L’Onirographe


Onirographie

nom commun, du grec ancien ὄνειρος, ‘rêve’, et γράφειν, ‘écrire’.

1. Art de créer des mondes à partir de la matière des rêves ;
2. Capacité des marcheurs de rêves à voyager entre les mondes ;
3. Site de Rozenn Illiano depuis 11 ans.

 

Je m’appelle Rozenn, et je passe mon temps à décrocher les griffes de mon chat. À part ça, je fabrique des histoires et écris des trucs. Ou l’inverse.

La fantasy ne me fait pas rêver et la SF me paraît bien trop compliquée, si bien que je n’écris quasiment que du fantastique (et du post-apo à tendance divine, avec anges exterminateurs et tout le décorum). À ce jour, j’ai autopublié trois livres, proposé douze nouvelles à la lecture sur internet, écrit cinq romans et publié une petite dizaine de trucs divers (nouvelles, album jeunesse, illustrations).

Dans la vraie vie, je suis une hyperactive touche-à-tout qui doit être constamment occupée à bosser (sous peine de voir son cerveau imploser). Je déteste le soleil et faire des efforts sociaux, j’adore la bière et le café (mais pas en même temps), monter des Lego, les vernis à ongles à paillettes et les bracelets de perles. J’apprécie Stephen King et Poppy Z. Brite, Estelle Faye, Dan Brown, Ben H. Winters et les sœurs Wachowski. Quand j’écris, j’écoute exclusivement Linkin Park, Tricky, Archive et Kidneythieves. J’aime le noir, les symboles, l’ésotérisme, le béton de la ville, Pierre Soulages et Jackson Pollock, les Préraphaélites et Le Bernin, ainsi que les ball-joined dolls et Final Fantasy.

Je suis également créatrice de bijoux pour ma petite boutique Oxyde Jewelry, et je vis à Rennes avec mon compagnon Xavier Collette (illustrateur de BD et de jeux de plateau) et mon chat Lilith.

 

 Oniro Prods

Oniro Prods est le nom que j’ai donné au ‘label’ qui sert à publier mes propres textes (en général des nouvelles, même si je n’exclus pas d’autopublier mes romans un jour prochain). Ces livres sont disponibles à l’achat sur ce site, dans la boutique.

 

* Onirographes et marcheurs de rêves sont des personnages récurrents dans mes romans L’Épine Noire et Passeurs.