• Pas de produit dans le panier

Étiquettes

Le Prunellier

La forêt d’Adria – à lire sur Wattpad !

Voilà longtemps que je n’avais pas partagé de nouvelle sur Wattpad ! Voilà longtemps que je voulais retravailler La forêt d’Adria, un texte qui date un peu (écrit en 2012, publié en 2013 dans le recueil Le Rêve du Prunellier). Cette nouvelle était souvent la favorite des lectrices & lecteurs du recueil, alors il était temps pour moi de la partager !

 

Résumé

 

« Un mortel est venu, un jour. Il espérait offrir un bijou à sa fiancée. Il a cueilli une fleur d’Adria pour la transformer en joyau, la sertir sur un anneau. La forêt l’a fait prisonnier. Il s’est changé en arbre. »

Maître Cornélius, grand explorateur du Royaume de Mahera, découvre enfin l’emplacement de la mystérieuse forêt d’Adria, qu’il traque depuis toujours. Il prépare alors la dernière expédition de sa vie, un voyage de ceux dont on ne revient pas.

 

Lire sur Wattpad Lire sur Calaméo La fiche du livre

 

Iris par Xavier Collette

Ce texte a été corrigé en profondeur, mais pas entièrement réécrit : il n’est donc ni parfait ni représentatif de mon travail actuel. Il a aussi été actualisé pour coller au mieux aux évolutions de ma grande histoire. Si vous possédez Le Rêve du Prunellier chez vous, vous pourrez voir vous-mêmes les différences :)

Pour la petite histoire, j’ai écrit un roman adapté du Rêve du Prunellier, L’Épine Noire, que j’ai soumis à des maisons d’édition (qui ont toutes dit non, comme vous vous en doutez). Comme La forêt d’Adria constitue un épisode plus ou moins important de ce roman, je l’ai gardé pour moi en me disant que je ne devrais pas publier la nouvelle pour des questions d’exclusivité… Mais maintenant que j’ai décidé d’auto-éditer L’Épine Noire, je peux vous la partager ! L’Épine Noire est prévue pour l’année prochaine, car je dois tout réécrire. Vous en saurez beaucoup beaucoup plus sur Adria, le Royaume de Mahera, et Isarius…

 

 

Pour finir, un petit bonus ! J’ai écrit La forêt d’Adria en m’inspirant de pas mal de mes (vieilles) illustrations (à moins que ce soit l’inverse ?), voici une petite galerie :)

 

J’espère que la nouvelle vous plaira ! N’oubliez pas de me dire ce que vous en avez pensé, et de mettre des étoiles sur Wattpad !

 

La forêt d’Adria

  • Non classé
  • Fév 6, 2018

VERSION NON CORRIGÉE
Genre : fantasy
Date : 2018
  Univers : le Prunellier

Résumé

« Un mortel est venu, un jour. Il espérait offrir un bijou à sa fiancée. Il a cueilli une fleur d’Adria pour la transformer en joyau, la sertir sur un anneau. La forêt l’a fait prisonnier. Il s’est changé en arbre. »

Maître Cornélius, grand explorateur du Royaume de Mahera, découvre enfin l’emplacement de la mystérieuse forêt d’Adria, qu’il traque depuis toujours. Il prépare alors la dernière expédition de sa vie, un voyage de ceux dont on ne revient pas.

Lire sur WattpadLire sur Calaméo

Infos

La forêt d’Adria fait partie de l’univers du Prunellier. Cette nouvelle a écrite en 2013 et publiée dans le recueil auto-publié Le Rêve du Prunellier (épuisé). Elle a été entièrement réécrite pour cette nouvelle publication sur Wattpad.

  • Illustration de couverture : Xavier Collette

 

Illustrations diverses

Layelis

J’ai commencé fin 2017 deux nouvelles custo de poupées Monster High, et voici la première ! Je vous présente Layelis Silaere, Ovate du royaume d’Etaìne, l’un de mes plus vieux personnages.

Etaìne est un royaume particulier : il est posé sur une sorte d’entité toute-puissante qui envoie des rêves à certains de ses sujets, montrant le futur ou le passé. Ces gens sont appelés des Rêveurs, et certains deviennent ainsi des Ovates, des prêtres et prêtresses qui assistent les dirigeants du royaume. Layelis, que l’on voit ici sous sa seconde forme, en fait donc partie.

Il est possible que vous connaissiez déjà cette demoiselle : je l’ai dessinée un nombre incalculable de fois (voyez sur DeviantART, par exemple), et j’ai raconté une minuscule partie de son histoire dans la nouvelle D’hiver et d’Ombres,  du recueil Le Rêve du Prunellier. Il s’agit d’un personnage-clef de ma grande fresque, que vous découvrirez vraiment dans le roman L’Épine Noire (l’année prochaine !).

 

La poupée est une Frankie Stein à mon grand regret non articulée, sur laquelle j’ai tout refait : le face-up (vraiment pas top, les photos font ressortir tous les défauts, je le recommencerai), les cheveux (j’ai retiré les cheveux d’origine pour en réimplanter d’autres, 15h de boulot en tout), etc. La robe a été réalisée avec des chutes de tissu et de rubans, du papier de soir et du papier crépon. Les bijoux sont faits avec des perles de verre et Swarovski, ainsi qu’avec un collier de l’Atelier Terra Nostra que je ne portais plus, du coup c’était autant le recycler !

J’ai montré toutes les étapes de customisation sur Twitter, vous pouvez voir ça ici.

Si cela vous intéresse, il existe une page avec ma première Monster High customisée, Lyra. J’ai un autre projet sur le feu, un personnage qui ne m’appartient pas cette fois, je vous montrerai quand je l’aurai terminé :)

Le Prunellier

  • Non classé
  • Déc 15, 2017

Maître Isarius est un inventeur de génie dont plusieurs découvertes ont changé le monde de Mahéra. Pourtant, la plus importante de toutes est reléguée au rang de gadget pour riches, un appareil appelé onirographe permettant de contrôler le contenu de ses rêves.

L’onirographe n’est pas ce qu’il semble être, il ne devait pas finir entre les mains de ces gens. Son usage était réservé à ceux qui possèdent le pouvoir des rêves… comme Isarius. Car les marcheurs de rêves de Mahéra sont capables de voyager d’un monde à l’autre et d’ailleurs, ils ne s’en privent pas. Inventeurs, explorateurs, aventuriers issus de multiples univers différents, ils se réunissent en une Guilde à la recherche d’histoires, de contes, de traditions, jusqu’à ce que leurs allers et venues attirent l’attention, et que les mondes qu’ils découvrent disparaissent les uns après les autres.

 

Le cycle du Prunellier commence avec le recueil de nouvelles Le Rêve du Prunellier, un fix-up de nouvelles de fantasy racontant l’histoire de la mystérieuse figure du Prunellier. Ce recueil n’est plus disponible aujourd’hui, mais certaines de ces nouvelles bénéficient d’une seconde vie, à l’image d’Amélia des Tours qui a été reprise dans le recueil Fêlures.

Aujourd’hui, Le Rêve du Prunellier est en voie de dissection pour former un roman, L’Épine Noire, qui forme un diptyque indissociable (et pourtant indépendant) avec le roman Onirophrénie.

 

Bonus

 

Illustrations

Fun facts (1)

Quelques petites anecdotes à propos de mes histoires… sans spoiler !

 

Le Rêve du Prunellier / Fêlures / 18.01.16

  • La corneille qui vient recueillir l’âme du vieil homme dans Poe est une Ombre qui se balade dans notre monde (ce qui ne peut pas arriver, j’ai fait une erreur d’aiguillage à l’époque, mais je n’avais pas encore trouvé tous les liens entre mes histoires).
  • La ville décrite dans Échos du froid est la même que celle d’Amélia des Tours (et Layla des Tours, aussi), mais pas à la même époque.
  • La toute première version de Pluie & rouille (autrefois Un goût de pluie et de rouille) a été écrite en 2004, c’est le premier texte que j’ai terminé.
  • J’ai écrit Souvenirs d’encre après mon dernier tatouage, et la nouvelle est à l’origine de mon personnage Oxyde (du coup, mon tatoueur est littéralement à l’origine de la série TOWN. Je prépare un article sur la genèse d’Oracles, on en reparlera à ce moment-là).
  • J’ai écrit Burn the Witch après avoir vu un reportage sur les SDF de la Défense.
  • Côme est carrément inspiré du Mérovingien de Matrix. Il aurait dû être un ‘méchant‘, à la base.
  • Selim dans Une grande nouvelle est inspiré de Miles Straum dans Lost. Son prénom est à l’envers.
  • On trouve le Chat dans tous mes livres (sauf Fêlures et 18.01.16). Mon chéri aussi met le Chat dans ses projets, un jour on vous fera une rétrospective.

 

L’attrape-rêves

  • Le personnage de Lili a été créé pour une sorte de projet littéraire que je n’ai jamais poursuivi, un blog dans lequel une jeune femme raconte ses rêves.
  • Lili est mon souffre-douleur. Tous les trucs qui ne vont pas chez moi, elle les a.
  • La première apparition de Lili se fait dans la première version du roman L’Épine Noire. La scène avec le vieil homme de La balade des marcheurs de rêves vient de là.
  • L’échelle de L’attrape-rêves est un symbole personnel, qui représente l’automutilation (quelque chose que j’ai vécu, je vous en parlerai peut-être un jour).
  • La Boussole et le lycée Lapérouse existent vraiment, tout comme la scène qui montre les élèves faire leurs devoirs a vraiment eu lieu.
  • Kakyō de La balade de marcheurs de rêves est un clin d’œil à mon personnage préféré du manga X de Clamp.
  • Phil / Filius est inspiré physiquement par mon chéri.
  • On ne reverra pas Lyra avant un bout de temps.
  • J’ai incarné quatre de mes personnages en photo. Lili, Francesca et Jéromine, c’était pour illustrer des couvertures de nouvelles et de livres, et Giovanna, c’était un peu par hasard. Physiquement, je corresponds plus à Lili.

 

(suite…)