• Pas de produit dans le panier

Étiquettes

18.01.16

Le jeu des questions-réponses (1ere partie)

Ces dernières semaines, je vous proposais de répondre à des questions sur tous les thèmes que vous souhaitiez  : mes histoires, mes projets, mes personnages, ma façon de travailler… Voici donc la première partie des réponses  ! Si vous en avez d’autres, n’hésitez pas, je pourrais très bien refaire un autre billet de ce genre plus tard :)

À noter  : certaines questions amenaient à spoiler. J’ai donc décidé de procéder ainsi  : si le spoiler concerne une histoire qui n’a pas été publiée, je n’y réponds pas en détails, et s’il concerne une histoire déjà publiée, j’y réponds en floutant le texte. Il vous suffit de passer votre curseur dessus pour lire la réponse. Veuillez toutefois bien vous rendre compte que certaines réponses peuvent non pas vous spoiler mais peut-être vous retirer le plaisir de la découverte.

À propos de mon histoire globale

* Si toutes tes histoires sont liées entre elles, par où commencer ?
Pour l’heure, mes histoires sont indépendantes les unes des autres, ou du moins les différents ensembles narratifs : la série TOWN est indépendante du roman Elisabeta, qui est indépendant de mes nouvelles. On peut donc tout lire dans l’ordre que l’on veut, et on n’est pas obligé de tout lire si on ne veut pas non plus (au bout d’un moment, si vous voulez lire les romans qui se placent à la toute fin de cette histoire globale, il le faudra quand même !).
Si vous voulez tout lire, je vous conseille de lire les livres dans leur ordre de parution, soit Fêlures, puis 18.01.16, puis Elisabeta, puis Tueurs d’anges, puis Oracles, puis Onirophrénie, puis Passeurs, et ainsi de suite. Mais ce n’est qu’une suggestion. A mon sens, les seuls que l’on doit lire dans l’ordre, c’est Fêlures et 18.01.16, mais uniquement parce que Fêlures est bien plus ancien et que le style s’en ressent un peu.
(et bien entendu, il vaut mieux lire dans l’ordre les séries XD Que ce soit les romans comme TOWN ou Le Cercle, mais aussi les nouvelles (comme la trilogie de L’attrape-rêves ou les Nouvelles de Town) (mais tout est précisé sur la fiche de chaque nouvelle, dans le menu ‘Lecture en ligne‘ ci-dessus).

Pour en savoir plus :

À propos de mes personnages

* Comment s’est passée ta rencontre avec Oxyde, qui semble un personnage éminemment central pour toi  ?
Ce sujet fera l’objet d’un billet plus tard, puisque je comptais raconter la genèse d’Oracles, comme je l’ai fait pour Tueurs d’anges et Elisabeta (je m’en occuperai un peu avant la parution du livre). Mais on peut résumer ainsi  : au départ, Oxyde était une incarnation du Diable (rien que ça) que je voulais mettre en scène dans une nouvelle, et en fin de compte, il est devenu totalement autre chose, se changeant en tatoueur magicien comme on le voit dans la nouvelle Souvenirs d’encre. Mais forcément, les choses m’ont un peu échappée et Oxyde a très vite pris toute la place (et j’ai encore du mal à comprendre comment ça a pu se produire). Comme je travaillais sur Tueurs d’anges à l’époque, j’ai eu l’idée assez saugrenue de l’y inclure, ce qui a donné Oracles (qui devait être un livre indépendant).

Spoiler Tueurs d’anges  : c’est à ce moment-là que j’ai décidé de lier Oxyde à Élias (vous verrez comment dans Oracles), et c’est ce qui m’a permis d’imaginer toute son histoire.

(suite…)

Fun facts (1)

Quelques petites anecdotes à propos de mes histoires… sans spoiler !

 

Le Rêve du Prunellier / Fêlures / 18.01.16

  • La corneille qui vient recueillir l’âme du vieil homme dans Poe est une Ombre qui se balade dans notre monde (ce qui ne peut pas arriver, j’ai fait une erreur d’aiguillage à l’époque, mais je n’avais pas encore trouvé tous les liens entre mes histoires).
  • La ville décrite dans Échos du froid est la même que celle d’Amélia des Tours (et Layla des Tours, aussi), mais pas à la même époque.
  • La toute première version de Pluie & rouille (autrefois Un goût de pluie et de rouille) a été écrite en 2004, c’est le premier texte que j’ai terminé.
  • J’ai écrit Souvenirs d’encre après mon dernier tatouage, et la nouvelle est à l’origine de mon personnage Oxyde (du coup, mon tatoueur est littéralement à l’origine de la série TOWN. Je prépare un article sur la genèse d’Oracles, on en reparlera à ce moment-là).
  • J’ai écrit Burn the Witch après avoir vu un reportage sur les SDF de la Défense.
  • Côme est carrément inspiré du Mérovingien de Matrix. Il aurait dû être un ‘méchant‘, à la base.
  • Selim dans Une grande nouvelle est inspiré de Miles Straum dans Lost. Son prénom est à l’envers.
  • On trouve le Chat dans tous mes livres (sauf Fêlures et 18.01.16). Mon chéri aussi met le Chat dans ses projets, un jour on vous fera une rétrospective.

 

L’attrape-rêves

  • Le personnage de Lili a été créé pour une sorte de projet littéraire que je n’ai jamais poursuivi, un blog dans lequel une jeune femme raconte ses rêves.
  • Lili est mon souffre-douleur. Tous les trucs qui ne vont pas chez moi, elle les a.
  • La première apparition de Lili se fait dans la première version du roman L’Épine Noire. La scène avec le vieil homme de La balade des marcheurs de rêves vient de là.
  • L’échelle de L’attrape-rêves est un symbole personnel, qui représente l’automutilation (quelque chose que j’ai vécu, je vous en parlerai peut-être un jour).
  • La Boussole et le lycée Lapérouse existent vraiment, tout comme la scène qui montre les élèves faire leurs devoirs a vraiment eu lieu.
  • Kakyō de La balade de marcheurs de rêves est un clin d’œil à mon personnage préféré du manga X de Clamp.
  • Phil / Filius est inspiré physiquement par mon chéri.
  • On ne reverra pas Lyra avant un bout de temps.
  • J’ai incarné quatre de mes personnages en photo. Lili, Francesca et Jéromine, c’était pour illustrer des couvertures de nouvelles et de livres, et Giovanna, c’était un peu par hasard. Physiquement, je corresponds plus à Lili.

 

(suite…)

Bilan & planning

J’avais prévu d’écrire ce billet plus tôt mais les circonstances ont fait que je n’en ai pas eu l’occasion : ma grand-mère est décédée la semaine dernière (celle de Notre-Dame de la mer) et les derniers jours ont donc été agités. Maintenant que je suis rentrée, the show must go on ! (c’est ce qu’elle aurait dit).

Le bilan du Camp NaNoWriMo d’avril

J’avais beaucoup de petites choses à faire pour ce Camp NaNo, comme retravailler le texte du Chat qui mangeait les étoiles (la suite du Chat qui avait peur des ombres), terminer le recueil 18.01.16 avec la nouvelle Les Archivistes, rédiger un synopsis pour Elisabeta, mais tout avait déjà été fait avant le mois d’avril. Comme dit dans un précédent billet, le NaNo et les Camps NaNo ne me sont pas indispensables pour écrire, ce qui fait que j’avais beaucoup avancé dans mon planning. J’ai profité, alors, de ce temps pour retravailler Passeurs (TOWN t.3), avec un objectif initial de 5000 mots parce que 1), je ne sais pas chiffrer mes objectifs et 2), je ne pensais pas avoir beaucoup de boulot dessus. Finalement, j’ai écrit 37 841 mots, et j’ai même pu enchaîner sur la correction du texte. Passeurs est à présent terminé, je dois juste le relire pour la forme.

Ma copine de cabine, Sophie, a écrit 10 928 mots, ce qui fait que nous avons explosé nos statistiques (et ça fait du bien au moral).

La suite des événements

J’avais prévu d’enchaîner directement sur Clairvoyants (TOWN t.4), mais comme je dois revoir l’histoire dans son entier, je vais me réserver ça pour le Camp NaNo de juillet. Du coup, je change mon planning en fonction et prévois donc les petits trucs suivants : 

(suite…)

Les précommandes de 18.01.16 sont ouvertes !

Et voilà, après plusieurs semaines de travail, les précommandes pour le recueil 18.01.16 sont ouvertes !

J’ai reçu aujourd’hui le premier exemplaire, qui sert de test, et il est tout beau ! Je dois tout relire pour traquer les dernières coquilles, m’occuper de quelques soucis de mise en page, mais ce sera l’affaire d’une journée à peine. En attendant, vous pouvez d’ors et déjà précommander le livre sur Tictail  ; il est possible de payer par Paypal ou cartes bancaires uniquement, donc pour les paiements par chèque ou virement, contactez-moi ! (d’ailleurs, en cas de soucis sur la procédure de commande, contactez-moi).

Quelques détails sur les précommandes :
– elles courent jusqu’au 22 avril, c’est-à-dire que les livres seront commandés la semaine suivante,
– les livres arriveront début mai chez moi, donc vous les recevrez vers mi-mai,
– les dédicaces sont possibles, précisez le(s) nom(s) quand vous commandez !
– vous pourrez suivre toutes les étapes sur Facebook ou Twitter (et vous recevrez un email vous avertissant de l’expédition de votre commande).

A noter aussi que si vous achetez d’autres livres en même temps que 18.01.16, ils seront tous expédiés en même temps (donc mi-mai). Si vous êtes pressé.e.s, je vous recommande de faire deux commandes distinctes.

Le résumé :
Les signes l’annoncent depuis longtemps. La mécanique du monde qui tourne, s’accélère, s’emballe… Elle exacerbe les pouvoirs des clairvoyants, efface les mondes voisins du nôtre, affole la société tout entière. Peut-être l’éprouvons-nous aussi, comme de l’électricité dans l’air, une nervosité latente.
Certains, d’ailleurs, l’ont prédite. Voyants et oniromanciens, immortels, artistes, scientifiques, ils la pressentent sans parvenir à mettre de mot dessus. Une Apocalypse, une Révélation peut-être, ou la destruction pure et simple. Nous ne saurons que le jour venu, ce jour prophétisé des centaines d’années avant nous, une simple date, quelques chiffres à la signification perdue…
Six histoires à conter avant la fin du monde, pour en découvrir les acteurs et les spectateurs, les secrets et les cauchemars…

N’oubliez pas qu’il ne s’agit pas d’un livre dont le thème est la fin du monde, mais un recueil de nouvelles qui sont plus ou moins en rapport (certaines de très loin, d’autres parce qu’elles mettent en scène des personnages qui s’y frotteront dans mes autres romans). Toutes les nouvelles sont disponibles à la lecture sur Wattpad, vous pouvez donc vous faire une idée du livre :)

la fiche du livre

Comme toujours, je reste dispo ici, sur Facebook ou ailleurs pour toute question ou remarque. Merci à vous pour votre curiosité et/ou votre fidélité !

Tous mes bébés réunis !

Les Archivistes – une (grande) nouvelle à lire !

De la lecture pour vous ! Les Archivistes est une longue nouvelle / courte novella (en anglais, on dit novelette) avec des vampires et de la magie dedans. Pour être plus précise, il s’agit du développement d’un concept évoqué dans Elisabeta, ainsi que l’histoire d’un personnage secondaire. Lire Les Archivistes ne vous spoilera pas vraiment Elisabeta pour tout dire, même si vous aurez connaissance de quelques détails. Et comme de toute façon, je ne sais pas quand vous pourrez lire Elisabeta, vous aurez le temps d’oublier !

Voici le mini-pitch bricolé pour l’occasion :

« Nous le sentons, sans trop savoir comment : le Cercle vacille. La réalité, la magie de notre sang, l’éternité vacillent. Et avec eux, le pouvoir des Archivistes. Ou par eux. J’ignore toujours quel est le lien de cause à effet, qui entraîne qui dans le gouffre. »
De nos jours, Than retrouve le journal de son père, immortel et Archiviste de son état. Dans ses mémoires sont relatés le déclin et la chute de l’espèce vampirique, de leur société secrète, et des pouvoirs mystérieux qu’elle possède depuis la nuit des temps.

J’ai découpé le texte en plusieurs chapitres pour la publication sur Wattpad (et comme je suis sympa, j’ai tout publié d’un coup).
Sur Wattpad
Sur Calaméo

Ce texte est donc le dernier à rejoindre le sommaire du recueil 18.01.16 (il s’agit aussi du texte qui vous expliquera le titre mystérieux du recueil !). Je m’occupe dès à présent de la publication du livre, vous en aurez donc des nouvelles (haha) très vite : le prix, la couverture, et les précommandes !

J’espère que ça vous plaira ! N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé, avec un commentaire sur Wattpad, Facebook ou ici-même ! :)

ps : me suis amusée à représenter le personnage de Jéromine Sinteval (que vous découvrirez dans le texte) sur l’image de couverture, et pour la petite histoire, c’est le manuscrit d’Elisabeta que j’ai allègrement éparpillé sur le sol pour la photo…