• Pas de produit dans le panier

Le livre de l’Épine Noire

Bonjour !

Dans un précédent article, celui du bilan de 2014, j’ai parlé des différents projets qui allaient m’occuper en 2015, dont un petit plaisir perso : j’avais envie, depuis longtemps, de réaliser, pour moi, une version intégrale de mes Chroniques de l’Épine Noire, sous la forme d’un gros livre illustré. Je m’y suis attelée de suite, et le voilà arrivé !

couverture1

Cela donne un bon gros livre comme je les aime (et que je désespère de revoir en rayon… où sont passés tous ces beaux livres de féerie ?), un format A4 à la couverture rigide. Il fait 172 pages et est tout en couleurs (qui, pour une fois, ne sont pas dégueu).

livre1

Pour tout dire, il n’y a pas grand-chose d’inédit à l’intérieur… J’y ai mis toutes les nouvelles déjà écrites (celles du Prunellier et celles que je laisse à votre disposition ici-même), une bonne partie des illustrations également (sauf les plus anciennes), et quelques petites notes annonçant la suite. J’ai également ajouté des corrections : sur les coquilles que j’ai pu traquer, sur la cohérence aussi. Ça change quelques perspectives, par rapport à l’histoire… et ça pose les bases pour autre chose. Et puis il ne s’agissait pas de faire un nouveau livre dans l’univers du Prunellier, mais juste de me faire plaisir en m’offrant cette édition qui, en fait, devait être unique ! Je déteste les éditeurs qui sortent un livre et qui, un an après, le sortent de nouveau en ajoutant du contenu (illustrations, ou histoires, ou les deux, ou plus belle fabrication… ça se voit beaucoup en BD), cela me donne l’impression qu’ils prennent les lecteurs pour des vaches à lait. Je ne veux absolument pas faire la même chose : même si une révision du texte du Prunellier serait une bonne chose, je ne veux pas léser les acheteurs du livre.

Le livre comporte les défauts de l’édition à la demande : quelques soucis de découpage du papier (certaines illustrations ont un bord blanc), l’illustration de couverture n’est pas centrée, et… le prix. Le bouquin coûte cher à la fabrication, c’est la raison pour laquelle il n’a pas de n° ISBN et qu’il ne sera pas mis en vente dans la boutique. Un tel livre devra avoir un prix de vente d’un minimum de 70 € si je ne veux pas perdre de l’argent… Et je n’ai pas envie de mettre en place une souscription pour un livre sur lequel je n’aurais pas de marge (je le fais déjà avec Le Rêve du Prunellier, si vous voulez tout savoir).

Mais… comme je sais que certain·e·s d’entre vous voudront tout de même avoir ce livre, je vais tout de même y réfléchir. Cela dépendra du nombre de personnes à m’en faire la demande (à ce propos, si vous le voulez, contactez-moi par email : rozenn(a)onirography.com ). Peut-être que je ferai un tirage ultra limité (genre 10 ou 20 exemplaires), du genre ‘édition prestige’ avec des trucs dedans. A voir, donc !

Voilà !

4 décembre 2014

5 commentaires

  1. David FEREOL

    19 janvier 2015

    Bonjour Rozenn

    Je suis très intéressé par ce très joli ouvrage.
    Donc, je suis partant.
    Il n’y a plus qu’à m’expliquer comment faire.

    Prochainement, je risque de te faire une demande plus personnelle.

    Bonne semaine à toi.

    David

  2. Molines

    20 janvier 2015

    Bonjour je vous déjà envoyer un mail mais comme je n’étais pas sur qu’il soit encore bon je me permet de faire ma demande ici également. Je n’ai pas envie de manquez votre livre !!! Je suis très intéressée !
    Manon

  3. Stéphiboux

    1 mars 2015

    Bonjour!
    J’avais déjà exprimé mon souhait d’acheter cet ouvrage sur FB, mais du coup je le redis ici : ça m’intéresse!!

    Merci
    Stéphanie

Laissez votre commentaire