• Pas de produit dans le panier

Étiquettes

Les bijoux de l’Onirographe

Sœur du Silence

En savoir plus : Les bijoux de l’Onirographe

 

Voilà longtemps que je ne vous avais pas vu, mon cher. Quel plaisir de vous retrouver ! Prenez place, venez. Il fait bien chaud près de la cheminée, vous semblez avoir besoin de vous réchauffer après votre voyage. Quel froid !
Alors, quelles nouvelles depuis notre dernière rencontre ? Oh, vous avez bientôt terminé votre étude ? En voilà une excellente annonce ! J’ai d’ailleurs pensé à vous, l’autre jour, j’ai découvert d’étranges plantes et je me suis dit qu’elles pourraient figurer dans votre herbier. J’en possède quelques échantillons dans mes bagages, je vous les confierai.
De mon côté ? J’ai mis au jour deux ou trois contrées intéressantes. J’ai aussi eu l’occasion de croiser la route des Sœurs du Silence. Les fameuses, oui ! Ces femmes sont incroyables : des religieuses doublées de formidables guerrières… et pas un mot ne s’échappe de leurs bouches ! L’on prétend qu’il s’agit là de la source première de leur pouvoir…

Pour tout vous dire, j’en ai rencontré une il y a une lune de ça, dans un charmant village comme celui-ci. Une belle jeune femme, à peine sortie de l’adolescence, qui aurait anéanti une armée entière d’un seul regard tant elle me paraissait déterminée. Elle a rompu son vœu de silence ; elle savait qui j’étais, bien entendu, et quel genre d’explorateur je suis… Voyager de rêve en rêve n’est pas discret, m’a-t-elle dit. Elle me surveillait depuis un moment, ce qui m’a particulièrement surpris : je ne m’imaginais pas suivi. Saviez-vous que certaines d’entre elles possèdent le pouvoir des songes ? Elles sont comme nous ! Les marcheuses de rêves guettent les allées et venues de notre Guilde depuis le début ou presque. Ainsi, mon interlocutrice m’a mis en garde : nous devrions faire très attention, prendre d’infinies précautions lors de nos voyages.
Pourquoi ? Je l’ignore ! Elle n’a pas voulu me le confier. En revanche, elle m’a donné son médaillon, celui qu’elles portent toutes autour du cou, et m’a recommandé d’aller voir une autre Sœur dans ce monde-ci. Voilà la raison de ma venue sur ces terres. Attendez, je vais vous le montrer.
Il est magnifique, ce bijou, n’est-ce pas ? L’on raconte que les pierres de ces colliers n’appartiennent à aucun des mondes dans lesquels on les exhume. C’est un trésor inestimable que m’a offert la Sœur… mais je crois qu’au-delà de l’objet, les possibilités qu’il m’ouvre se révéleront plus précieuses encore. Filius cherche depuis longtemps à approcher les Sœurs car il a tant de questions à leur poser…
S’il est envieux que je m’y rende ? Et pas lui ? Oui, bien entendu, vous connaissez Filius ! Mais il ne m’en a pas voulu. Il est heureux, au contraire. Le travail de la Guilde consiste à recueillir les histoires et les sagesses des autres mondes. J’en suis l’agent autant que lui, nous sommes investis d’une même mission.
Tout comme vous, mon cher ! Qui sait quels trésors nous allons encore découvrir ?

 

Neige d’Érèbe

En savoir plus : Les bijoux de l’Onirographe

 

— C’est si beau, quand il neige sur Érèbe ! s’exclama Ellie Valentine.

La fillette ne paraissait pas y croire. Elle s’avançait avec réserve, presque avec timidité, sur l’immense place centrale couverte de blanc, les yeux brillant d’émerveillement, les mains levées en coupe devant elle afin de recueillir quelques flocons. Elle était jolie dans sa robe à froufrous immaculée et ses bottines, ses longs cheveux châtains tressés. À ses côtés, grande dame sombre au chignon sévère et à la mante noire, Victoria St. John souriait, ravie de faire découvrir Érèbe à quelqu’un d’autre.

Elle regardait Ellie s’enhardir et s’élancer dans la neige vierge pour la marquer de l’empreinte de ses pas, danser sous le ciel alourdi de nuages. Tout autour, le monde gardait le silence, écrin feutré des rires cristallins qui résonnaient entre les immeubles.

Le monde de Victoria était une version rêvée, fantasmée, irréelle d’un mélange entre Londres et Paris, les deux villes de son cœur. Une capitale onirique parfaite et lumineuse, déserte à sa demande, dont elle arpentait les rues depuis tant d’années qu’elle ne pouvait plus les compter. L’arrivée inopinée d’Ellie changeait la donne car elles seraient deux à s’y promener à présent, mais cette perspective ne la dérangeait pas. Bien au contraire, elle la mettait en joie.

Ellie revint rejoindre Victoria qui s’était assise sur un banc. Les joues de la fillette étaient rouges d’effort et d’excitation, et des mèches folles s’échappaient de sa tresse.

— Quel dommage de ne pas pouvoir partager l’existence de cet endroit… déplora-t-elle. C’est si beau !

— Ne crois-tu pas qu’Érèbe est encore plus beau lorsque nous sommes les seules à pouvoir y entrer ?

La petite fille réfléchit quelques secondes, puis rit de nouveau.

— C’est vrai, répondit-elle ensuite. Mais tout est si… si grand, si intimidant…

— Je t’apprendrai tout ce qu’il y a à savoir sur Érèbe. Je te montrerai ses secrets, ses cachettes, et les merveilles que l’on peut y trouver.

L’éblouissant sourire d’Ellie attendrit Victoria, qui retrouvait la paix à ses côtés. Elle puisa alors en elle, commanda à Érèbe, et fit tomber la neige un peu plus fort. De lourds flocons dansaient devant elles, milliers de fées hivernales étincelantes.

 

Le saule pleureur

En savoir plus : Les bijoux de l’Onirographe

 

Journal d’E. V. – 1883

Par un étrange phénomène que je ne puis comprendre, le château s’étiole un peu plus chaque jour. Ce n’est pas le temps qui l’érode : le processus est rapide, bien trop rapide d’ailleurs, et se déroule à vue d’œil.
Non, il y a là un mystère qui m’échappe, et qui plonge la demeure dans un état non pas de décrépitude, mais… d’épure. Comme s’il cherchait à se réduire à sa plus simple expression.
Je crois en réalité qu’il s’adapte à l’hiver.

Il faut dire que j’ai fait naître le château au cœur de cet océan de froid, au centre exact du lac gelé, et sans doute que la pierre, à force de côtoyer la neige, a préféré lui céder plutôt que s’échiner à lui résister. Le marbre et les dorures, déjà, perdent leurs couleurs dans le vestibule ; l’escalier est plus blanc encore, presque translucide, et le verre des fenêtres s’est évaporé dans les airs comme si je devais moi-même éprouver la fraîcheur de mon monde.
Ah, je ne peux m’empêcher de rire en y songeant. Je suis responsable de mon hiver… Je suis responsable du château que j’ai créé, ainsi que de ce monde. Ce n’est qu’un rêve, après tout.
Que l’hiver vienne !

Addendum – octobre 1888

Quelle naïveté dans ces mots. Aujourd’hui, alors que je relis ce journal onirique, je réalise à quel point ce monde, à quel point Érèbe reflète nos pensées. Nos rêves, bien sûr, nos joies et nos peines, et surtout les fêlures dans notre âme.
Le château s’étiolait car il ressentait ma solitude de gardien. Il m’envoyait un message ; et je ne l’ai pas écouté.
Lorsque Lisbeth a opéré les changements dans la bâtisse, lorsqu’elle en a fait un jardin sauvage et enneigé par la simple force de son esprit, elle l’avait déjà compris. Il ne lui avait fallu que quelques semaines, tandis que moi, j’ai mis des années à le réaliser.
Les arbres ont poussé entre les murs, sous les toits, effaçant la pierre et le marbre, laissant passer les flocons et la lumière de la lune. Sur la terrasse, un saule pleureur est apparu.
Incroyable baliveau à la ramure tombant telle une cascade sur le lac, aux feuilles blanches comme la neige, au bois transparent, tronc et branches de glace, grandissant à vive allure. Toute la beauté d’Érèbe réunie au cœur d’un seul arbre.
Splendide comme le monde du Vide, oui… mais aussi froid, aussi seul, aussi triste que nous le sommes. Ce n’est qu’un rêve… Pourtant, ce secret devient trop lourd à porter.

 

Océan

En savoir plus : Les bijoux de l’Onirographe

 

Je ne sais plus quel jour on est. Mais je ne crois pas qu’une quelconque date revête la moindre importance dans mes rêves. Où je me situe sur la ligne du temps, si ce n’est sur une ligne trop droite ?
La seule ligne que je veux voir, c’est celle de l’horizon. Là où le bleu du ciel se confond avec celui de l’océan. Le bleu dans les yeux de Fañch, qui rit près de moi à une vanne que je ne me souviens pas avoir faite. Tant pis.

Nous sommes tous les deux assis face aux vagues, les pieds nus plongés dans le sable chaud, et le goût du sel piquant la langue. Fañch garde le sourire, le regard perdu dans le lointain. Chaque fois que je le vois dans mes rêves, il est habillé comme lorsque nous nous sommes croisés dans cet immeuble désert juste après le début de la fin du monde : son treillis kaki, son t-shirt avec le logo d’Archive, ses vieilles baskets délavées. Mais ici, il me paraît infiniment plus heureux, bien plus que dans le vrai monde.
Nous sommes comme deux naufragés de l’Apocalypse, réfugiés dans nos songes. Le ciel est si bleu, l’air est si doux, la musique des vagues est si apaisante… pourtant, nous restons fidèles à nous-mêmes, amaigris et sales, les ongles noircis par la cendre.
La tête pleine de cauchemars. Le tic tac de l’horloge, qui résonne sans fin dans nos esprits.
Non, Lili. Le temps n’a pas cours dans tes rêves.
Seuls comptent le sable, et la quiétude de l’océan, et la présence de Fañch.

 

La Cité dans le sable

En savoir plus : Les bijoux de l’Onirographe

 

Atlacoaya est une cité que l’on entend. Mais on ne l’écoute pas, et à ce titre, elle ne parle plus, elle garde le silence depuis des siècles.

Perdue non loin de la frontière du désert, entourée de sable et de terre desséchée, elle brûle comme une pierre oubliée au soleil. C’est une cité-État immense établie il y a de cela un millénaire sur le plus grand carrefour marchand entre la zone du Froid et celle de la Nuit, au cœur de la région que l’on appelle l’Ancien Nord. À présent, les caravanes commerçantes ont disparu, parce qu’il n’existe plus aucune contrée accueillante nulle part ; un mal mystérieux ronge la planète, transforme ses terres et ses mers en champs de pierre noire stérile sur lesquels rien ne peut pousser. Et Atlacoaya, joyau fatigué et assoiffé planté au cœur du désert, demeure le dernier refuge qui existe.

La Cité-sans-roi n’en ressemble pas moins à un enfer, certains jours. Ses marchés géants, ouverts en permanence, attirent toujours plus de négociants et de visiteurs venus des quelques villes et villages résistants à la chaleur près du désert ; une joyeuse cohue, mélange de cris, de chants, d’interpellations en tout genre, de couleurs, de parfums divers, qui ne prend fin qu’au moment où le soleil se couche.

Dans les quartiers voisins, les maisons s’empilent les unes sur les autres, construites en dépit du manque de place et du bon sens. Ce sont des habitations en pierre rudimentaires, avec de simples ouvertures en guise de portes et quelques meubles bricolés avec les moyens du bord – bois, osier, carton fabriqué à la main, argile… Des familles entières s’entassent dans ces maisons minuscules. Ce qui n’entame en rien leur bonne humeur et leur volonté de faire tourner la ville comme si cette dernière était une mécanique ancienne menaçant de tomber en panne à tout moment : les rouages vieillis grincent, les pièces cassées ne pourront jamais être réparées, mais la machine poursuit son œuvre avec vaillance.

À chaque heure du jour ou de la nuit retentissent cloches et chants, dont le son monte jusqu’au ciel éternellement sans nuages comme pour interpeller des dieux qui ne répondront jamais. Il y a des centaines d’églises à Atlacoaya, des centaines de clochers, de minarets, de coupoles, et c’est pour cette raison qu’on l’appelle la cité aux mille temples.

Et la cité aux mille noms, aussi. Mille noms selon les langues, selon les régions, selon qu’on aime ou qu’on déteste cette ville erratique qui ne s’endort jamais vraiment, qui illumine le désert et tout le pays – ou du moins ce qu’il en reste – par son aura vibrante de vie et de magie.

Mais personne ne l’écoute. Alors elle se tait.

 

(merci à Alexa !)