• Pas de produit dans le panier

En savoir plus : Les égrégores de Victoria St. John Lire le 1er épisode

 

[TW : suicide]

Saul a la particularité de voir plusieurs futurs probables au présent qu’il est en train de vivre.

Mais en rêve, seulement en rêve.

Réveillé, il lui est impossible d’entrevoir ce qui pourrait bien se passer – là, par exemple, dans combien d’avenirs se planterait-il en voiture, alors qu’il roule à près de 150 km/h, de nuit, sur cette autoroute déserte  ? C’est le genre de question qu’il se pose quand son esprit hyperactif n’est pas occupé. À cet instant, il aurait donné n’importe quoi pour se trouver ailleurs. Pas dans cette bagnole, pas sur cette route, pas ce jour, ni cette année, ni même ce monde.

Ailleurs. Dans un monde parallèle, dans lequel Olivia aurait répondu à son coup de fil au lieu de ne pas décrocher et de laisser son téléphone sonner dans le vide à n’en plus finir.

Dans son rêve cette nuit, c’était elle qui l’appelait. Voix lointaine et hachée qui ne parvient plus à articuler les mots. Les syllabes qui s’érodent, s’essoufflent et se perdent.

Saul, j’ai fait une connerie.

En se réveillant, il a attendu en vain le coup de téléphone. Et comme elle-même ne répondait pas lorsqu’il a tenté de la joindre, il a compris que le futur en cours était peut-être celui qu’il redoutait le plus. Il a alors sauté dans sa voiture et a roulé sans regarder le compteur, craignant à chaque instant d’arriver trop tard.

Il existe des dizaines de futurs possibles pour Olivia, et pour lui-même, et chaque personne présente sur cette Terre. En général, Saul ne se risque pas à y jeter un coup d’œil  ; il refuse de se laisser porter par le courant de ses rêves, parce que ce sont toujours les vagues menant à la mort des autres – ou à la sienne – qui s’avèrent les plus faciles à emprunter.

Tu as fait quoi  ? a-t-il demandé à Olivia.

Elle n’a pas répondu, mais il a deviné qu’elle avait, encore une fois, avalé trop de médicaments.

Appelle le SAMU, a ordonné Saul. Raccroche et appelle-les.

Elle a raccroché, mais il ignore si elle lui a obéi. Ce qui n’a pas d’importance, puisqu’il s’agissait d’un rêve, d’un futur qui ne se produira pas.

Et si elle était partie bosser et avait oublié son téléphone ? songe Saul.

Dans le pire des cas, il se serait planté et elle pourra se foutre de lui. Saul l’espère, d’ailleurs. Il espère se faire du souci pour rien, et qu’elle n’essaiera pas de mettre fin à ses jours comme il l’a vue si souvent dans ses rêves – mais aussi dans le vrai monde. Elle l’a déjà fait plusieurs fois, elle l’a déjà tenté. Malheureusement, Saul connaît trop bien la portée de ses songes pour imaginer se tromper…

Il ne parviendra pas à arriver avant qu’elle ne prenne ces médicaments, il vit bien trop loin.

Personne n’est jamais là quand je réalise que je me suis loupée, lui a-t-elle confié un jour. Personne n’est là quand je me réveille.

Si quelqu’un est présent pour une fois, cessera-t-elle de croire qu’elle n’a aucune place dans ce monde  ?

Au moment où Saul formule cette pensée, P5hng Me A*wy démarre dans sa playlist aléatoire, son titre favori de Reanimation. Foutu coup du hasard. Qui sait que son chanteur se suicidera dans quelques années  ? C’est l’une de ses nombreuses prédictions, un futur possible qui se répète à l’infini, de ceux qu’il aimerait effacer de son esprit. Certaines personnes n’ont pas d’autre destin, semblerait-il, que de s’ôter la vie. Et beaucoup d’entre eux en ont parfaitement conscience, ce qui les conduit toujours à cette extrémité, comme une prophétie auto-réalisatrice.

Et Olivia en fait partie.

Les avenirs dans lesquels elle s’en sort s’avèrent bien trop rares  ; dans tous les autres, elle disparaît. Saul espère que ce futur qui s’annonce ne sera pas de ceux-là.

Il se raccroche à un autre avenir possible, celui dans lequel il patiente dans la sinistre et froide salle de réanimation, attendant qu’Olivia ouvre les yeux pour lui montrer que quelqu’un est là, présent pour elle lorsqu’elle émergera de ce coma provoqué par les médocs. Un monde dans lequel elle s’en tirera, l’esprit encore endormi, la mémoire en lambeaux, mais pas seule, pas cette fois.

Changement de piste.

Une étrange image passe par la tête de Saul, qui ne peut s’empêcher de sourire malgré son angoisse. La vision de Victoria déposant le CD sur l’une des innombrables étagères de sa tour, disque argenté brillant de mille couleurs dont la jeune femme ne peut comprendre l’usage.

La tour. Le visage pâle de son aïeule. Les centaines d’égrégores poussiéreux, oubliés depuis des années.

La tour dans son rêve.

Ce rêve.

Saul ouvre les yeux. Dehors, l’orage gronde – voilà quelque chose qu’il n’avait pas vu dans le songe dont il vient de se réveiller. Mais tant pis  ; cette fois, il n’attendra pas le coup de téléphone d’Olivia.

À peine une demi-heure plus tard, il démarre sa voiture et s’élance sur la route pour tenter d’arriver à temps.

 

(l’histoire de ce CD)

(bannière : photo par Brittany Gaiser, modifiée par l’autrice)

2 juin 2018
16 juin 2018

Laissez votre commentaire