• Pas de produit dans le panier

En savoir plus : Les bijoux de l’Onirographe

 

— C’est si beau, quand il neige sur Érèbe ! s’exclama Ellie Valentine.

La fillette ne paraissait pas y croire. Elle s’avançait avec réserve, presque avec timidité, sur l’immense place centrale couverte de blanc, les yeux brillant d’émerveillement, les mains levées en coupe devant elle afin de recueillir quelques flocons. Elle était jolie dans sa robe à froufrous immaculée et ses bottines, ses longs cheveux châtains tressés. À ses côtés, grande dame sombre au chignon sévère et à la mante noire, Victoria St. John souriait, ravie de faire découvrir Érèbe à quelqu’un d’autre.

Elle regardait Ellie s’enhardir et s’élancer dans la neige vierge pour la marquer de l’empreinte de ses pas, danser sous le ciel alourdi de nuages. Tout autour, le monde gardait le silence, écrin feutré des rires cristallins qui résonnaient entre les immeubles.

Le monde de Victoria était une version rêvée, fantasmée, irréelle d’un mélange entre Londres et Paris, les deux villes de son cœur. Une capitale onirique parfaite et lumineuse, déserte à sa demande, dont elle arpentait les rues depuis tant d’années qu’elle ne pouvait plus les compter. L’arrivée inopinée d’Ellie changeait la donne car elles seraient deux à s’y promener à présent, mais cette perspective ne la dérangeait pas. Bien au contraire, elle la mettait en joie.

Ellie revint rejoindre Victoria qui s’était assise sur un banc. Les joues de la fillette étaient rouges d’effort et d’excitation, et des mèches folles s’échappaient de sa tresse.

— Quel dommage de ne pas pouvoir partager l’existence de cet endroit… déplora-t-elle. C’est si beau !

— Ne crois-tu pas qu’Érèbe est encore plus beau lorsque nous sommes les seules à pouvoir y entrer ?

La petite fille réfléchit quelques secondes, puis rit de nouveau.

— C’est vrai, répondit-elle ensuite. Mais tout est si… si grand, si intimidant…

— Je t’apprendrai tout ce qu’il y a à savoir sur Érèbe. Je te montrerai ses secrets, ses cachettes, et les merveilles que l’on peut y trouver.

L’éblouissant sourire d’Ellie attendrit Victoria, qui retrouvait la paix à ses côtés. Elle puisa alors en elle, commanda à Érèbe, et fit tomber la neige un peu plus fort. De lourds flocons dansaient devant elles, milliers de fées hivernales étincelantes.

 

21 janvier 2019
1 février 2019

Laissez votre commentaire