Étiquettes

Le Cercle

Texte court : Lame d’Immortelle

En savoir plus : Les bijoux de l’Onirographe

 

1585

Elle se savait recherchée depuis des années par les Chasseurs. Ces moines soldats, une congrégation secrète de l’Église, consacraient leur vie à la traque des Immortels  ; après une décennie d’entraînement et d’enseignements, ils partaient en chasse afin de repérer les vampires, qu’ils pistaient sans vergogne jusqu’à leur mettre la main dessus. Ce qui suivait dépendait des ordres donnés par le Saint-Père lui-même.
Enlèvement, ou exécution.
De ce fait, Éléonore Sinteval savait que son statut de Reine ne lui accorderait aucune clémence et qu’elle était condamnée à mort si les Chasseurs venaient à la capturer. Elle prenait alors toutes les précautions possibles afin d’éviter ce sort peu enviable, allant jusqu’à s’empêcher de voir son mari, le Roi Zéphirin, ou sa fille Jéromine. Elle refusait de les mettre en danger tous les deux.
Les Monarques immortels s’étaient presque tous éteints, et ceux qui subsistaient ne resteraient pas en vie longtemps. Dire que la lente disparition des Rois et des Reines était le fait de leurs semblables  ! Éléonore enrageait quand elle y songeait. Leurs propres ministres, inspirés – ou manipulés  ? – par l’Église, s’étaient attaqués à ceux qui dirigeaient la société du Cercle. Le peuple vampirique n’en sortirait pas grandi, si toutefois il parvenait à s’extirper de cette terrible situation… Depuis qu’elle savait que son nom était apposé sur la liste des Immortels à éliminer, Éléonore se cachait, trouvant refuge parmi les dissidents et les Archivistes qui, eux aussi, subissaient la débâcle initiée par l’Église.
Ce soir-là, elle avait rendez-vous dans une échoppe à Paris, un bouge sinistre perdu au fond d’une ruelle puante et humide qui n’effrayait pas la Reine. Elle espérait rencontrer un orfèvre qui lui avait promis de lui venir en aide.
Lorsqu’elle entra dans l’auberge, personne ne leva les yeux vers elle, chacun gardait la tête baissée sur son repas comme si la fatigue ou le poids du monde s’étaient écroulés sur leurs épaules. Éléonore se força à ne pas prendre garde à l’odeur de sang qui en émanait, elle faisait tout pour se tenir éloignée des mortels et éviter de s’en prendre à eux. Elle ne pouvait se permettre de laisser des cadavres exsangues derrière elle… mais une taverne comme celle-ci, pleine à craquer d’hommes et de femmes dans la force de l’âge pour la plupart, cela représentait une terrible tentation, au même prix qu’un grand danger.
L’artisan qu’elle venait rencontrer était attablé au fond de la salle  ; il était mortel lui aussi, mais habitué des Immortels. Petit, bien nourri et bien habillé, loin des ouvriers et des travailleurs épuisés et sales qui les entouraient tous les deux, il faisait plus déplacé dans le décor qu’Éléonore, dissimulée sous une ample capuche. Si elle l’avait retirée, son visage jeune et parfait, aussi beau que celui d’un ange, aurait alors attiré toute l’attention sur elle, ce qu’elle voulait éviter.
— Avez-vous ce que je vous ai commandé  ? demanda-t-elle à l’artisan sans préambule.
— Oui, Madame.
L’homme joignit le geste à la parole et déposa sur la table, devant lui, un petit paquet fait de tissu sombre qu’il déballa.
À l’intérieur se trouvait un collier, merveille de laiton et de cuivre. Le pendentif, lui, était réalisé autour d’une pierre en forme de marquise, dont le bout tranchant promettait une coupure nette et précise à quiconque s’en verrait frapper.
C’était ce qu’Éléonore était venue chercher  : un couteau dissimulé dans un bijou, indétectable, et surtout inoffensif pour elle. En tant que vampire, elle ne pouvait se permettre de choisir une arme avec trop de légèreté. L’argent consacré lui était nocif  ; les autres métaux tels que la fonte, l’étain ou le fer étaient trop facilement remplacés par de l’argent afin de piéger les Immortels.
La Reine s’empara du bijou, et l’observa quelques secondes à la lueur de la bougie. Il était magnifique, parfait tant dans son exécution que dans sa dangerosité. Il ne la sauvera sans doute pas du trépas promis par les Chasseurs, ceci dit. Elle en avait conscience… mais peut-être pourra-t-elle leur échapper quelques années de plus, le temps de revoir au moins une fois Zéphirin et Jéromine.
— Mon époux vous paiera le prix demandé, indiqua-t-elle en accrochant le collier autour de son cou.
— Je n’en doute pas. Faites attention à vous, Madame.
Elle le remercia puis écourta la rencontre, sachant que le temps passé dans cette taverne lui serait préjudiciable. Impossible d’écarter l’idée qu’un envoyé de l’Église ou du Cercle pourrait se dissimuler parmi les clients attablés. Alors, elle salua l’artisan, et quitta l’établissement au plus vite pour se cacher dans les ombres de la nuit.

 

(1) Bilan de janvier

Nous voilà à la fin du mois de janvier, le bilan est de retour ! Je suis très contente d’avoir réussi à écrire ce rendez-vous mensuel l’année dernière d’ailleurs, qui m’a permis de mieux organiser mon temps. À ce propos, j’aimerais pousser d’un cran mon organisation et c’est en bonne voie, mais je ne crie pas victoire tout de suite car je suis déjà en retard sur mon planning perso 😀 Pour la série des bilans mensuels en 2019, j’ai décidé de changer la photo de la bannière et en ai choisi une très belle de Camille Orgel (sur Unsplash).

Quoi de neuf en janvier ?

Midnight City

Le mois de janvier a été consacré à l’interminable finalisation de Midnight City, mon roman vagabond : il a fallu le relire, recevoir les corrections de mes copines relectrices, s’attaquer à la mise en page, patienter avant de recevoir le test d’impression… Au moment où j’écris ces lignes, l’Exemplaire Unique prend son temps pour arriver jusqu’à chez moi (il a été expédié mais j’ai peur qu’il n’arrive pas demain comme je l’espérais). Il ne reste plus qu’à le customiser avec des paillettes, puis à l’expédier à la complice qui se chargera du décollage… Bientôt, donc. L’accueil réservé au concept du livre vagabond sur les réseaux sociaux a été au-delà de mes espérances ; en fait, je ne m’attendais pas du tout à un tel enthousiasme, alors j’en suis ravie ! J’espère que l’Exemplaire Unique aura une belle vie et que beaucoup de chanceuses & de chanceux pourront l’avoir entre leurs mains (quant aux déçu·es, je vous l’ai dit, le livre sera publié dans un an si tout va bien).

En savoir plus  : Midnight City Un extrait sur Wattpad

Et le hashtag sur les réseaux sociaux si vous voulez en discuter : #MidnightCityLeLivre

Des customisations de Monster High

Ensuite, comme j’avais du temps (et comme je voulais faire autre chose que bosser sur un roman), j’ai eu envie de customiser des Monster High. J’en ai reçu quatre dernièrement et trois sont déjà passées à la casserole (littéralement puisqu’il faut de l’eau chaude pour leur retirer leur tête) :

  • La funambule (Midnight City)
    Custo d’Abbey Bominable

 

  • Francesca (Oracles et tout un tas d’autres nouvelles)
    Custo de Draculaura

 

  • Sola (personnage isolé)
    Custo de Catrine De Mew

Je compte mettre Sola en vente plus tard, lorsque j’aurai trouvé de quoi l’emballer pour l’expédition. Sinon, il me reste encore une poupée à customiser et je pense le faire dans les prochains jours, lorsque j’aurai reçu les vêtements et la perruque commandés pour elle. J’hésite encore sur le personnage, mais je sais déjà que ce sera soit Lisbeth soit Victoria (Il neige sur Érèbe & Les égrégores de Victoria St. John).

Des textes courts et des nouvelles

J’étais très en retard dans la publication des textes courts écrits pour les bijoux de la boutique (dont il ne reste plus qu’une paire de boucles d’oreilles en stock), alors j’ai décidé de planifier leur parution sur le blog : il y en a un toutes les semaines (le lundi ou le mardi). J’ai aussi terminé une nouvelle du recueil 600 jours d’apocalypse, celle qui se rattache à Ana ; les autres suivront bientôt, mais je dois d’abord bosser sur ma chronologie globale pour éviter les incohérences avec mes autres histoires.

Pour l’heure, voilà ce qui a été publié en janvier :

Et le reste

Il y a eu un petit revamping de la page du Grand Projet, que j’essaie de garder la plus claire et compréhensible possible, ce qui n’a rien d’évident. Les pages consacrées aux différents cycles de mes histoires ont elles aussi été améliorées, et j’ai enfin pris le temps de mettre en place une chronologie simplifiée qui vous permettra de vous situer (si jamais vous étiez perdu·es).

Et en février ?

En février vont tomber les corrections éditoriales du Phare (le titre est toujours provisoire), qui sera publié cette année aux éditions Critic (comme ça l’a été révélé sur Elbakin). Il y a plein de petites choses qui se font en coulisses pour l’instant et c’est assez rigolo (et flippant, bordel), et j’ai hâte de commencer à bosser sur le roman pour qu’il soit (encore) plus beau qu’avant.

Mais en attendant, je dois commencer tout le travail préparatoire pour Sinteval. Je me donne dix jours pour avancer sur les fiches personnages et la chronologie, et pour bidouiller la méthode du flocon histoire d’avoir au moins un synopsis ; le plan détaillé et la rédaction sont prévus pour après le travail sur le Phare (et je ne désespère pas de participer au Camp NaNo d’avril). Je suis d’ailleurs en train de me mettre en condition puisque j’ai switché la playlist du Phare (avec du Linkin Park, du Mike Shinoda et du Archive dedans) pour celle du Cercle (avec Archive encore et Kidneythieves).

Entre-temps, il y aura d’autres textes courts publiés sur le blog, et j’aimerais beaucoup écrire une autre nouvelle de 600 jours d’apocalypse, dont le déroulement dépend grandement de la chronologie de Sinteval (puisque ça se passe en parallèle). Possible aussi que j’avance un peu sur La Boîte Noire, un recueil/roman/je ne sais pas trop dont j’avais parlé dans le bilan de 2018 et qui se concentrera autour de Côme et de la Boîte Noire. J’ai très très envie de m’y plonger un peu parce qu’il y a des liens avec le Phare et Midnight City (et du coup ça me fait envie).

Mais comme d’habitude, je risque de ne pas en faire la moitié.

À bientôt pour la suite ! (et des news) (peut-être)

600 jours d’apocalypse

  • Non classé
  • Déc 23, 2018

19,00Ajouter au panier

Lulu – Amazon


RECUEIL DE NOUVELLES / TOWN HS 1
Date :
2019
Edition :
OniroProds
Genre :
fantastique, post-apo
Pages :
294 pages
ISBN :
978-2-490040-07-0
Prix :
19 €
  Univers : Town

Lire sur le blog Lire sur WattpadTélécharger l’ebook

Résumé

Les anges ont parlé, et le Ciel s’est ouvert.
La Terre n’a pas résisté à la terrible lumière qui a traversé les nuages  ; l’Apocalypse a tout dévasté sur son passage, réduisant en cendre les villes et les êtres vivants.
Les survivants, eux, doivent se frayer un chemin dans les ruines et la poussière, entre les balles des anges et les hordes de fantômes qui ne parviennent plus à quitter notre monde. L’espoir chevillé au corps mais conscients de la fin qui vient, ils avancent à marche forcée à la recherche d’un abri ou d’un miracle qu’ils ne trouveront jamais.
Car il ne reste plus que six cents jours, et pas un de plus. Six cents jours avant la fin du monde, la destruction de la réalité, le bout de la route.

600 jours d’apocalypse est un recueil de récits qui complètent les romans de la série TOWN. Le livre comprend le court roman inédit intitulé Mille chutes.

Infos

600 jours d’apocalypse est un recueil de plusieurs nouvelles & un court roman qui complètent la série TOWN et qui se concentrent sur certains personnages pendant l’Apocalypse. Ces récits sont tous indépendants et ne se suivent pas, ils peuvent donc être lus dans l’ordre que l’on veut ; ils ne sont pas non plus indispensables, mais permettent de découvrir plus de détails et de développement autour de la série. La lecture de ce recueil est recommandé avant la lecture du tome 3 (Passeurs) ou après le tome 4 (Clairvoyants). Dans tous les cas, il vaut mieux avoir lu au moins le tome 1 (Tueurs d’anges).

Ces nouvelles sont disponibles sur Wattpad, sur le blog (voir liste ci-dessous) et dans un ebook gratuit, à l’exception de Mille chutes. L’ebook à télécharger se présente sous la forme d’un .zip dans lequel se trouve le texte en trois fichiers : .epub, .mobi et .pdf. L’ebook est en libre accès : vous pouvez le télécharger et le diffuser, mais ne pas en revendiquer la paternité ni les commercialiser.

 

Les nouvelles :

  • Photo de couverture : Nastya Kvokka (Unsplash)

Les bijoux de l’Onirographe

  • Non classé
  • Août 5, 2018

VERSION NON CORRIGÉE
Genre : fantastique / fantasy
Date : 2018
Recueil en ligne de très courtes nouvelles

Lire sur le blog

 

Résumé

Au cœur d’une très grande ville aux tours de pierre crevant les nuages se cache l’atelier singulier d’une créatrice non moins singulière. On l’appelle l’Onirographe. À l’aide de métal, de pierres et d’encre, elle tisse ses rêves pour en faire des histoires et des mondes…

Infos

Les bijoux de l’Onirographe sont un recueil de tous petits textes inspirés par les bijoux que je crée dans ma boutique. Chaque bijou est accompagné d’une histoire très courte développant des personnages, des lieux ou des situations qui apparaissent dans mes livres. Les textes ne se suivent pas et peuvent être lus indépendamment, et sont publiés au rythme d’un par semaine.

 

Sommaire

 

Les égrégores de Victoria St. John

  • Non classé
  • Août 5, 2018

Genre : fantastique / fantasy
Date : 2018
Recueil en ligne de très courtes nouvelles

Résumé

Dans son monde onirique, Victoria St. John collecte souvenirs et rêves, des égrégores oubliés qu’elle entrepose dans sa tour.

 

Lire sur le blog

Infos

Les égrégores de Victoria St. John sont un recueil de tous petits textes réunis autour du personnage de Victoria, mentionnée dans le roman Il neige sur Érèbe. Les textes ne se suivent pas et peuvent être lus indépendamment, mais il faut toutefois lire le premier pour aborder les autres. Pour en savoir plus : les histoires courtes sur le blog, un billet explicatif.

 

Sommaire

1 – Les égrégores de Victoria St. John
2 – L’horloge d’Abraham
3 – Les pages amères
4 – Ihato
5 – Reanimation
6 – Vaisseau de verre
7 – Un bracelet de turquoise
8 –