• Pas de produit dans le panier

Pas le temps d’niaiser

Depuis quelques semaines (ou quelques mois ?), je me suis attelée à une vaste réflexion qui me pousse à élaguer tout ce qui parasite mon activité. Je n’ai pas le temps d’niaiser, et pourtant, force est de constater que je perds beaucoup trop de temps à réfléchir ma com, l’avenir des réseaux sociaux ou que sais-je encore (et nous sommes nombreux dans ce cas-là. Je crois qu’un truc est en train de se passer). Je devrais être en train d’écrire, là.

Plusieurs billets ont alimenté ma réflexion, dont cette série d’articles parlant d’antipromotion, ou comment la promotion n’aide pas à vendre ses livres. Cette série a été écrite par Jeanne, qui est autrice et éditrice, et dont l’approche assez analytique des choses me plaît particulièrement (je sais qu’il existe énormément d’auteur·ices anglophones qui partagent leurs réflexions sur le sujet, mais mon anglais est insuffisant).

Pourquoi…

J’ai toujours voulu vivre de ma plume mais je crois que, petit à petit, je suis en train de me faire une raison : ça n’arrivera sans doute pas, ni aujourd’hui ni plus tard, pour plein de raisons différentes. J’ai donc changé ma trajectoire : je termine d’écrire mon Grand Projet, et je raccroche ensuite mon clavier pour me consacrer à autre chose, en espérant que le besoin d’écrire se soit estompé et que je n’aie plus rien à dire (on peut toujours rêver, hein). Mais j’ai trop investi — mon temps, ma tranquillité d’esprit et mon argent — pour ne pas aller au bout de ce Grand Projet, alors autant aller au bout.

Voilà les raisons principales :

  • Je m’y prends mal pour me vendre
  • Nous sommes très (trop ?) nombreux
  • Mon travail ne vous intéresse tout simplement pas

Ce n’est pas (trop) grave et c’est quelque chose que je dois moi-même accepter. Par chance, aujourd’hui, je ne perds pas d’argent en vendant mes livres. Enfin, correction : je ne perds pas d’argent stricto sensu, c’est-à-dire que le CA de mon auto-entreprise est toujours positif, mais cela concerne uniquement le fait de vous vendre du papier. Parce que si je prends en compte le fait d’écrire un roman, de le préparer, de le rédiger, de le transformer en livre, là, non, ce n’est clairement pas une activité rentable (dans le sens où je suis rémunérée à hauteur du travail accompli). En moyenne chez moi, un roman  met un an à sortir de terre, entre le moment où je pose le premier mot du plan et celui qui le voit mis en vente sur ma boutique. Cela représente donc un an de boulot pour 15-20 ventes * (et bien entendu, j’ai conscience de me tirer une balle dans le pied en refusant de publier mes livres en numérique, mais il y a eu sans doute plus de livres téléchargés gratuitement que de ventes à l’époque où j’en vendais encore, et si je voulais qu’on me lise gratos, je mettrais tous mes livres sur Wattpad). Alors, oui, j’ai la chance de ne pas être obligée de penser à l’argent. Pouvoir m’adonner à plein temps à ce qui est ma passion/mon besoin  est pour moi la seule chose qui compte actuellement. Je sais que ça peut ne pas durer (parce qu’on ne sait pas ce que la vie nous réserve), alors j’ai pour ordre d’en profiter à 150 %.

Bref, ce petit encart financier étant posé, vous pouvez à présent comprendre que je n’aie ni l’envie, ni le temps, ni le besoin de perdre du temps à faire de la promotion puisqu’en fin de compte, ça ne fonctionne pas plus. Ni les SP, ni les précommandes, ni partager sur les réseaux sociaux, ni proposer des articles de blog, ni mettre ses textes sur Wattpad. Que tchi. Walou.

* Vous pensez que c’est du gâchis ? Je le pense aussi. Mais c’est la seule façon de faire qui me convienne.

… et comment

Les services de presse

J’ai donc décidé d’élaguer ce qui me prenait la tête, n’étant pas convaincue que cela m’apporte quoi que ce soit, à commencer par les services de presse (SP). Bien entendu, j’aime recevoir des avis et des chroniques de mes livres. Mais actuellement, la plupart des avis que je reçois viennent de personnes qui ont reçu mes livres en SP, soit qui les lisent gratuitement, et ces avis n’apportent pas de ventes. Alors, certes, les blogueuses & blogueurs n’y sont pour rien là-dedans, iels partagent leurs avis de lecture par passion et par envie de partage, ce que je trouve génial. Mais de l’autre côté de la barrière, on envoie des SP pour faire connaître le livre, lui permettre de faire sa vie, et donc de faire quelques ventes en plus. Et la légende qui dit que les SP n’apportent pas de ventes est vraie. Alors, certes, j’envoie la plupart du temps des SP numériques qui ne me coûtent rien. Mais j’envoie aussi quelques exemplaires papier qui, eux, me coûtent de l’argent (l’impression à la demande étant ce qu’elle est, les exemplaires à prix coûtant me coûtent assez cher, sans compter les frais d’envoi), sans compter le temps qu’il me faut pour traiter les demandes, réaliser les fichiers, les envoyer, etc.

Bien entendu, j’enverrai toujours des SP à celles & ceux qui me le demanderont. Il y a juste que je ne ferai plus d’appel sur les réseaux sociaux, et que les SP en question ne seront plus partagés sur Simplement Pro. Si vous voulez chroniquer mes livres, que vous les connaissiez déjà ou pas, vous pouvez toujours m’envoyer un email et je vous répondrai avec plaisir, je vous propose même de vous inscrire sur une liste qui vous permettra d’être tenu·es au courant des parutions, mais je n’en proposerai plus moi-même.

Wattpad

Proposer mes textes sur Wattpad me convient encore, car je l’utilise comme une sorte de ‘portfolio’ où je dépose mes nouvelles pour que chacun·e puisse les lire à sa guise. Et je le fais avec plaisir. En revanche, pour les romans, c’est plus délicat : il y a trop peu de lectures pour que je les y publie, à l’exception de ceux qui sont écrits pour l’occasion (comme Il neige sur Érèbe et… c’est tout. Je ne suis pas sûre qu’il y en aura d’autres). Malgré son Wattys 2017, Elisabeta plafonne aujourd’hui à 11 000 lectures, ce qui est ridiculement peu lorsque l’on regarde les histoires à succès de Wattpad.

Le blog

En ce qui concerne les articles de blog, j’avoue que j’aime beaucoup partager avec vous mes râleries, mes trouvailles et mes avancées, tout comme les genèses de mes histoires ou mes réflexions. Ce n’est ni contraignant ni (trop) chronophage, et je continuerai avec plaisir en espérant qu’à défaut de recevoir vos commentaires, vous lisiez mes billets avec intérêt.

Les précommandes

Pour les précommandes, j’arrête d’en faire à partir du prochain roman, Onirophrénie. Cela bouscule un peu mes habitudes mais ce n’est pas un mal, car il s’agit de beaucoup de boulot en amont pour peu de résultats. Je pense même que mettre en place une précommande produit l’effet inverse que celui recherché : vous commandez le livre mais vous devez attendre un mois ou deux, ce qui amène une frustration, et je suis certaine qu’un certain nombre de personnes renoncent à commander pour cette raison. Les livres apparaîtront donc sur ma boutique lorsqu’ils seront prêts, et vous pourrez les commander pour les recevoir chez vous les jours qui suivent.

Les réseaux sociaux

Actuellement c’est compliqué, et il est sûr à 100% que nous sommes beaucoup à nous poser des questions sur notre façon de travailler/vendre/communiquer à cause des changements d’algorithmes et toutes ces conneries sur les réseaux sociaux, Facebook en tête. Notre rapport à Internet a changé. C’est encore pire à constater lorsque l’on a mon âge (soit environ 30 ans) et qu’on a connu l’avènement des blogs, des forums et des chats, cet Internet ouvert qui était bien plus sympa à appréhender.

Du coup, je pense à déserter ma page Facebook pour communiquer sur mon profil personnel (qui ne me sert plus à grand-chose et fait doublon). Je ne sais pas où-quand-comment faire ça, car cela nécessitera pas mal d’ajustements et de jonglage avec des listes d’ami·es et mes anciennes publications, mais ce sera fait. En attendant, pour suivre mon boulot, vous pouvez toujours le faire sur Twitter (qui est mon moyen de communiquer privilégié), Instagram et, encore mieux, mon blog. Deux solutions pour cela : le flux RSS (la meilleure invention du net est tombée dans l’oubli et c’est dommage), ou l’inscription au blog, dont le formulaire se trouve sur la barre de droite.

 

Bref, j’essaie encore de faire du ménage. Le temps et la tranquillité d’esprit sont deux ressources inestimables que j’essaie de sauvegarder au maximum pour éviter le stress et les prises de tête, et cela passe par quelques aménagements drastiques pour pouvoir bosser dans de meilleures conditions. Je vais également essayer de moins utiliser mon blog pour râler ; cet espace est là pour parler écriture, découvertes et inspirations, alors il est grand temps de s’y mettre 🙂

 

8 commentaires

  1. Melindra

    9 mars 2018

    J’aime bien quand tu râles, ça donne des articles vivants et toujours sympas à lire ^^ Et j’aime lire ton blog. Pour l’écriture, je t’avoue que même si je te suis sur Wattpad, et que je veux lire tes histoires, pour le moment, je ne parviens à en prendre le temps, notamment parce que ce n’est pas le type de texte que j’ai envie de lire pour le moment (je suis plutôt en recherche de lecture détente).

  2. Mikaël

    9 mars 2018

    L’exposé de ton article sur la perte de temps de la communication est très intéressante. Et je comprends tout à fait la problématique. Etant un jeune auteur, je peine à faire connaitre mon tout premier roman autoédité 🙂 et je ne vais pas faire ma pub sur ton blog cela ne se fait pas !
    J’ai essayé wattpad, beaucoup de visibilité pour la romance, peu pour le reste, page facebook, même constat que toi. Twitter à plus de porté, j’essais de développer par là. À mon niveau, j’ai encore pas mal de chose à construire. En combien de temps t’es-tu forgé un lectorat ?

    Il ne me reste plus qu’à te souhaiter courage et surtout ne jamais abandonner ton envie d’écrire 🙂

  3. MissHD

    9 mars 2018

    Hello,
    J’espère vivement que tu continueras à écrire. J’ai tout de même l’impression que tu te sens fière à chaque impression, non ? Pour ma part, je ressens cette fierté pour toi à chaque fois. 🙂
    Le blog, on n’est même pas obligé de le faire pour les autres et les commentaires sont bonus. Je suis heureuse que tu continues aussi celui-ci. La création, ça va, ça vient, elle est partout ^^.
    Bonne continuation !
    Et vivement tes prochains livres ! Je les ai tous aimé jusqu’ici. Merci.
    Belle journée,

  4. Elodie J

    9 mars 2018

    Personnellement, je n’ai pas de compte twitter. Par contre, je te suis sur facebook, même si hélas c’est souvent noyé dans la masse. Je suis contente de lire tes news sur ton blog. Je prends toujours le temps de lire chacun d’entre eux, surtout quand j’apprends la parution d’un de tes textes. Tu fais partie des quelques 3-4 auteurs dont je suis la sortie de nouveaux romans ou nouvelles. Je n’ai pas encore pris le temps de relire Town, mais je sais que je le lirais surement d’une traite tellement j’aime ton style, ton univers et les thèmes que tu abordes.
    Le plus important reste que tu fasses ce dont tu as envie car c’est ce qui nous fait plaisir également.

    Bon courage pour la suite quoique tu décides.

  5. Rozenn

    9 mars 2018

    Il ne faudrait pas non plus que j’utilise trop mon blog pour râler 😉 En tout cas, merci de passer par là de temps en temps !

    (et c’est sûr que mes bouquins ne sont pas exactement prévus pour la détente 🙂 )

  6. Rozenn

    9 mars 2018

    Je pense que ça doit être une sacrée galère de se faire connaître maintenant, vu comment les réseaux sociaux abusent sur la visibilité. Pareil pour Wattpad : il faut écrire des trucs à la mode (fanfic, romances, etc) pour réussir à se faire une place. Si on écrit autre chose… c’est beaucoup beaucoup plus difficile.
    Pour ce qui est de mon cas, en fait je bossais avant comme illustratrice, et j’avais déjà pas mal de gens qui me suivaient. Le lectorat s’est constitué sur cette base (évidemment, tout le monde n’a pas suivi), donc je ne pourrais pas trop dire en combien de temps ça s’est fait 🙂 Mais ce qui est certain, c’est qu’il faut vraiment être patient.
    Merci d’être passé par là 🙂

  7. Rozenn

    9 mars 2018

    J’ai un gros doute en lisant ton commentaire : mon billet sous-entend que je vais arrêter d’écrire ? Parce que ce n’était pas du tout le propos 🙂 J’ai bien l’intention d’aller au bout de mon projet, même si c’est pas évident actuellement 🙂 Par contre, oui, je suis toujours très contente de recevoir mon bouquin fini et imprimé 🙂 (Onirophrénie surtout, mais c’est surtout que j’aime beaucoup ce roman).
    En tout cas, je suis contente que mes bouquins te plaisent, j’espère que ce sera le cas pour les prochains !
    Merci et à bientôt !

  8. Rozenn

    9 mars 2018

    Ah, c’est toujours embêtant de constater qu’on ne voit vraiment pas les publications sur FB. C’est pour ça que je préfère Twitter, même si je peux comprendre que ça peut rebuter un peu (pas évident d’appréhender Twitter !). En tout cas, merci beaucoup pour ton commentaire et pour ton soutien, c’est toujours encourageant et j’ai bien l’intention de continuer, ne serait-ce que pour les personnes comme toi, qui me suivent depuis longtemps 🙂 Merci beaucoup !

Laissez votre commentaire