après une semaine et demi de petites vacances, chargée à bloc malgré une crève passagère. Je vous ferai un petit topo des choses à venir dans un prochain billet, mais en attendant, je vous propose une autre nouvelle des Chroniques de l’Épine Noire, à l’occasion du Ray’s Day !

Si vous avez lu Le Rêve du Prunellier, vous connaissez donc Silence, la Première des Ombres. Plus que Layelis, c’est un personnage que je ne parviens pas à laisser partir… La nouvelle que je vous propose de lire aujourd’hui, Notre-Dame des Ombres, vous racontera le parcours de Silence. Il est fort probable que j’en raconte encore un peu plus, plus tard… Silence est comme mon Ombre, elle est toujours là pour me murmurer quelque chose à l’oreille…

Retrouvez donc la nouvelle Notre-Dame des Ombres en numérique, gratuitement, en vous rendant dans la Bibliothèque. Vous y trouverez aussi Amélia des Tours et Poe (si vous ne connaissez ni Le Rêve du Prunellier, ni mes textes, Poe est une belle entrée en matière :) ).

Si vous avez lu ces nouvelles, n’hésitez pas à me donner votre avis :) Le Rêve du Prunellier est actuellement proposé à 2€ au lieu de 5,99€ en numérique.

Lire Notre-Dame des Ombres
Découvrir et acheter Le Rêve du Prunellier

Séli

Seli

Le deuxième billet du jour n’était pas prévu !

Je n’ai pas forcément programmé de pondre une illu tous les deux jours, mais en même temps, je suis tellement contente de voir que je n’ai pas perdu la main…

Voici donc la suite de la série de portraits ! Après Perceval, voici donc Séli. J’avoue que j’ai particulièrement hâte du jour où je m’occuperai d’Ygerne… :)

Toute la série se trouve ici !

Perceval

Perceval

Bonsoir !

Une petite mise à jour un peu tardive… et illustrative ! 5 mois que je n’avais pas sorti ma tablette graphique…

Pour fêter ça, j’ai voulu poursuivre ma série Kaamelott façon Game of Thrones. Voici venir Perceval, aka Frank Pitiot, réclamé à corps et à cri par certains gens que je connais. Je ne suis pas mécontente du résultat, surtout après autant de temps sans utiliser un stylet…

Toute la série se trouve ici !

Portraits lointains

Poe

Parce que j’avais envie (et pour fêter l’arrivée prochaine d’un corps pour enfin en finir avec les têtes volantes), voici quelques photos de ma bande de freaks…

Elizabeth  Snow Ghost

Fae Poe

L’idée était de tester les différents modes de mon appareil photo, ainsi que des actions scripts trouvés sur DeviantART.

 

Amélia des Tours – Une nouvelle offerte à lire !

Amélia des Tours

Bonjour !

Je suis super heureuse de pouvoir enfin vous partager la suite du Prunellier ! Alors alors, venez un peu, que je vous explique…

Sitôt Le Rêve du Prunellier terminé et publié, j’ai eu d’autres images, d’autres histoires à raconter… alors que je pensais en avoir fini. Impossible pour moi de laisser de côté mon Prunellier, Layelis et Silence, et tous les autres… ils avaient encore des choses à dire. J’ai eu envie de faire une suite, de publier un livre qui s’appellerait Le Rêve du Frêne. Et puis… et puis non.

Publier un livre soi-même est très compliqué, très long. C’est une expérience enrichissante et plutôt géniale, mais je n’avais pas envie de recommencer, surtout qu’il me manquait encore pas mal de textes pour avoir un nombre de pages satisfaisant. Donc j’ai eu envie de les partager ici. Gratuitement ! Sous le titre des Chroniques de l’Épine Noire, vous pourrez donc trouver des nouvelles inédites, quelques extraits par ci par là sur le site, ainsi que, plus tard, des pages encyclopédiques.

En plus de Poe, qui est disponible gratuitement depuis la publication du Prunellier, vous pouvez donc lire dès maintenant Amélia des Tours, en vous rendant dans la Bibliothèque. Si vous avez lu le Prunellier, vous avez déjà croisé Amélia… qui est-elle ? A vous de le découvrir ! Si vous n’avez pas lu le Prunellier, vous risquez d’être perdu·e·s, je vous préviens de suite…

Ça tombe bien, Le Rêve du Prunellier est disponible à 2 € en numérique ! Parfait pour découvrir mon univers féerique, qu’en pensez-vous ? Je propose aussi le recueil en numérique gratuitement pour les personnes qui souhaitent le chroniquer.

D’autres nouvelles viendront, le temps de les corriger. Dans la semaine, ou la semaine prochaine, ou celle d’après… Vous pouvez en voir les titres dès maintenant, il s’agit de Notre-Dame des Ombres, et Le grain de sable. Je raconterai Le Rêve du Frêne plus tard, ainsi qu’une autre histoire qui s’inspire de mon travail bijoutier — quand j’aurais terminé les corrections de mon roman, et quand celui-ci voguera vers les éditeurs en quête d’une maison.

Pour terminer, n’hésitez pas à partager cette info ! Un certain nombre de personnes ont lu le Prunellier, et c’est en partageant que cette nouvelle arrivera à leurs oreilles. Surtout que c’est gratuit, comme dirait Frédéric de Carglass, faut pas rater ça :D

Merci à vous, que vous ayez lu le Prunellier, que vous l’ayez chroniqué, partagé, ou pas, merci à Célie, Perséphone Sombrelune et Shana Lewis pour la pré-lecture, et un énoooooooooooooooorme merci à Vanessa qui est un peu la bonne fée de tous mes textes.

Bonne lecture !

Accès direct à la Bibliothèque pour lire les nouvelles disponibles
Le Prunellier sur ma boutique, disponible à 2 € en numérique

A ceux qui aiment les livres.

Attention, c’est long !

Imaginez : vous êtes fonctionnaire.
Je dis ça au pif. Je n’ai rien contre les fonctionnaires (au contraire, je les envie).

Bref, imaginez, vous êtes fonctionnaire. Vous recevez, un matin, un courrier, qui vous annonce que, félicitations, l’État pense à vous, vous allez pouvoir cotiser à une complémentaire retraite obligatoire (oui, oui, obligatoire), à hauteur de 8% de vos revenus. Donc 8% de vos revenus en moins chaque mois, déjà que ce n’est peut-être pas forcément folichon. Parce que vous avez déjà une caisse de retraite principale, et puis vous mettez déjà de côté. Ou alors vous avez une autre caisse complémentaire. Ou alors vous n’avez tout simplement pas encore pensé à votre retraite, parce que vous êtes jeune, ou alors parce que vous n’avez pas eu le temps. Ou tout simplement parce que vous ne gagnez pas assez de thune par mois pour mettre de côté.

Qu’est-ce qui se passe ?

Et bien, il se passe qu’il y a des grèves monstres dans la fonction publique, les écoles sont fermées, les administrations aussi, ça défile dans les rues pendant des jours, bref, c’est la merde. A juste titre, hein, je ne dis pas le contraire. Evidemment, vous avez raison de défiler et de ne pas être d’accord, c’est parfaitement normal.

Ça fout les boules, un peu, non ? En même temps, ça n’arrivera jamais. Pensez.

Imaginez donc deux secondes que c’est ce qui est en train de se passer, là, actuellement. Ça prend effet à partir de janvier 2016. Une certaine partie des travailleurs Français va devoir retirer 8% de ses revenus pas folichons pour une caisse de retraite complémentaire OBLIGATOIRE (c’est assez grand et visible ?). Pourtant, vous n’allez pas les entendre beaucoup, à moins que vous en connaissiez, ou que vous suivez leur travail. Ces derniers temps, on entend beaucoup les intermittents du spectacle (à juste titre également), mais parce que leurs actions, leurs grèves, peuvent porter préjudice aux programmes TV, aux festivals et autres événements culturels. Malheureusement, les travailleurs dont je vous parle n’ont pas autant de portée.

Vous aimez les livres ? Vous êtes boulimiques de lecture, vous avez des centaines de BD chez vous, vous adorez les albums jeunesse ?

OK. Dites vous bien que ces gens, si rien n’est fait, vont sévèrement casquer ces prochaines années. Qu’ils casquent déjà. Savez-vous combien gagne un écrivain (pas un auteur de best-seller !) sur son livre ? Pas plus de 10% sur le prix HT. Des centimes, quoi. Savez-vous que la plupart des auteurs de BD n’ont pas le SMIC pour vivre ? Savez-vous qu’un album jeunesse, avec une douzaine d’illustrations, peut être payé 2000€ d’avance sur droit ? Faites le calcul : combien faut-il réaliser d’album pour enfants par an pour pouvoir vivre de son travail d’illustrateur ? Question subsidiaire : savez-vous à quel point c’est difficile, épuisant, contraignant, de réaliser autant d’albums jeunesse par an ? Et encore, je ne parle pas de tout ce qu’il y a à côté ! La recherche de contrats, l’administratif (non mais allô, quoi, t’es illustrateur et t’es pas comptable ?), l’impossibilité de trouver des infos fiables sur le juridique (faut-il un numéro de SIRET quand on cotise à l’AGESSA, ou pas ? Ça fait 4 ans que je suis dans le métier, je ne sais toujours pas, hein), le temps perdu à négocier ses pauvres droits, à se faire enc… parce qu’on n’a pas eu le choix, on a signé le contrat avec notre sang, et on est dépouillé de nos droits numériques, les weekends à dédicacer 10 pauvres albums, qu’on aurait pu passer à bosser, ou à rester avec notre famille, les pas de vacances depuis 6 ans…

C’est cool, la vie d’auteur, hein ? Ça fait rêver !

Il paraît que quand on aime, on ne compte pas. Il paraît que l’on peut accepter tous les sacrifices si on se réalise dans notre travail. Gagner des sous grâce au dessin, à l’écriture, à l’imagination. C’est le meilleur des mondes. Je vous le dis franchement, je suis reconnaissante de la vie (et de plein de choses, en premier lieu mon chéri), parce que mon métier, c’est de créer. Alors, oui, je gagne autant, en net, que ce que je gagnais à mi-temps à McDo (pas beaucoup, quoi), mais ça n’a pas de prix ! Les sous viendront plus tard. Ou pas. Peut-être que dans 5 ans, la boutique sera fermée et je devrais aller mendier un taff en tant que salariée. A McDo, parce que je n’ai pas de diplôme.

Déjà que l’État organise un vol légal des œuvres de centaines d’écrivains… (quoi ? Vous n’avez pas entendu parler de ReLire ??? Allez voir là, sur Wikipédia, pour comprendre le fonctionnement. Ensuite, lisez la partie Critiques. Et lisez les différents liens mis en note de bas de page. Ou lisez ici. Ou ici).

Aujourd’hui, c’est une menace plus concrète, plus ‘immédiate’. Celle qui touche au porte-monnaie, et qui fait mal, celle qui commence déjà à faire des dégâts, celle qui prive des droits, financiers ou intellectuels. Vous avez peut-être vu, pour Bruno Maïorana (ici), ou Philippe Bonifay (ici), ou Olivier Peru (ici), ou Brussolo (ici). Aujourd’hui, on en parle de ci de là, de temps en temps sur certains ‘grands’ média (voir sur Rue89 par exemple), mais où ils étaient, tous, ces médias, sites d’informations, émissions de reportage, chaînes de télévision, lorsque Maiana Bidegain a cherché des financements et des partenariats pour diffuser son reportage ‘Sous les bulles’ ? Pourquoi, sur le net, on a l’impression que les gens découvrent cet état de fait ? Pourquoi on a l’impression que les gens découvrent que le métier d’auteur, écrivain, illustrateur, est un métier de merde ?

Ah, peut-être parce que la plupart des gens ne se rendent pas compte que, quand ils lisent des livres, ou des BD, quand ils jouent à un jeu vidéo, ou un jeu de société, ou qu’ils regardent une série, un film d’animation, toutes ces oeuvres ne sont pas réalisées par des robots, mais bel et bien par des créateurs qui ont eu une formation (chère, très souvent), un vrai savoir-faire, et que c’est leur métier. Donc qu’ils sont payés. Des clopinettes ou presque.

Aujourd’hui, donc, c’est une menace de 8% de revenus en moins par mois (ça représente grosso modo un mois de salaire en moins sur l’année), pour régler des cotisations à une caisse de retraite complémentaire OBLIGATOIRE (c’est bon, t’as capté, ou bien ?) qui ne garantie même pas que la retraite, on la touchera effectivement le moment venu. Pour comparer, le truc actuel, c’est que les auteurs doivent cotiser à cette caisse à partir d’un certain revenu dans l’année, et le plus souvent, ils choisissent la tranche la plus basse (c’est environ 200 € par an), pour pouvoir mettre un peu de beurre dans les nouilles (parce que même les épinards, ils peuvent plus). Pour pouvoir se payer un weekend de temps en temps, ou la réparation de la voiture, ou le remplacement de la machine à laver. A partir de janvier 2016, ce petit truc qui fait que vivre toute l’année de son travail d’auteur est possible disparaîtra pour une grande partie des auteurs.

Tout ça à cause d’une réforme décidée sans concertation aucune, et encore moins avec les principaux intéressés. En lisant plusieurs articles (du SNAC BD principalement, qui défend les auteurs de BD… mais je le précise en grand ici, ce ne sont pas QUE les auteurs de BD qui sont concernés), comme ici, mais surtout en lisant ceci, on a plus l’impression que, sous couvert de vouloir ‘faire le bien’, aider les auteurs, leur ‘tendre la main’ (décider pour eux, quoi), ces messieurs de l’IRCEC cherchent plutôt à financer eux-mêmes leur retraite qui arrive tout bientôt.

Ah, au fait, vous savez ce que c’est, l’IRCEC ? C’est donc cette caisse complémentaire OBLIGATOIRE qui regroupe le RAAP (pour les artistes-auteurs), le RACD (pour les auteurs et compositeurs dramatiques du cinéma, de l’audiovisuel et du spectacle vivant), et le RACL (pour les auteurs et compositeurs de musique). Il s’agit de filiales du groupe Berri qui est le plus grand groupe de retraite et de prévoyance des professions libérales. C’est aussi le groupe qui possède la CIPAV, la caisse des professions libérales. Cette même caisse qui refuse, depuis les 5 ans d’existence des auto-entreprises, d’intégrer les droits à la retraite des auto-entrepreneurs libéraux. Donc ces auto-entrepreneurs cotisent depuis 5 ans et n’auront aucun droit de retraite tant que la CIPAV refusera (elle a été épinglée par la Cour des Comptes).

Cool, n’est-ce pas ?

Bref, voilà l’état des lieux. Alors, certes, je ne suis plus artiste-auteur (dans le sens où je n’ai rien publié depuis un moment), mais mon chéri l’est, beaucoup de mes amis le sont, et je ne fais pas une croix sur d’éventuelles publications futures. Surtout, je considère que ce n’est pas parce qu’on n’est pas concerné-e directement qu’il ne faut pas s’inquiéter. Au contraire.

Si vous aimez les livres, les romans, les BD, les livres jeunesse, la littérature, l’art, l’illustration, vous êtes aussi concerné-es, car cela conditionnera la future Culture (tout comme ce que subissent les intermittents du spectacle conditionne le futur). Si les créateurs, les écrivains, les dessinateurs, les artistes ne sont pas payés correctement, ils ne travailleront plus. Si on leur retire une partie de leurs revenus, ils ne travailleront plus. Savez-vous qu’entre les diverses cotisations et retenues (AGESSA, formation professionnelle, CSG, CRDS, impôts, retraite, IRCEC, etc), ce sont des milliers d’euro en moins ? Trouvez-vous normal que les auteurs soient les seuls à ne pas bénéficier du taux de TVA réduit, alors que toute la chaîne du livre en bénéficie ?

Les auteurs sont comme les agriculteurs : ce sont ceux qui travaillent le plus, sans compter, et ce sont ceux qui reçoivent le moins.

Je vous propose d’en parler autour de vous, de partager des articles mis en lien sur ce billet, ou cette lettre ouverte écrite par le SNC BD pour Madame Aurélie Filippetti, qui n’a pas vraiment défendu les auteurs depuis le début de son mandat (pour rester dans la BD).

Ma tartine est donc terminée, je m’en vais maintenant m’occuper à faire des choses non pas plus utiles, mais en tous cas plus productives :)

Oracle mystifying playing cards

oracle1

Bonjour !

La semaine dernière, j’ai reçu ce jeu de cartes très attendu, et j’avais envie de vous le montrer tellement c’est beau (je vous ai dit que j’aimais les objets beaux, étranges, rares, faits-main ? Non ?).

OracleOracle est un jeu de cartes entièrement réalisé par Chris Ovdiyenko, un artiste américain (je découvre à l’instant que sa femme s’appelle Adria !!). Je suis tombée sur des illustrations du monsieur sur le tumblr de l’amie Lucie, et là, gros craquage ! A l’époque, le jeu faisait l’objet d’un appel à financement sur Kickstarter (dépassé de beaucoup).

Le jeu est donc un jeu de cartes classique, présenté dans une belle boîte embossée et passée au fer à dorer (cuivré, ici). Les motifs sont ceux du spiritisme, l’écriture automatique, et les planches ouija. On y retrouve aussi, embossée, la forme de la goutte. Les cartes en elles-mêmes sont illustrées et maquettées par l’auteur, et les figures et jokers sont illustrées par des gravures (ma préférée est celle de la reine de pique). On peut d’ailleurs voir des work in progress sur la page FB. Le dos des cartes est à l’image d’une planche ouija, et l’on retrouve dans le deck une carte ‘oui-non’.

Oracle Oracle Oracle

Le tout est très bien réalisé, la fabrication est nickel (même si la boîte est fragile), et fait son petit effet. C’est surtout le projet d’une seule personne, qui a mené son projet de A à Z, et ça, j’aime beaucoup. Il ne m’a pas fallu longtemps pour craquer et m’acheter un jeu une fois celui-ci mis en vente (le projet Kickstarter était déjà fini). Des goodies doivent arriver dans pas longtemps, et il est sûr que je craquerai de nouveau…

Oracle

Vous pouvez acheter le jeu sur Dead On Paper (vous y trouverez aussi le précédent projet de l’artiste, un jeu sur le thème des Calaveras).

Site & boutique officiels
Sur Facebook
Le projet Kickstarter

 

Tout plein de choses…

greengarden

Bonjour !

Alors, j’ai quelques petites infos pour vous qui pourraient vous intéresser ! :)

Tout doit disparaître !

Pour commencer, j’ai mis en place une nouvelle rubrique dans la boutique, qui s’appelle ‘Tout doit disparaître !’ : il s’agit d’un endroit où vous pourrez trouver les pièces les plus anciennes de la boutique, à des prix tout mini. Boucles d’oreilles, bracelets, colliers et même un diadème vous y attendent dès maintenant !

Retrouvez ces bijoux en cliquant ici.

 

Jours fériés de mai & expéditions

Les prochaines expéditions se feront mercredi (au lieu de jeudi qui, si vous suivez, est férié et en plus est l’anniversaire de ma sœur <3). Je ne pourrai pas aller à la poste le vendredi, donc les expéditions suivantes se feront lundi 12 mai (pas de raison, j’ai le droit d’avoir un pont moi aussi !).

 

The Green Garden

C’est le nom de la nouvelle collection éphémère,dont vous pouvez voir un aperçu ci-dessus. Il me reste encore trois colliers à réaliser, et je les commence dès demain. J’espère que d’ici une ou deux semaines, ils seront enfin disponibles !

 

Des questions ?

Si vous voulez me poser des questions, sur la boutique, mon boulot en général, mes illus, mes univers, ou autre chose, n’hésitez pas à les poser sur mon ask.fm ! C’est par ici.

 

Et toujours 20 % pour vous

Le code PRINTEMPS2014 est toujours utilisable, jusqu’au 18 mai :)

A bientôt !

Du bruit de la mer

prev21

Bonjour !

Encore et toujours inspirée par la mer, voici quelques petites choses pour vous !

Ahès Ahès Mary Morgan

Le bracelet et le collier Ahès, du nom d’une princesse celte perdue dans les eaux, sont une parure tout en laiton vieilli, avec de très belles labradorites (celle du bracelet évoque un paysage marin) ; Mary Morgan, lui, est fait avec une rhodonite rose, et son nom désigne les sirènes bretonnes (comme Ahès).

Ces bijoux sont disponibles dans la boutique !

A bientôt :)

Orséis, Chryséis, Liriope

prev19

Bonjour !

Voici quelques colliers pour aujourd’hui, aux noms empruntés à la mythologie, et aux couleurs de naïades. C’est que mon esprit vogue pas mal du côté de l’eau, de la mer surtout…

Orséis Chryséis Liriope

Orséis est réalisé avec une unakite aux très belles couleurs de lac ou de marécage, comme le bijou d’une nymphe vivant là ; Chryséis et sa labradorite mystérieuse aux multiples couleurs, nuances de bleus, verts, et dorés ; et Liriope, dont j’adore le nom, est réalisée avec une marquise en labradorite d’un vert émeraude juste incroyable, comme les fonds d’une mer lointaine.

Ces bijoux sont disponibles dans la boutique ! 

Vous pouvez toujours utiliser le code PRINTEMPS2014 pour bénéficier de 20% sur votre commande, si vous ne l’avez pas déjà utilisé. Il est toujours valable, jusqu’au 18 mai :)

Une dernière chose : les prochaines expéditions se feront vendredi 2 mai, car jeudi, c’est férié :)

A bientôt !

Si tu as rêvé dans les eaux sombres
Dans la pénombre où nage Ophélia
Si la lueur des profondeurs t’attire aussi
Ne me retiens pas
Même si les bras froids du tendre océan
Te saisissent, englacent ton cœur
Tu me rejoindras
Ne me sauve pas
Coule avec moi
Ne me retiens pas

Nolwenn Leroy – Ophélia

Comment suivre les actus de la boutique sans être pris en otage par Facebook

facebook-logo

Bonjour !
Après avoir vu passer plusieurs articles sur le sujet, je me suis dit qu’il serait temps de m’interroger sur la présence d’Unseelie sur Facebook (qui ne me facilite pas la tache), et, ensuite, donner des pistes différentes pour suivre l’actu de la boutique. Vous allez voir, c’est pas bien compliqué.

Il va falloir se rendre à l’évidence : Facebook est véritablement indispensable à ma boutique (comme pour chaque personne qui tient une petite boutique d’ailleurs), mais le réseau social ne nous rend pas service non plus… Il est indispensable, car il a permis de dépasser plusieurs ‘cercles’ de mon réseau : les partages sur FB ont permis de toucher pas mal de monde, des amis d’amis d’amis, et ainsi faire connaître mon boulot. Aucun autre site n’a permis ceci. Mais il faut actuellement constater que FB ne va plus servir à grand-chose à l’avenir…

Autrefois, on pouvait compter sur ce qu’on appelle la portée organique (« la portée qu’obtient une publication naturellement, sans être sponsorisée, autrement dit sans que son auteur ait eu à payer pour qu’elle se diffuse mieux », définition par Presse-Citron). Cela se fait naturellement, c’est le simple bouche-à-oreille.

Plus tard, cette portée s’est trouvée réduite : actuellement, on peut dire que entre 15 et 20 % des ‘fans’ de la page d’Unseelie voient effectivement les news. Ceci est dû à l’algorithme de FB (et ne me demandez pas plus de précision, je serais bien incapable d’expliquer. Mais vous pouvez en trouver plus sur le net), qui veut faire payer les pages afin qu’elles aient plus de portée. Je pense m’en être bien sortie car je n’ai pas eu moins de ventes sur la boutique. En multipliant les mises à jour (sur Twitter, Hellocoton, sur ce site, etc), je pense avoir touché un peu plus de monde, et puis j’ai mis en place une sorte de ‘stratégie’ sur FB, qui fait que j’ai fait exprès ‘d’inonder’ ma page de publications. En gros, plus on en met, plus on en voit : bonjour les partages d’aperçus, de bijoux en cours de fabrication, de jolis cailloux fraîchement arrivés sur l’atelier, et autres. Je ne me suis pas trop posée la question de ‘est-ce que ça va soûler ceux qui me suivent ?’, puisque je savais que ce n’était pas tout le monde qui pouvait voir toutes ces publications (et je n’ai pas eu de plaintes, alors bon !). Il faut dire ce qui est, cela prend énormément de temps (même si ce n’est pas désagréable), il faut être inventif, trouver quelque chose à dire en permanence lorsqu’il n’y a pas de nouveautés.

Aujourd’hui, tout ça devient un peu trop approximatif : il paraît que la portée organique de FB va disparaître, pour faire raquer encore un peu plus. Selon cet article (en anglais), un proche de FB aurait annoncé, officieusement, que seuls 1 ou 2 % des ‘fans’ d’une page pourraient voir les publications. Soit que dalle. Autrement, il faut payer, et je n’ai vraiment pas l’intention de gaspiller les quelques sous que je gagne avec la boutique pour payer des articles sponsorisés sur FB (ou alors genre une fois pour tester. Et encore). Je réinvestis déjà beaucoup pour proposer plus de nouveautés, pas question de payer FB.

Alors quoi ? Comment qu’on fait ?

Je n’ai tout de même pas l’intention de quitter FB qui reste, malgré tout, trop précieux, car il s’agit d’une véritable petite communauté sur la page d’Unseelie. Alors je continuerai à poster comme je le fais maintenant : partage de chaque nouveau bijou, WIP, articles de ce blog, et autres. Mais si vous voulez être vraiment sûrs de ne rien louper, voici ce que je vous propose :

le flux RSS d’Oniro : vous recevrez sur votre agrégateur RSS toutes les publications du site.
le flux RSS d’Oniro par email : vous recevrez toutes les publications du site directement dans votre boîte mail.
le flux RSS des articles mis en vente sur la boutique
le compte Twitter de la boutique : vous verrez ainsi toutes les publications sur FB et sur Oniro, articles mis en vente et billets du blog
la newsletter de la boutique : il ne s’agit que des mises à jour importantes, pas tous les articles mis en vente

Je pense que la meilleure solution reste le flux RSS si vous avez l’habitude de vous en servir, ou le compte Twitter. Je sais que, très souvent, certain-e-s d’entre vous êtes déçu-e-s d’avoir rater tel ou tel bijou, ou telle ou telle info. Voilà qui devrait vous donner des pistes pour suivre la boutique :) Et il ne faut pas non plus jouer à l’angélisme : j’ai besoin de maintenir mon réseau informé, ne serait-ce que pour la survie de ma boutique.

Quelques liens sur le sujet :
Facebook et pages de marques : la portée organique est en voie de disparition par Presse-Citron
Facebook et pages : une désillusion ? par Presse-Citron
Pourquoi vous devriez arrêter de monter une fanbase sur FB (en anglais)
-Les premiers paragraphes de Apologie des commentaires par Marie (même si tout le reste de l’article est enrichissant, et que je devrais en prendre de la graine)

A bientôt :) (les nouveautés arrivent !)

Sur un lit de mousse

prev17

Bonjour !

Quelques petites choses pour aujourd’hui : un collier et trois bracelets !

Fearn Larme de labradorite Larme d'améthyste Larme de glace

Fearn est un pendentif réalisé autour d’une très belle labradorite, sur laquelle j’ai réalisé un arbre en fil de cuivre. J »aimerais beaucoup réaliser toute une série en rapport avec les arbres des Oghams, mais ça risque d’être assez répétitif… il y en aura donc quelques uns seulement :) ; les trois bracelets sont réalisés avec des perles en verre, en métal, et aussi en pierres naturelles : labradorite et améthyste. Je les trouve très mignons, j’en ferai d’autres à coup sûr lorsque j’aurais renouvelé mon stock de perles !

Ces bijoux sont disponibles dans la boutique !

Et vous pouvez toujours utiliser le code PRINTEMPS2014 pour bénéficier de 20% de réduction sur votre commande ! C’est un code par client, et c’est valable jusqu’au 18 mai !

Une newsletter pour Unseelie

ban-news

Bonjour !

En ce lundi de Pâques tranquillou, je vous ai préparé une newsletter pour la boutique. A dire vrai, je ne voulais pas faire de newsletter (j’ai tenu deux ans quand même !), mais avec ce que j’ai prévu pour la suite, je me suis dit que ça allait être utile :)

Concrètement, la newsletter, si vous vous y inscrivez, vous permettra d’être tenu-e-s au courant d’informations importantes : les mises à jour de la boutique et les maintenances, les futures promotions et soldes, la découverte des collections éphémères quelques jours avant tout le monde, des annonces… Il n’y aura pas, à l’inverse, les nouveautés (qui sont, elles, annoncées sur le blog ici-même ou sur la page Facebook). Donc pas 15 000 emails par semaine, ce sera un message de temps en temps :)

Pour vous inscrire, vous pouvez le faire en entrant votre adresse email dans le champ prévu à cet effet dans le menu à droite de la boutique : en passant par ici, vous bénéficierez d’une petite réduction de bienvenue :) Vous pouvez aussi le faire ici-même, en cliquant sur ‘La newsletter’ à droite. Si vous avez coché la case ‘S’inscrire à la newsletter’ au moment de votre inscription sur la boutique, vous êtes évidemment automatiquement inscrit-e-s.

Et évidemment, vous pouvez vous désinscrire à tout moment : il y a un lien en bas de chaque email pour cela. Je déteste autant que vous les inscriptions intempestives à 100 newsletters en même temps, et celles desquelles on ne peut se désinscrire. Pas de panique, il n’y aura pas de telles pratiques chez moi : si vous vous désinscrivez, vous serez désinscrit-e-s, et votre adresse email ne sera ni cédé ni vendu à un tiers.

Vous pouvez dès à présent lire la première newsletter en cliquant ici. Vous trouverez déjà des infos sur ce qui va arriver… Et vous pouvez aussi lire les archives sur ce lien.

A bientôt :)

Jolies bagues… enfin !

mael

Bonjour !

Voici les bagues tant attendues ! Lisez bien ce qui suit, si elles vous intéressent :)

Bague n°2 Bague n°1

Les deux bagues ci-dessus sont des modèles uniques qui ne seront pas reproduits (il y en aura comme ça de temps en temps). La première (taille US 7) est très massive, avec une pastille en nacre turquoise, et l’autre (taille US 6 ) est tout en courbes, avec une perle en verre.

Maëlstrom cuivre Maëlstrom laiton Maëlstrom gris

Ici, ce sont les bagues Maëlstrom, un modèle qui est permanent et qui peut être décliné selon vos souhaits : réalisées à la demande, elles sont disponibles en couleur cuivre, laiton vieilli et gris anthracite. Vous pouvez choisir la perle qui se trouve au centre : des perles en verre de Bohême de toutes les couleurs possibles et imaginables (enfin, toutes les couleurs sont disponibles, avec une belle palette pour les verts, les bleus et les violets), et des perles naturelles : sodalite (bleu), labradorite (vert), et améthyste (violet, avec plein de nuances différentes). Je n’ai pas fait de nuancier car cela serait trop contraignant, alors du coup, il vous suffit de me dire ce qui vous plaira ! Et si vous voulez quelque chose de particulier, ou si vous hésitez, il suffira de me contacter AVANT de commander, on en parlera ensemble, je pourrais même vous montrer les couleurs disponibles.

Evidemment, il faudra aussi me communiquer votre taille de bague (je demande le format US car les outils dont je dispose sont en tailles US, tout simplement). J’ai mis à disposition ici toutes les infos pour prendre la taille de votre doigt. Comme ces bagues sont réalisées à la demande (et qu’elles demandent du temps, justement !), il faut que je trouve mon rythme : du coup, il n’y aura que 3 réalisations de bagues en même temps (une de chaque couleur de métal). C’est-à-dire que vous pourriez voir dans la boutique qu’il n’y a pas de bague disponible. Ca veut simplement dire que je n’ai pas terminé les trois bagues en cours, et qu’il vous faudra attendre un peu avant de commander la vôtre. Si vous êtes impatient, vous pouvez me contacter !

Et pour finir, sachez que les bagues Maëlstrom présentées ci-dessus sont aussi disponibles à la vente : vous pouvez les commander si elles vous plaisent, et si leur taille vous convient (les descriptions sont sur la boutique). Elles sont là pour l’exemple, mais elles sont parfaitement commandables :)

Les bagues se trouvent ici dans la boutique. 

Voilà donc pour les bagues de la boutique ! J’essaierai de développer d’autres modèles permanents, ainsi que des modèles uniques (et réglables, aussi). A suivre, mais pas tout de suite. Maintenant, je vais me mettre à la nouvelle collection éphémère, vous en saurez plus dans pas trop longtemps :)

 

It’s a strange night…

prev16

Bonjour !

Hop, quelques nouveautés, pas vues sur Facebook pour cette fois :) Vous trouverez donc quelques petites choses  jamais vues dans la boutique…

Fossil Atropos L'étrange nuit

Fossil est réalisé autour d’une ammonite fossilisée, c’est un joli collier précieux qui me rappelle une relique ; la fin de la série de mes Moires, voici Atropos, une jolie labradorite blanche entourée de fil gris anthracite, pour un look gigerien du plus bel effet (d’où l’illustration de Giger en arrière-plan) ; et enfin L’étrange nuit, un bracelet réalisé totalement par hasard, qui a pris une tournure burtonienne. Ce bracelet est orné d’améthystes de différentes formes.

Ces bijoux sont disponibles dans la boutique :) 

Eeeeeet… comme je l’ai promis, les bagues arrivent ! Elles seront disponibles demain, le temps de faire les photos et de terminer le baguier. C’est pour bientôt !

 Et n’oubliez pas que vous pouvez bénéficier de 20 % de réduction sur votre commande, avec le code ‘PRINTEMPS2014′, jusqu’au 18 mai !

Précieux bijoux

prev14

Bonjour !

Les bijoux d’aujourd’hui sont précieux, ornés de pierres exceptionnelles, bref, tout ce que j’aime ! Et j’espère qu’ils vous plairont aussi.

Lyra Azar Layali Mille et une nuits

Le collier Lyra est un très beau collier asymétrique, précieux et assez imposant, avec un look quelque peu ethnique (il me donne l’impression d’avoir été fait à l’aide de longues feuilles ou de brins d’herbe), et sa labradorite est une merveille qui ne se laisse pas capturer en photo : ses couleurs et ses reflets sont tellement changeants ! ; Azar est fait autour d’un oeil-de-tigre à la couleur solaire, un bijou parfait pour l’automne (‘azar’ est le 3e mois de l’automne en perse) ; Layali est une beauté sombre et mystérieuse, avec sa labradorite bleue légèrement veinée de violet ; et enfin, the last but not the least, ce bracelet que j’ai appelé Mille et une nuits, un trésor précieux que je verrais bien au bras de Shéhérazade : tout en cuivre, avec ses perles de verre lustrées. Je ne suis pas peu fière de ce bracelet que j’aime énormément ; il y en aura d’autres, bien sûr, mais peu souvent, car il m’a pris des heures !

Vous pouvez trouver ces bijoux dans la boutique :)

Les bagues ne sont pas encore là, car je n’ai pas encore reçu mon ravitaillement de fil de cuivre. Ce sera sûrement pour ce weekend :)

A bientôt !

Verre, cristal, labradorite

prev11

Bonjour !

Quelques nouveautés pour aujourd’hui, avec du verre, du cristal et une labradorite, et aussi une technique qui est une variation du wire wrapping, le ‘weaving'; il s’agit simplement d’un ’tissage’ en fil de cuivre fin, pour créer des formes, et de véritables bijoux solides comme le bracelet ci-dessous.

Hada Ether Nébuleuse Roots

Hada est donc un bracelet réalisé entièrement  à la main, tissé et mis en forme, avec une très belle labradorite ; Ether est réalisé autour d’un magnifique pendentif en cristal d’Autriche à la multitude de couleurs, une vraie merveille moderne et ancienne à la fois ; Nébuleuse est un maelstrom entièrement réalisé en weaving, entourant une perle rectangulaire en verre ; le procédé est le même pour Roots, mais cette fois autour d’une perle en verre.

A retrouver ici !

Et sinon, voici les premières photos de bagues qui seront disponibles dans la boutique. Elles sont réalisées avec le même principe que les colliers ci-dessus, et seront réalisées à la demande. Il faut simplement que je mette en place un baguier, pour vous permettre de bien choisir la taille, car elles ne seront pas réglables. A venir tout bientôt !

Bagues

Informations sur Heartbleed, une importante faille de sécurité

heartbleed

Bonjour !

Une petite information sécurité qui concerne (un peu) la boutique, mais rien de grave pour nous. Depuis quelques jours, les internets ont eu vent d’une importante faille de sécurité, appelée Heartbleed, qui rend vulnérable pas mal de protocoles de sécurité. Cela concerne OpenSSL, qui propose les protocoles de sécurité SSL et TLS, c’est-à-dire la sécurisation des sites internet marchands (si vous n’y connaissez rien, c’est le protocole de sécurité qui vous dit qu’un site est sécurisé à l’aide du petit cadenas dans la barre d’adresse de votre navigateur). Cela ne signifie pas que tous les sites sécurisés ont eu une faille, mais que ça a pu arriver avec certains (Yahoo notamment).

Unseelie est un site marchand, mais il n’utilise aucun protocole de sécurité car il ne reçoit pas de paiement directement : lorsque vous payez par carte bancaire, vous payez en réalité le site de Paypal. Il n’y a donc pas d’inquiétude à avoir de ce côté-là ! Concernant Paypal, qui est un site ultra-sécurisé mais qui a pu avoir une vulnérabilité à cause de Heartbleed, il semblerait que le problème soit résolu (si toutefois il y en a eu un).

Si vous craignez pour vos données personnelles et/ou bancaires, n’hésitez surtout pas à changer votre mot de passe, de façon générale. Je pense qu’il peut être intéressant de le faire sur des sites tels que Paypal, Facebook, Amazon, et n’importe quel autre site sur lesquels vous avez fait des paiements par carte bancaire ces derniers mois, ou qui ont en mémoire vos infos bancaires (Paypal et Amazon par exemple).

Pour plus d’infos :
Que faut-il craindre de Heartbleed, sur Numérama
Sur quels sites il est conseillé de changer votre mot de passe, sur FranceTVInfo

Au fond de la forêt

prev10

Bonjour !

Plein de nouveautés pour aujourd’hui, avec le retour du cristal dans la boutique (ça me manquait !), une expérimentation lunaire, une expérimentation argentée, et une paire de boucles d’oreilles :

Arbre-Fée Larme de dryade Saule Lune d'argent Lune Noire Jesha

L’Arbre-Fée est un pendentif réalisé autour d’une belle feuille en cristal d’Autriche, à la fois moderne, ancien, nature, précieux… tout comme Larme de dryade, mais cette fois avec une navette en cristal ; Saule est une magnifique labradorite d’un vert tendre superbe, tout doux ; j’ai testé le fil argenté pour envelopper la labradorite blanche de Lune d’argent, toujours dans la recherche du bon matériel ; testé aussi une forme lunaire pour Lune Noire, avec son fil gris anthracite et ses perles d’améthyste, pour un look sombre proche du gothique ; et enfin les boucles d’oreilles Jesha, précieuses et anciennes, avec ces mêmes perles d’améthyste que j’aime beaucoup (et que je vais devoir re-commander !).

Retrouvez tous ces bijoux ici !

Le fil argenté fait donc partie de mes expérimentations du moment : je ne peux en proposer dans la boutique car je n’ai pas trouvé le bon fil, celui qui s’adapte à ma façon de travailler. Mais je touche au but, et il faut que je commande tout ça pour en proposer de façon permanente dans la boutique. Patience donc, puisque Lune d’argent sera le seul du genre en attendant !

Je travaille aussi sur des bagues réalisées en wire wrapping : j’ai enfin acquis les outils de mesure, et il ne me reste plus qu’à développer les modèles de bagues. En attendant, voilà quelques expérimentations (que je ne retiens pas pour la boutique). A suivre très très bientôt !

bagues

Racines d’arbres enchantés

prev8

Bonjour !

Les bijoux d’aujourd’hui ne seront pas des colliers, comme j’en fais d’habitude, mais des bracelets et un peigne (dont je suis très fière. Que j’ai presque envie de garder. Mais non).

Yggdrasil Racines d'Oberon Chant du Sylphe

Yggdrasil est un peigne réalisé entièrement à la main, avec deux dragons jumeaux entourant une belle labradorite ; Racines d’Oberon est un bracelet cuivré, avec une labradorite aux couleurs de forêt, tout comme Chant du Sylphe, mais avec une labradorite aux beaux reflets bleus.

Ces nouveaux bijoux sont disponibles dès maintenant dans la boutique !

A bientôt :)

Des tirages du Chat !

printchat

Bonjour !

Si vous n’êtes pas sur Facebook, vous n’avez peut-être pas vu le poisson d’avril que nous avons fait, Xavier et moi… une fausse couverture de la suite du Chat, intitulée Le Chat qui avait peur des pommes. Beaucoup de gens sont tombés dans le panneau… alors pour nous faire pardonner, voici de nouveaux tirages du Chat !

printchat-pomme3 printchat-dame3

Ces deux tirages sont particuliers : le premier, Le chat qui avait peur des pommes, est donc une fausse couverture d’un livre qui ne verra pas le jour, mais elle est tellement réussie que je trouvais dommage de ne pas vous la proposer. Le second, lui, montre une illustration qui ne se trouve pas dans le livre : elle a tout simplement été oubliée par l’éditeur.

Les tirages sont, comme toujours, limités, selon les envies et les disponibilités, imprimés sur du papier baryta pro, et signés par Xavier et moi-même.

Ils sont disponibles ici !

A bientôt :)

Ode aux Préraphaélites

prev6

Bonjour !

Les nouveautés du jour sont très préraphaélites, un peu plus que d’habitude d’ailleurs, puisque mon livre du moment est Arcadia de Fabrice Colin. Une merveille que je n’ai pas hâte de terminer, tellement j’adore.

La noyée du lac La Belle Dame sans merci Lachesis

La noyée du lac est évidemment en rapport avec la belle Ophélie, si magnifiquement représentée par les peintres-poètes préraphaélites ; tout comme La Belle Dame sans merci, avec ses douces nuances de verts tendres ; Lachesis est la deuxième Moire du triptyque en cours, ces bijoux en gris anthracite qui me rappellent tant les Enfers. J’ai eu la chance de recevoir ces trois labradorites récemment, elles sont absolument incroyables et n’ont pas besoin de beaucoup de lumière pour révéler toute leur beauté.

Ces trois colliers se trouvent dès à présent dans la boutique :)

A bientôt !

Ouija & bijoux précieux

prev4

Bonjour !

Voici de nouveaux bijoux en ce début de semaine :)

Muse Elysea Yria

Muse est un bracelet réalisé un peu par hasard : de longues heures de travail, mais un résultat que j’aime énormément, avec sa labradorite. J’aime énormément cette possibilité de créer un bijou de A à Z à l’aide du fil de cuivre, ça ouvre des possibilités énormes lorsqu’on n’a pas de formation en bijouterie-joaillerie (à ce propos, j’espère pouvoir proposer, à moyen terme, des bijoux en fil d’argent massif !) ; Elysea est une ode à la nature qui se réveille, le début du printemps, tout en doré et vert ; et Yria met en scène ce quartz fumé que je veux monter en bijou depuis longtemps, mais sa forme particulière rendait la chose compliquée. Enfin, le voilà !

Ces bijoux sont disponibles dans la boutique !

Sinon, il se trouve que j’ai fait un petit réassort de papiers, pour réaliser des tirages avec mes illustrations : vous pouvez en profiter, si une illustration vous plait et qu’elle n’est pas dans la boutique :) Il suffit pour ça de me contacter.

A tout bientôt !

[RAV] Stop à la clope avec la e-cig

cig

(RAV = Rien à voir)(ouais, je sais)

Aujourd’hui je vais vous parler d’un truc qui n’a sûrement pas sa place ici, mais j’avais très très envie de l’écrire et de laisser une trace de ça quelque part sur le net, peut-être que ça pourra servir à quelqu’un…

Comme le dit le titre, j’ai arrêté de fumer (et de vapoter) grâce à la cigarette électronique. Je me suis fait un programme personnel, et après 6 ans de tabagisme, je suis actuellement non fumeuse et non-vapoteuse. Et ce sans douleur, sans frustration, sans aucune gêne ni manque (juste quelques kilos en plus). Si vous êtes curieux, si vous voulez arrêter, si vous voulez simplement avoir une idée de comment j’ai fait, vous trouverez ici mon ‘programme perso’, sinon, vous pouvez fermer la page ! Notez que je n’ai aucune action chez aucun fabriquant de e-cig ou de e-liquide, je ne me transforme pas en commerciale ! J’en ai juste marre de lire des bêtises un peu partout, des études mensongères qui disent que la e-cig est nocive et qu’elle n’aide pas à arrêter. J’en suis la preuve vivante !

Donc. Je le disais plus haut, j’ai commencé à fumer bêtement il y a 6 ans, et j’étais très accro. Impossible d’arrêter, les deux-trois tentatives se sont soldées par un échec cuisant. J’ai testé les substituts (les inhalateurs de nicotine, qui sont inefficaces, qui sont trop dosés et qui donnent des nausées), et ma mère a essayé les patchs (nausées aussi). Sans la cigarette électronique, je n’aurais même pas essayé d’arrêter. Lorsque la e-cig est arrivée, je l’ai testée dans sa version jetable, trouvable dans les tabac-presse (dégueulasse et très chère sur le long terme), et j’ai été bluffée par son efficacité : elle a remplacé ma clope pendant tout un après-midi, ce que je n’avais jamais réussi à faire. L’ouverture d’une boutique spécialisée juste à côté de chez nous nous a décidé, mon chéri et moi, à investir dans notre matos pour enfin arrêter, sur un an.

Je passerais sur les détails techniques, le fonctionnement, le budget, etc. C’est trouvable partout.

Quelques considérations avant de commencer :

– Familiarisez-vous avec le matos en vous renseignant sur internet, ou en allant dans une boutique (les vendeurs vous expliqueront tout. Je vous conseille Clopinette si vous en avez un à côté de chez vous).
– Comptez un an pour arrêter : c’est plutôt cool, vous pouvez prendre votre temps en diminuant les risques de santé. Ca peut être plus ou moins, c’est comme vous le sentez. Perso, j’ai commencé fin février 2013.
– N’ayez pas peur d’investir. On dit souvent qu’on rentabilise l’achat de la 1ere cigarette électronique (environ 70 €, selon les modèles) au bout de quelques semaines, mais il ne faut surtout pas oublier que TOUT est consommable dans la e-clope : il vous faudra remplacer les batteries (environ 15 €), les clearomisers (environ 5 €), les liquides (environ 5 €), éventuellement le chargeur (on a grillé notre chargeur en moins d’un an…)… MAIS le but étant d’arrêter, vous pouvez investir. Malgré tout, cela coûtera moins cher que du vrai tabac.
– ANTICIPEZ ! Lorsque vous fumiez des vraies clopes, vous avez sûrement été en rade de temps en temps, à courir pour trouver un tabac ouvert un dimanche soir… surtout si vous fumez des roulées : avoir son stock de tabac, de feuilles et de filtres. Et bien là c’est pareil. Et le but est de ne pas retomber dans le tabac. Vérifiez régulièrement que vous avez du liquide, et des batteries (comptez au minimum deux batteries, voire trois, et n’oubliez pas que ça s’use). L’avantage, c’est que vous pouvez commander tout votre matos sur le net.
– Vous allez passer pour des aliens face à vos amis, encore que… maintenant, tout le monde connaît la e-clope, et plus personne n’est étonné. On pourrait vous charrier… ne perdez pas la face et proposez à vos amis fumeurs de tester. Vous allez aussi continuer à voir des fumeurs, il ne faudra pas craquer. Au pire, attendez d’avoir vraiment banni le tabac pour voir des gens. Ensuite, vous vous rendrez compte que la fumée vous dérange…
– Vous craignez pour votre santé ? C’est vrai que personne n’est capable de dire, pour le moment, si la e-clope est nocive ou pas. Les études sont contradictoires : on dit qu’elle est nocive lorsque ce sont les lobbies et le gouvernement qui les pilotent, et qu’elle est parfaitement inoffensive lorsque ce sont des pro-e-clopes. Il n’y a rien d’objectif. Je suis partie du principe qu’elle est peut-être nocive, mais jamais autant que le tabac. De toutes façons, je ne veux pas m’attarder avec.
– Et le plus important : il faut VOULOIR arrêter de fumer. Pour de vrai. Souvent, on se voile la face, on se dit qu’il FAUDRAIT arrêter de fumer, mais on n’en a pas envie. Alors ça ne marche pas. Dites-vous que vous allez arrêter la cigarette, et que vous ne devez pas vous éterniser avec la e-clope.
– Je ne suis pas devenue une anti-tabac depuis que j’ai arrêté. Si je suis gênée par la fumée et l’odeur de cigarette, je ne serai jamais une donneuse de leçon, spécialement face aux personnes qui ne veulent pas arrêter (j’ai été dans ce cas), et face à celles qui n’ont pas réussi (ce n’est pas toujours simple). Je ne cherche pas à vous rendre non-fumeur à tout prix. Je dis juste qu’il faudra un jour se pencher sur le sujet, très sérieusement, vérifier la nocivité (ou la non-nocivité) du truc, et pourquoi pas, en faire la promotion en tant que grand plan anti-tabac national. Il paraît que l’Australie souhaite devenir le premier pays anti-tabac en communiquant énormément sur la e-cig, et sans dire que c’est la meilleure chose à faire, je pense qu’il faudrait faire des campagnes, en France, du genre ‘passez à l’électronique’. Mais bon, c’est moi.

C’est parti !
(je base les étapes sur celles que j’ai vécu moi-même, mais vous pouvez adapter)
Je vais parler de clope (= vraie cigarette) et de e-clope (= cigarette électronique), ne perdez pas le fil.

1ERE étape
Au début était le Verbe. Et votre premier achat. Vous rentrez tout content chez vous avec votre e-clope nouvellement achetée, et vos premières bouteilles de liquides. Vous avez hâte de tester. Donc lâchez-vous. Vous allez avoir l’occasion de fumer du fruit ou du bonbon cola, imaginez. En général, on commence avec du 12mg/ml de nicotine (ça peut être plus ou moins selon votre consommation de clopes, ceci fait partie des considérations techniques que je n’expliquerai pas, ça se trouve très facilement sur le net).
Le premier jour, vous allez encore fumer de vraies clopes. Le deuxième jour, pareil, mais moins. Au bout de quelques jours, vous allez vous rendre compte que vous pourrez vous passer du tabac entièrement. Si vous fumez depuis longtemps et que vous n’avez jamais réussi à arrêter, vous allez trouver ça dingue. Personnellement, en trois jours, j’avais rangé mon tabac à rouler dans une boîte.
Quelques conseils : ne rangez pas encore votre tabac et votre cendrier, vous pourrez craquer, et c’est normal. Normalement, le switch vers la e-clope se fait sans encombre, sans même y penser, en fait. Si vous n’y arrivez pas, c’est peut-être que vous n’êtes pas assez motivé.
Vous allez vous rendre compte que vous allez tirer sur votre e-clope plus souvent (certains l’ont même en permanence dans le bec). J’ai envie de dire que ce n’est pas grave. L’idée de la première étape, c’est de supprimer le tabac ET de casser vos habitudes. Par exemple, chez moi, je fumais sur le balcon, donc on sortait, ça faisait des pauses qui rythmaient la journée (après manger, avant de bosser, etc). Il fallait casser cette habitude, et donc vapoter dans l’appartement et ne pas sortir. Et on peut vite se retrouver avec la e-clope en permanence dans la main. Ce n’est pas grave.

2E étape
Vous voilà donc avec votre nouveau joujou, vous l’avez apprivoisé, démonté, remonté, vous le chérissez. Vous avez testé les différents goûts de tabac, puis de fruits, puis de bonbons. Bref, vous avez supprimer le tabac. Mais vous vous rendez compte que quelque chose ne va pas… vous êtes irritable, nerveux, de mauvaise humeur. On vous le fait remarquer. Ca va durer quelques jours à quelques semaines. NE CRAQUEZ PAS ! Vous supprimez tout simplement les additifs du tabac de votre organisme. Car on sait tous que la clope est une saloperie qui ne comporte pas que du tabac et de la nicotine, mais aussi plein de produits dégueulasses qui sont tout aussi addictifs. Donc vous êtes en manque. Essayez de ne pas y prêter attention, expliquez à vos proches et vos collègues que c’est normal, et qu’ils devraient ne pas trop vous répéter que vous êtes chiant et qu’on ne peut rien vous dire. Ca va passer.
Vous sentirez à un moment que ça va mieux, vous êtes plus serein, on ne vous casse plus les pieds. C’est qu’il est temps de baisser le dosage de vos liquides. Mais pas tout de suite. Accordez-vous quelques temps, un mois ou deux. Vous avez le temps.

3E étape
Le temps est venu de baisser le dosage de nicotine. Vous êtes bien, votre e-clope vous satisfait, le tabac ne vous manque pas. CA TOMBE BIEN, vous allez pouvoir le jeter, le donner, ou le vendre. J’ai donné à ma sœur mes paquets de Drum menthol, mes filtres et mon papier à rouler, mais je crois que j’aurais adoré les donner à un parfait inconnu dans la rue. Faites en une fête. Rangez votre cendar en vous disant que vous le ressortirez uniquement pour vos invités fumeurs. Rangez votre briquet dans un tiroir, avec les bougies et les encens par exemple. Ou alors, pour faire dans le symbolique, jetez le tout.
Donc, le dosage. Sur le marché, en-dessous du 12 mg/ml, vous trouvez du 6 mg/ml. Vous pouvez faire des mélanges (c’est parfaitement possible), mais je vous conseille de sauter du 12 au 6. Ouais, carrément. On divise par deux, et quand faut y aller, il faut y aller. Il va se passer la même chose qu’avant : vous allez être chiant, mais c’est pour la bonne cause. Ca ne durera pas. Attendez que ça passe, puis passez encore un mois ou deux avec ce dosage pour être serein.

4E étape
Vous allez connaître le refrain, on diminue au fur et à mesure. Chez Clopinette, ils vendent des liquides à 4 mg/ml (c’est la seule marque française qui le fait, je crois). Ensuite, vous allez devoir faire des mélanges si vous ne voulez pas passer au 0 tout de suite. Mélangez du 6 et du 0 à parts égales, ça fera du 3.

Application (vive les maths!) :
Personnellement, j’ai acheté un flacon vide de 30 ml, un flacon de liquide de 30 ml à 0 mg/ml, un flacon de liquide de 10 ml à 6 mg/ml. J’ai vidé le flacon de 6 mg/ml dans ma bouteille vide, puis j’ai rempli le reste avec du 0. Ca a donné du 1,5, donc. Ensuite, lorsque la bouteille est arrivée à la moitié, j’ai comblé avec du 0. Ca m’a fait un truc avec un dosage indéfinissable (moins de 1 mg/ml). Au fur et à mesure, j’ai comblé. Il ne reste quasiment plus de nicotine dans les liquides, mais on en est pas encore au 0. On peut continuer quelque temps avec ce dosage, et puis tenter des journées avec du 0. On se rend compte au bout d’un moment qu’on délaisse de plus en plus notre joujou, sans même y penser, même avec un peu de nicotine dedans. Mais ne relâchez pas votre attention, n’arrêtez pas maintenant. On peut se retrouver très nerveux car la dilution de nicotine dans le 0 se fait trop rapidement, parce qu’on sent que c’est bientôt le moment, le cap psychologique du 0, qu’on va bientôt être libre. Restez cool

5E étape
On arrive donc au moment où on atteint le 0. Et là, on touche au but. Il va falloir simplement arrêter l’habitude de vapoter, puisque ça ne sert plus à rien. Si vous ne pouvez pas, gardez du 0 pendant quelques semaines. Essayez de casser vos habitudes. Puis plongez dans le bain. Personnellement, j’avais comme résolution en 2013 de ne plus fumer, et de ne plus vapoter : en fin d’année, vers Noël, j’étais toujours avec ma e-cig au bec (même pas souvent). Je ne voulais pas passer 2014 avec ça, alors je l’ai rangée. Nous sommes fin mars, je n’y ai plus touché. Et elle ne me manque pas !

Congratulations ! Vous étiez ex-fumeur, vous voilà ex-vapoteur !

Une dernière chose avant de finir :
Comme toute personne qui a arrêté de fumer, il peut y avoir des effets secondaires. Celui que j’ai constaté était la prise de poids (la fameuse!). En quelques mois, j’ai pris 5 kg. Je n’y avais pas pensé du tout, et je n’ai pas appréhendé. Je ne me suis pas préparée à ça. Il faudrait donc que vous pensiez à cette éventualité (sur Tabac Info Service, ils expliquent que seulement un tiers des fumeurs ne prendront pas de poids, oui, la vie est injuste) : repensez à votre alimentation, commencez le sport AVANT de passer à la e-clope. Non seulement vous serez préparé, mais en plus, le sport vous fera vous dépenser, et vous ne serez peut-être pas (trop) irritable et nerveux. Pour info, j’ai constaté ma prise de poids lorsque j’ai commencé à faire mes dosages moi-même (à 1,5 mg/ml), ce qui me fait penser que la nicotine ne fait plus effet sur l’organisme à partir de ce taux.

La e-clope, au début du moins, aura les mêmes effets que la clope : effet coupe-faim, effet destressant (voire anesthésiant avant de dormir), le fameux 3 C du matin… au fur et à mesure, tout ça s’estompera, mais ça vous laissera le temps de mieux appréhender le changement. Les effets négatifs s’effaceront aussi : au bout de quelques mois, vous verrez que vous ne tousserez plus, vous aurez plus de goût et d’odorat (et vous ne supporterez plus l’odeur de la fumée de cigarette autour de vous. D’ailleurs, vous la sentirez, la fumée).

Comme toute personne qui a arrêté de fumer, il y a encore le spectre de la rechute. Normalement, au bout d’un an, il ne devrait pas y avoir de problème, mais on ne sait jamais. Souvent, les fumeurs rechutent au bout de quelques années. Donc, si jamais vous sentez que vous allez rechuter, ne vous précipitez pas chez votre buraliste. Gardez votre cigarette électronique, et allez acheter du liquide (ou racheter une e-clope si vous ne l’avez plus). Essayez de vapoter avec du 0, peut-être que c’est seulement le geste qui vous manque. Autrement, prenez un dosage relativement faible. Mais surtout, NE REPRENEZ PAS LE VRAI TABAC. Je considère depuis le début que la cigarette électronique est un outil absolument formidable, une énorme chance : je n’aurais pas arrêter si elle n’avait pas existé. Considérez vraiment que maintenant, il y a des fumeurs, et des vapoteurs. Au pire, redevenez vapoteur.

J’espère que cela vous aura aidé. N’hésitez pas à me poser vos questions:)

(en photo : ma meilleure copine pendant un an, qui maintenant est à la retraite)

Grandeur & décadence

prev1

Bonjour !

Aujourd’hui, je vous propose de nouveaux colliers d’inspiration décadente, de celle des grands hommes étouffés par la vapeur de l’absinthe. Le tout servi par d’incroyables labradorites qui méritent plus que des photos !

Le rêve de Baudelaire La goutte d'absinthe Clotho

Le rêve de Baudelaire est un mélange d’Art Nouveau et de décadence, de formes à la Mucha encadrant le vert vénéneux de l’absinthe ; la goutte d’absinthe, justement, pour rester dans cette inspiration, avec un rien de motif elfique ; et la suite d’une série infernale avec Clotho, ce fameux fil gris anthracite qui me rappelle tant les Enfers, avec ici le début d’un triptyque, puisque les deux sœurs viendront par la suite !

Ces colliers se trouvent dans la boutique, disponibles dès maintenant.

Sinon, dans la soirée sûrement, il y aura de nouveau des chèques-cadeau. Je les ai fait tout beaux, tout jolis, avec ce quelque chose de rétro qui me plaît beaucoup pour le moment :

Chèque-cadeau

A bientôt !

[Livres] S.

abrams_s

Hello !

Je tente l’exercice délicat de parler de livres que j’ai aimé, en sachant très bien que je ne sais pas vraiment faire cela : généralement, mes avis se classent en ‘j’aime’ ou ‘je n’aime pas’, de temps en temps en ‘j’ai totalement kiffé’, et très rarement ‘j’ai vraiment détesté’. Ça s’arrête ici. Alors pour le coup, il a fallu que ce soit un livre assez exceptionnel pour commencer, et croyez-moi, ça vaut le coup !

A peu près au moment de mon anniversaire, en février, je suis donc tombée sur ce livre, S., au rayon polar à la Fnac. Ce S énorme, en noir sur fond noir, m’a attirée de suite, et puis j’ai vu le nom de J.J. Abrams dessus, et là, j’ai presque sauté sur place <interlude> je voue un culte à Abrams, en tant que créateur du concept de Lost </interlude>. Je suis faible, je ne peux résister à l’appel du marketing… et donc, c’était mon cadeau de moi à moi.

Avez-vous vu ce trailer mystérieux, il y a quelques mois, présentant un nouveau projet d’Abrams avec Bad Robot ? Personne ne savait ce que c’était, on pensait même qu’il s’agissait d’une preview d’un début de commencement du prochain Star Wars (puisqu’on venait d’apprendre qu’Abrams allait le réaliser) :

C’était pour S. (on peut voir ici le 2e trailer). Le livre a donc été conçu par Abrams, et écrit par Doug Dorst. Il se démarque par sa fabrication, et sa façon de le lire : certains ont parlé de transmedia, et on en est pas loin (manque juste plus de websites officiels !). Venez donc voir…

Notre ouvrage se décompose en plusieurs parties : un joli étui tout noir, scellé, renfermant un livre intitulé Le Bateau de Thésée, annoté dans les marges (et un peu partout), et tout un tas de documents. Ca rappelle un peu Cathy’s Book, un roman ado qui se présentait sous la forme d’un carnet rempli de croquis et de souvenirs, mais ici, on va un peu plus loin que ça.

S S S S

Et du coup, ça raconte quoi ? Le Bateau de Thésée est un livre (fictif) trouvé dans une bibliothèque universitaire, paru en 1949, de la plume d’un certain V.M. Straka, mystérieux écrivain et révolutionnaire, à qui l’on prête des assassinats, mais aussi, et rien de moins, que le déclenchement de la Première Guerre Mondiale. Cet homme qui alimente les fantasmes et les rumeurs depuis le début du XXe siècle, est l’auteur d’un certain nombre de livres, qui seraient autant d’indices pour savoir qui il est vraiment. C’est ce que cherchent Jen et Eric, les deux étudiants qui ont écrit dans le livre : au début, ils annotent les pages, puis se renvoient la balle, font connaissance par l’intermédiaire du livre, et enquêtent pour découvrir la vérité sur Straka. Mais cela devient un peu trop dangereux pour eux…

Il y a plusieurs niveaux de lecture, et c’est cela qui fait tout l’intérêt du livre :
Le Bateau de Thésée de Straka, qui raconte l’histoire de S., un homme amnésique embarqué malgré lui dans une mission qui lui échappe (le gars que l’on voit sortir de l’eau dans le trailer)(le bateau de Thésée est également un concept philosophique très intéressant, qui se trouve être tout le propos du bouquin).
– La traduction du livre, réalisée par F.X. Caldeira, qui laisse quelques notes de bas de page ;
– Les notes et les documents de Jen et Eric, à la recherche de la vérité sur Straka et sur son entourage ;
– Votre propre interprétation de tout cela, ainsi que les codes qui se trouvent dans le livre (parce qu’il y en a !).

Si vous êtes tenté de le lire, je vous conseille de commencer en lisant simplement le texte du Bateau de Thésée (en essayant d’oublier les notes qui prennent beaucoup de place) : vous vous rendrez vite compte que Jen et Eric connaissent le livre par cœur, et vous serez vite perdu. Ensuite, vous pourrez lire le tout, en suivant les différentes couleurs (de toutes façons, il est possible de trouver des guides sur le net). C’est ainsi, je pense, que l’on prend toute la mesure de ce livre, toute la prouesse des auteurs.

Un peu partout sur le net, on parle du bouquin surtout pour sa fabrication, et généralement, les lecteurs sont un peu déçus, ils restent sur leur faim. Pourtant, je ne suis pas d’accord avec eux : au contraire, la conception du livre est vraiment géniale, et immersive. La fabrication du livre donne véritablement l’impression d’avoir un vieux bouquin dans les mains (la couverture rétro, les pages jaunies, les typos utilisées), et les documents glissés à l’intérieur font également parfaitement illusion. Comme si nous avions nous-mêmes trouvé le livre dans une bibliothèque. Au fur et à mesure, chaque chapitre révèle son secret, les connexions se font. Ce n’est pas trépident, ce n’est pas un thriller, et je crois que c’est ce que certains ont reproché au livre. C’est surtout une expérience, une autre façon de raconter une histoire qui se fait non pas avec des mots, mais avec ce qui va autour. J’ai trouvé ça absolument génial, car on imagine très vite que Straka est réel, tout comme Eric et Jen, et Caldeira, et les autres. Et ça m’a également fait réfléchir sur le sujet : raconter des histoires est mon activité principale, depuis toujours. Avec des images, ou des mots, ou même des bijoux. Alors pourquoi ne pas pousser le concept encore plus loin ? Et même avec le net ? (c’est ce qui manque à S., justement, il y a plusieurs sites, mais un seul est officiel apparemment). Avec du recul, j’ai toujours rêvé de raconter des histoires avec des images, du mouvement, du son (ça s’appelle un film, donc), alors ici, ce livre me donne d’autres idées.

Bref, ce livre fut un peu mon coup de cœur du début de l’année (ça arrive trop peu souvent !). Je regrette juste que l’édition française ne soit pas à la hauteur de l’édition originale américaine : les annotations et les documents sont véritablement écrits à la main, et non pas écrits à l’ordinateur à l’aide d’une font manuscrite (j’ai presque envie de me la payer, pour mon côté collectionneuse de bouquins beaux et différents). Je ne peux que vous conseiller d’essayer, surtout que son prix n’est pas si élevé, par rapport à sa fabrication, donc vraiment, n’hésitez pas, si vous aussi, vous voulez savoir qui est Straka…

S., par J.J. Abrams & Doug Dorst
éditions Michel Lafon, 24,95 €
Sur le site de l’éditeur
Site de fans pour décoder le livre (Spoilers)
Ressource officielle (Spoilers)

Edit : si vous l’avez lu, je serais très heureuse d’en discuter quelque part :)

Comme un voyage, loin…

prev20

Bonjour !

Je vous propose aujourd’hui trois nouveaux colliers !

Rapunzel Oracle Moera

Rapunzel est un pendentif élégant réalisé autour d’une très belle labradorite aux reflets violets (mes préférées !)(nommé ainsi car il y a eu une apparition de Rapunzel dans l’épisode de Once Upon a Time que j’ai regardé hier) ; Oracle et son look des enfers (je ne sais pas pourquoi, c’est ce que m’inspire le gris anthracite du fil utilisé), et sa labradorite d’un vert turquoise et nacré incroyable ; Moera, toujours en gris, et sa labradorite aux reflets pourpres ou violets selon la lumière.

C’est ici que ça se passe, si ces bijoux vous intéressent !

Merci à vous pour votre passage par ici, et à bientôt pour d’autres trésors :)