• Pas de produit dans le panier

Étiquettes

Le Cercle

376 226 mots plus tard

C’est l’heure du bilan ! L’année dernière, plus ou moins à la même date, j’avais prévu :

d’éviter surtout de faire trop de plans sur la comète, parce que souvent, c’est difficile de s’y tenir.
Ahahah, la bonne blague. Loupé.

–  d’essayer de sortir enfin la suite du Chat qui avait peur des ombres, et tenter de brainstormer sur un projet commun avec mon chéri.
Loupé encore, et en beauté.

de remanier entièrement ma boutique, pour qu’elle soit plus proche de ce que j’aime, pour qu’elle me ressemble un peu plus.
Je l’ai tellement remaniée qu’elle n’existe plus (je ne tirerai aucune conclusion sur cet état de fait).

de reprendre Tueurs d’anges, d’écrire Oracles ainsi qu’un troisième roman.
Voilà au moins quelque chose que j’ai réussi : la trilogie Town est terminée. Au total, j’ai aligné quelques 376 226 mots, soit quatre romans (1 qui a été remanié, 2 qui ont été écrits & remaniés ensuite, 1 qui attend la correction de sa V.2) et quatre nouvelles.

Et sinon, je fête mes trois ans sans vapote et mes quatre ans sans tabac, je ne me suis toujours pas mise au sport, j’ai autopublié une novella, ai vu la magnifique antho avec ma première nouvelle à moi dedans (mais ne l’ai pas encore à la maison), ai encore pris des photos, ai envoyé un portrait à l’un de mes artistes préférés (qui a kiffé, et même deux fois), et n’ai pas encore réglé les quelques névroses qu’il me restait. Finalement, je les aime bien celles-là, alors je les garde.

Pour 2017, je compte poursuivre mon objectif habituel, soit au minimum écrire deux romans (en plus des nouvelles, qui me viennent un peu par hasard et que je ne peux pas planifier). Pour le moment, ça donne ça :

Elisabeta (roman) (correction de la V.2) (dans les prochains jours, si ça se trouve ce sera fini avant janvier) ;
L’attrape-rêves (roman) (rédaction + correction, un truc post-apo (oui, encore) que j’espère bien barré, poétique et (très) sombre, en compagnie de Lili, un personnage croisé dans Fêlures) ;
L’Épine Noire (roman) (réécriture de A à Z + correction) ;
Brume (scénario BD, le fameux projet avec mon chéri) ;
La suite du Chat ! (avec Ulule) ;
– me botter le cul pour soumettre tous ces machins à qui de droit ;
– et c’est déjà pas mal.

Il y aura sûrement une nouvelle autopublication, du genre recueil de nouvelles comme Fêlures (pour l’instant, j’ai quatre textes, il m’en faudrait quatre autres, pour bien faire. Mais la nouvelliste en moi est une putain d’emmerdeuse capricieuse). J’avais prévu d’autopublier Town (ainsi que de les mettre sur Wattpad), ce qui ne se fera pas avant nouvel ordre car on m’a enguirlandée à ce propos (« non, tu ne peux pas autopublier ça, ce serait les gâcher ») (je résume, hein). Je sais qu’un certain nombre de personnes ici espérait relire Tueurs d’anges et découvrir ses deux petits frères, donc désolée, ce n’est pas (plus) prévu pour le moment :)

(suite…)

Ça faisait longtemps

Le dernier billet sur ce blog plein de toiles d’araignée et de poussière date d’il y a plus d’un mois. Entre temps, un roman a été corrigé (et alpha-lu), un président américain a été élu, et, euh, voilà.

Bon, en vrai, il s’est passé pas mal de choses :

Hier Estelle Faye a annoncé sur Facebook la sortie de l’anthologie Routes de légendes, qu’elle a co-dirigé avec Jérome Akkouche, pour les éditions Rivière Blanche. Et au sommaire se trouve ma nouvelle Rouge, il s’agit de ma toute première anthologie (et de mon second appel à textes), et je n’en reviens toujours pas. Rouge est un petit voyage introspectif entre le gris de la Bretagne et le rouge vif de la terre de Prony, un texte important pour moi car il est le premier à évoquer la Nouvelle Calédonie.

(suite…)

Elisabeta

Elisabeta

Cliquez pour voir en taille réelle

J’ai terminé samedi le premier jet du roman Elisabeta, dont je vous ai parlé dans l’un des précédents billets de ce blog. Un peu moins de 400 000 signes à étoffer, ce qui se fera lors de la correction qui viendra avant la fin de l’année. D’ailleurs, à ce propos, j’ai dû revoir mes ambitions à la baisse et j’ai dû admettre que j’avais un peu trop chargé la mule avec l’ouverture de la future boutique et le NaNo qui se profile. Du coup, pas de NaNo cette année, encore une fois, mais au moins, je serai plus à la cool d’ici Noël (et la boutique ouvrira plus tôt ! D’ailleurs restez dans le coin, car je vous en parlerai bientôt).

Histoire de fêter la fin du premier jet du roman, je me suis fait plaisir en sortant ma tablette graphique. Voici donc la fameuse Elisabeta qui donne son nom au roman :) Il ne s’agit pas du personnage principal mais d’une personnalité-clef qui guide l’héroïne, Saraï, tout au long du texte. Elisabeta est l’esprit d’une Reine déchue, qui s’est retrouvé piégé dans une poupée.

J’ai aussi enregistré la réalisation de l’illustration ! Cette vidéo peut aussi s’intituler ‘Je ne sais pas ce que je fais’. Sur les quelques quatre heures de peinturage, je passe mon temps à me gourer de raccourcis clavier, à réduire sans le vouloir la fenêtre de Photoshop (parce que je laisse traîner mon stylet sur la tablette comme je traîne des pieds en marchant), et d’autres bêtises de ce genre. Mais bon, vous avez un bon aperçu de ma façon de bosser, déjà un peu nawak à la base et encore un peu plus maintenant que je fais une illu tous les trois mois.

N’hésitez pas à regarder la vidéo en haute def !

Ah, et celle qui incarne à merveille Elisabeta est la géniale Miranda Hedman, alias Mirish sur DeviantART.

 

Septembre !

C’est la rentrée, c’est la rentrée, c’est la rentrée !

Pour tout dire, je n’aime pas du tout l’été. Déjà, il fait chaud et les jours sont les plus longs de l’année, et j’aime pas. Ensuite, quand on travaille chez soi, en indé, sans vacances et donc sans repère sur les différentes périodes de l’année, on se sent un peu perdus pendant les grandes vacances (parce que, justement, quasiment tout le monde est en vacances). Du coup, quand la rentrée arrive, je suis toujours contente parce que le monde se remet à tourner un peu dans le bon sens, et c’est le retour (normalement) du froid. Et puis c’est l’automne, et après c’est l’hiver, et c’est cool.

Car je suis la magnifique, merveilleuse, Ma Madam' Mim !

« Car je suis la magnifique, merveilleuse, Ma Madam’ Mim ! »

Ceci étant dit, ça fait longtemps qu’on n’a pas parlé boulot, ici. J’ai tendance à délaisser un peu mon site quand je bosse sur des trucs et que je ne peux/ne veux pas en parler parce qu’il n’y a rien de concret. Dernièrement, j’ai terminé ma trilogie post-apo (Tueurs d’angesOracles  Passeurs) et je me suis retrouvée un peu désœuvrée, comme souvent, sans savoir du tout ce que je vais en faire, pour diverses raisons. Après réflexions, il est possible que je les propose à la lecture sur Wattpad (plusieurs fois on m’a demandé si j’allais réactiver Tueurs d’anges, j’en conclus qu’il a été apprécié). MAIS je n’ai pas vraiment décidé. De toute façon, je ne manquerai pas d’en causer ici !

(suite…)