• Pas de produit dans le panier

Je sais que l’on n’est pas tout à fait rendu au milieu du mois de novembre, mais comme j’ai dépassé la moitié de Remington, j’ai eu envie de faire un petit billet. Si vous suivez mon avancée sur Twitter ou sur Facebook, vous verrez que j’ai atteint les 70 000 mots (et que j’en peux plus). L’objectif premier du NaNo est donc atteint puisqu’il s’agit d’écrire 50 000 mots en un mois.

L’écriture suit son cours, tranquillement. Je ne sais pas si c’est grâce à mon plan très détaillé, ou bien parce que mon histoire se tient pas trop mal. Ou parce que j’y crois, ou parce que j’aime mes personnages et ce qui leur arrive. Ou parce que je m’éclate à mettre en mots des choses qui tournent en boucle dans ma tête depuis un moment (pour rappel, le roman raconte l’histoire d’un écrivain qui n’arrive plus à écrire, et j’y injecte tout un tas de pensées et d’interrogations personnelles sur l’écriture, l’édition, l’art en général) (c’est donc très personnel sans l’être tout à fait). En fait, c’est sans doute grâce à tout ça que j’arrive à tenir le cap sans trop de soucis, et peut-être aussi parce que dernièrement, j’ai non seulement appris des trucs sur ma façon de travailler (Les fantômes de Ker ar Bran a été assez formateur, sans que je l’explique), mais j’ai aussi lâché prise (un peu) et j’essaie d’être à la fois moins perfectionniste et moins pessimiste. Il faut dire que beaucoup de choses y ont contribué ces dernières semaines, sans compter que Remington existe grâce à une grande idée, mais c’est moche parce que je ne peux pas vous en parler. Je sais, c’est très mystérieux.

Bref, j’aligne les mots tous les jours sans trop de difficulté, je n’ai dévié qu’une seule fois de mon plan mais ce n’est pas si grave parce que ça arrive toujours, je range petit à petit dans une enveloppe les post-it collés dans mon cahier, j’arrive à tenir mon journal d’écriture… Tout roule, en somme. Je me suis fixée l’objectif de terminer le weekend prochain ; il s’agira dont de se grouiller les fesses car il me reste quelque chose comme 40 % du roman à écrire (je table sur 100 000 mots mais comme j’ai toujours été une quiche pour évaluer le poids de mes textes, ce sera la surprise). Je voulais aussi vous partager des extraits mais finalement, j’ai eu du mal à en trouver qui ne spoilent pas trop. En fait, j’ai tellement envie de garder le secret sur ce roman jusqu’au dernier moment que c’est compliqué de vous en parler. Mais j’ai tellement hâte !

Vous verrez sur les photos ci-dessus que je suis un peu une timbrée des statistiques : je note TOUT. Tous les jours, je reporte dans mon journal d’écriture le nombre de signes et de mots écrits, ainsi que la durée du temps travaillé de la journée (que j’enregistre grâce à l’appli Timeular, qui m’envoie des stats hebdomadaires). Je ne sais pas à quoi ça me sert mais j’aime bien.

 

Sur ce, j’y retourne. Bon courage à vous si vous poursuivez l’aventure : le milieu du mois n’est pas la période la plus facile, l’enthousiasme retombe, beaucoup abandonnent, mais il faut penser l’écriture d’un roman comme un marathon. La ligne d’arrivée est pour bientôt !

2 novembre 2018
29 novembre 2018

Laissez votre commentaire