• Pas de produit dans le panier

Notre-Dame de la mer, c’est parti

Donc j’ai dit il y a… oui, c’est bien ça, il y a trois jours, que je me lançais dans le projet de Notre-Dame de la mer à l’occasion du Camp NaNo d’avril. Donc trois jours après, je change d’avis et je décide de le commencer maintenant, et le Camp NaNo sera consacré à autre chose. Il faut surtout que j’occupe le Doute, cette bestiole dégueulasse et collante qui vient de me tomber dessus et me souffle que je devrais me mettre au point de croix (ou au macramé, ou à l’élevage de chèvres).

(je ferai autre chose pour le Camp NaNo, genre commencer Passeurs, qui sera le Deuxième Roman de l’année et pour lequel j’ai déjà commencé à prendre des notes. Mais je ne peux tout simplement pas mener deux projets en même temps, ça provoque des surchauffes dans mes circuits) (l’obsolescence programmée, tout ça).

Donc… C’est parti !

Et par quoi on commence ? Une petite présentation du texte, peut-être ?

« Suite à un malaise sans gravité, la grand-mère de Nellig est hospitalisée pour quelques jours. Nellig profite de devoir veiller sur la maison familiale pour s’accorder des vacances, un peu de repos au bord de la mer. Surtout qu’elle aime se ressourcer parmi les pierres grises de ce village de Bretagne, sentir le parfum d’iode… Comme des échos de son enfance à présent envolée.
Ce soir-là, c’est la nuit de la Toussaint. La légende dit que les portes s’ouvrent et laissent les esprits s’échapper. Mais les légendes, Nellig n’y croit pas trop.
Pourtant, tandis qu’une tempête se fracasse sur les côtes et que les phares s’éteignent, elle voit son grand-père dans la rue. Son grand-père mort un an plus tôt, sorti de sa tombe. Et il a un message pour elle. »

LoreleiJ’ai relu la première version de ce texte qui prend la forme d’une nouvelle (environ 80 000 signes je crois), je n’avais d’ailleurs pas mis mon nez dedans depuis des plombes. Après vérification, elle date de début 2014, mais les longs frissons d’horreur attendus n’ont pas été si terribles. Disons que je n’ai pas écrit que de la merde. Mais il reste un gros travail de réécriture et d’ambiance, quand même. Let’s go ! Je vous montrerai des extraits si vous êtes sages.

Je me rappelle à l’époque que j’avais été inspirée par les grandes marées couplées à la tempête, on en voyait ces images magnifiques sur les côtes (et les phares ! Vous n’imaginez même pas à quel point j’aime les phares). Ce qui est drôle, c’est qu’actuellement nous avons la même configuration : coup de tabac et gros coefficients de marée. On en voit de belles images ici.

Pour suivre l’aventure, RDV sur le tag Notre-Dame de la mer, dans le menu à droite !
Pour voir le tableau d’ambiance sur Pinterest, c’est par ici.

(ah, et avant que vous ne me le demandiez, l’illustration est bien de moi)

1 commentaire

  1. Cécile

    10 mars 2016

    J’ai hâte d’en savoir plus, on tombe tellement pile poil dans les sujets qui me « hantent » le plus ! 🙂 Je me rappelle toutes les illustrations que tu avais fait sur cette thématique et que j’avais adoré… Ca me rappelle mes belles dames blanches … (hey je viens de voir que la mienne est même dans le tableau Pinterest :D). Brumes, embruns, brouillard et bruit du ressac… Je m’installe avec mon coussin, j’peux ? :p

Laissez votre commentaire