Dialogue avec les ombres

Texte intégral

*

Côme

*

La première leçon que tu m’as apprise, c’est que le hasard n’existe pas. Si ma route a croisé la tienne, elle l’a fait sous la force de milliers de décisions et de choix, dans un but qui nous échappera toujours. Toi, l’adolescente magicienne qui a tout perdu, et moi, l’homme d’affaires en quête de sens. Homme d’affaires est une bien mauvaise expression pour définir ce que je suis devenu, mais je la préfère à criminel.

Le hasard n’existe pas. Le hasard ne peut pas avoir mis sur mon chemin cette pauvre fille pourchassée par des skinheads en mal de sensations fortes, cette SDF anonyme comme tous ces SDF dont je me contrefous en général. Il m’est impossible de croire au sort alors que tu m’as fait entrer dans ce monde si étrange qu’est celui de la magie, changeant ainsi ma vie pour toujours. Tu l’as dit toi-même, un jour : dans ton malheur, tu as provoqué plus de douleur encore, mais tu m’as trouvé sur ta route. En décimant ta famille, tu en as invoqué une autre. Et cette nouvelle famille t’a suivie, t’a soutenue, t’accompagnant au bout de la funeste mission que tu t’étais fixée. Je t’ai aidée à les tuer, tous les sept. Pour rien au monde je ne le regretterai.

Je sais que tu ne me croiras pas. Tu ne m’as jamais vraiment accordé ta confiance et cela, je le conçois sans peine. Tu ne me croiras pas, Cécilia, et pourtant, ce que ce hasard auquel je n’ai pas foi m’a apporté, ce carrefour sur lequel nos routes se croisent, reste le trésor le plus précieux que je possède.

 

*

Cécilia

*

Te souviens-tu de notre rencontre, Côme ?

T’en souviens-tu encore ? Je sais que tu vas prétendre que non. Tu feras comme à ton habitude, tu endosseras ton masque de fierté et de cynisme et tu affirmeras que tu n’as pas gardé le moindre souvenir de ce jour, parce que ces instants ne comptent pas pour toi.

Et tu mentiras. Je sais toujours quand tu mens. Ce métal dont nous sommes façonnés tous les deux me pousse à entrer dans ton jeu, à te faire croire que je n’y accorde pas plus d’importance moi non plus. Que ton apparent détachement ne me blesse pas.

Je vais te dire un secret, Côme. Je t’ai détesté dès le premier jour, au moins autant que je t’aime aujourd’hui. Tu représentes tout ce à quoi j’ai voulu échapper, ma famille, mon père si violent, ma mère si résignée, et cet étrange milieu fait d’argent et d’hypocrisie. Tu n’es rien d’autre que le pur produit de ces familles dégénérées par le fric et le pouvoir, imbu de toi-même et sûr de ton bon droit à t’essuyer les pieds sur le bas de la chaîne alimentaire. Vous êtes les dépositaires de ces lignées bien nées, riches et puissantes, et malgré tout bien proches du précipice. Vous n’en avez que trop conscience, d’ailleurs, de cette fragilité, de cette fêlure qui ne peut que se rompre un jour, vous volant ainsi votre fortune et votre pouvoir. Vous vous y accrochez sans vergogne comme les rescapés de première classe du Titanic, assis sur des canots au milieu de l’océan, resserrant sur leurs carcasses tremblantes leur manteau de fourrure tandis que les pauvres se noient dans l’eau glacée.

Tu crois toujours que le hasard t’a apporté ce qui pourrait te sauver de cette déchéance à venir, mais en réalité, je ne t’ai rien offert d’autre qu’une certitude. Celle que le pouvoir dont tu t’enorgueillis ne représente rien, qu’il n’est qu’une façade, et que le vrai pouvoir t’échappe. Que tu n’es qu’un homme comme les autres. Que la mort t’attend au bout du chemin et que tu ne tentes rien pour éviter cet inexorable rendez-vous.

 

*

Côme

*

Je dois te l’avouer : ce jour-là, chez Sam, je n’en ai que peu de souvenirs, car ce n’était pas le plus important. J’aimais bien Sam, j’étais en confiance avec lui ; une condition sine qua non afin que j’accepte de faire des affaires avec ce genre de personnes, bien trop promptes à retourner leur veste pour un oui ou pour un non. Les flics venaient de choper mon précédent fournisseur, et le temps que mes avocats le sortent de cette mauvaise passe, je devais trouver une autre marchandise. Vite. Et moi-même.

Ton fascinant pouvoir consiste à manipuler la malchance, et par conséquent, cette confiance aveugle que je vouais à Sam était de ton fait. Tes nombreuses manœuvres sur le hasard, posées à même les murs de ce sordide appartement que vous squattiez à l’époque, m’ont poussé à m’associer à Sam avec une foi frisant la bêtise. Sois sûre que sans tes sortilèges, j’aurais vidé les lieux lorsque tu as débarqué sans prévenir, trempée par la pluie et les mains couvertes de sang. J’aurais commis la plus grande erreur de toute ma vie. Quand je l’ai compris, j’ai appris cette leçon qui dit que le hasard n’existe pas. Et c’est grâce à toi.

Je ne t’ai accordé que peu d’importance. Tu t’es présentée chez Sam et je t’ai considérée comme une possible source d’ennuis si les choses venaient à mal tourner. Tu n’étais qu’une sans-abri à qui il venait d’arriver des bricoles, rien d’autre. J’étais à mille lieues d’imaginer ce qui se tramait dehors, presque sous notre nez. Ces SDF assassinés dont on entendait parfois parler dans les journaux télévisés, personne ne pouvait envisager qu’ils possédaient de fantastiques pouvoirs, et que des tarés les pourchassaient pour cette raison précise. Les SDF, vois-tu, je m’en foutais.

Je n’ai vu qu’une adolescente débarquer, celle qui pourrait faire capoter ma transaction avec un dealer et m’apporter de gros ennuis si les flics venaient à fourrer leur nez dans nos affaires. Sam ne m’a pas donné plus de détails quant à ce qui t’était arrivé, et je ne lui ai pas posé de questions. Même la requête qu’il m’a adressée, lorsque je suis parti à la fin de notre rendez-vous, m’a paru sans rapport :

— Connaissez-vous quelqu’un qui pourrait aider un de mes amis à changer d’identité ?

J’ai répondu oui, lui assurant que je me renseignerais et que je lui en parlerais à notre prochain rendez-vous d’affaires. Et puis je t’ai oubliée.

Sam a mis le sujet sur le tapis plus tard, quand il m’a apporté la cocaïne que je devais lui acheter :

— Avez-vous demandé à vos contacts, pour de nouveaux papiers d’identité ?

Je n’avais pas réalisé à quel point il était éprouvé, ignorant ce que vous veniez de faire : vous aviez récupéré le corps sans vie d’Hazel dans cet immeuble délabré, et vous l’aviez enterrée vous-mêmes dans un bois en banlieue. Sam n’avait jamais vu de cadavre de toute son existence et cette expérience l’a secoué. Je l’ai trouvé plus fatigué que d’ordinaire, plus préoccupé aussi, mais rien qui ne m’alerte vraiment. Les sortilèges répandus dans l’appartement continuaient à endormir ma méfiance.

J’ai fait quelque chose qui ne me ressemble pas du tout : j’ai demandé à Sam ce qui le préoccupait. Je me suis intéressé à sa vie, à ce qui lui causait du souci, sans savoir le moins du monde dans quoi je mettais les pieds.

— As-tu des problèmes ? l’ai-je interrogé. Un rapport avec ton ami ?

Je n’ai pas poussé bien loin et pourtant, il a craqué de suite. Il m’a tout déballé : la mort d’Hazel, les skinheads, et toi. Il n’a pas évoqué la magie dans un premier temps. Je sentais cependant que quelque chose manquait dans son récit, un élément important histoire de comprendre ce qui se tramait. Alors j’ai insisté.

Oxyde me l’a expliqué : la magie peut m’influencer si elle m’entoure, et ce bien que je ne possède aucun pouvoir. Une réverbération de sortilèges, presque comme un miroir. Il m’est arrivé d’avoir des intuitions fulgurantes qui se vérifiaient toujours. J’ai persisté à faire parler Sam pour cette raison. Peut-être parce que je devais provoquer le destin, peut-être parce que je devais me rendre moi-même sur ton chemin, sans en avoir conscience.

— Je ne comprends pas tout, ai-je dit à Sam. Que veulent ces skinheads qui s’attaquent aux SDF ? Qu’est-ce que ça leur apporte ?

Il a baissé la tête, comme honteux, et a répondu malgré tout :

— Vous ne me croiriez pas si je vous le disais.

— Explique-moi.

— Ces SDF étaient tous des sorciers. Hazel aussi. Et… mon amie également.

En d’autres temps, j’aurais éclaté de rire et je serais parti sans me retourner. Mais pas ce jour-là, non. Ce jour-là, je voulais y croire, pour de vrai. Je voulais que Sam me dise tout de ces gens extraordinaires, ce que vous êtes capables de faire, cet étrange monde à part qui est le vôtre. J’étais avide d’accepter ce qu’il me raconterait. Parce que ces murs qui nous entouraient me renvoyaient les sorts que tu leur as jetés, et me renvoyaient ce que tu étais, toi et ton incessant appel au secours.

 

*

Cécilia

*

Pendant longtemps, j’ai voulu m’enterrer avec Hazel dans cette forêt. Je crois que je n’ai pas cherché à me battre car j’avais conscience de ce combat perdu d’avance. Même la promesse que je lui ai faite, celle d’accepter de vivre sans elle, je me refusais à la tenir. Tu sais, Côme, je ne l’ai connue que peu de temps… Un an à peine. Rien à l’échelle d’une vie, rien qui pourrait justifier que je veuille mourir parce qu’un monde sans elle ne pouvait pas exister. Je serais incapable de te l’expliquer. Avec quels mots dire ce que je ne parviens pas à démêler moi-même, avec quels mots décrire l’amour, et l’attachement, et la douleur que j’ai éprouvés pour Hazel ? Ce n’est qu’une sensation, une émotion. Ou un rêve peut-être, un simple rêve, quelque chose qui ne sera jamais vécu.

Aujourd’hui, je ne pourrai pas retomber sur l’endroit où nous l’avons mise en terre. Je n’ai pas pris garde à l’itinéraire que nous avons emprunté en voiture afin de nous y rendre, et Sam n’est plus là pour me l’indiquer. Oxyde pourrait la retrouver, j’en suis certaine, mais je ne veux pas lui demander ce service : je devrai lui révéler ce secret que nous partageons toi et moi, ce secret qui n’appartient qu’à nous. Hazel restera donc perdue dans les profondeurs d’un bois que je n’ai vu qu’une seule fois, dissoute dans la terre, absorbée par les arbres. Elle n’existe plus. Elle n’a jamais existé que pour moi.

Notre première rencontre, le jour de sa mort, n’était qu’un détour, un caprice de nos propres chemins qui aurait pu rester sans conséquence, et si tu n’avais pas choisi de travailler avec Sam, je serais encore Cécilia. Peut-être que je n’existerais plus, moi non plus.

Sam ne voulait pas se mêler de nos histoires. Il connaissait Hazel depuis bien plus longtemps que moi et considérait qu’il avait assez donné. Il n’a pas vu d’un bon œil que toi, Côme Bourgeois, tu t’intéresses aux sorciers de cette manière, si bien qu’il a décidé de se retirer. Il ne pouvait plus continuer à me surveiller, à jouer les grands frères éternellement alors que je ne l’écoutais jamais. Il ne voulait pas se brûler les ailes au risque de se laisser entraîner lui aussi, après avoir enterré Hazel qu’il aimait comme une sœur. Sam ne m’aimait pas assez pour prendre ces risques avec moi, alors il a laissé tomber. Il a eu raison, car il s’en est sorti.

Le jour de notre vraie rencontre et de notre marché, celui que tu t’acharnes à nier comme s’il n’avait aucune importance, est gravé au fer rouge dans ma mémoire. J’ai compris que toi, tu resterais. Tenace et têtu, obstiné comme personne. À l’image de ces falaises de pierre qui résistent au vent, aux tempêtes et à la mer. De nous tous, tu es le plus fort et tu le seras toujours.

Je l’ai réalisé dans la seconde, dès que j’ai mis le pied dans ton superbe appartement parisien qui ressemblait tant à celui de mes parents. Moi aussi je viens de ce monde à part, issue de ces familles puissantes et riches, et pourtant je ne me suis jamais sentie si peu à ma place que chez toi. J’errais telle une enfant pauvre dans un vaste château aux murs couverts d’or, appartenant à un type qui pourrait faire de moi ce qu’il voulait. Cendrillon au pied du roi. J’ai détesté ce chez-toi qui te ressemblait tant, et je t’ai détesté. Toi et ton costume hors de prix, ta suffisance, et la vulnérabilité qui m’écrasait face à toi. Je t’ai détesté d’autant plus que je savais que je pourrais te faire confiance jusqu’au bout. Mais je le refusais. Je dépendais de mon père, puis d’Hazel, puis de Sam. Je ne voulais pas dépendre de toi. Je ne voulais jamais plus me reposer sur qui que ce soit.

 

*

Côme

*

Tu m’as dit une fois que tu savais quand je mentais. Tu n’as pas besoin de tes pouvoirs pour ça, car quelque chose sur mon visage, une expression, un tic, me trahit toujours face à celui qui serait capable de le détecter.

As-tu vu, ce jour-là, à quel point je mentais ? J’ai prétendu vouloir conclure un marché avec toi : de nouveaux papiers d’identité contre ton aide surnaturelle pour quelque temps. Tu as cru pendant longtemps que je ne m’intéressais à toi qu’à cause de tes pouvoirs. Au moins, j’ai pu te le dissimuler et j’en suis plutôt satisfait. Feindre encore et toujours l’indifférence, à l’image d’une armure dont je ne veux jamais me défaire. La vérité et la sincérité sont des faiblesses, je ne devais pas te les montrer.

Sais-tu que je t’ai reconnue, ce jour-là ?

J’ai reconnu la cousine éloignée qui avait disparu un an auparavant, causant douleur et tragédie dans notre famille. Tu ressembles tellement à ton père, en dépit de tes cheveux teints en noir, qu’il est difficile de passer au-delà de cette ressemblance. Oh, je ne me suis jamais risqué à te le dire : je crois que tu m’aurais tué.

Je t’ai reconnue et j’ai eu la sensation de retrouver une sœur perdue, une compagne de galère. Moi aussi j’avais quitté notre famille, moi aussi j’avais décidé de changer de nom. Je voyais en toi la fin de ma longue solitude, tout en sachant que jamais je ne pourrais te l’avouer. Nous ne sommes, en définitive, que des monstres de fierté et d’égoïsme tous les deux. À la différence que toi, tu as voulu te sortir de cette spirale infernale dans laquelle nous plongions sans même nous débattre. J’ignore si tu réussiras. Je l’espère de tout cœur, mais je crains aussi que tu ne te sois perdue en chemin, que tu ne sois jamais ressortie de ces bois sombres dans lesquels tu as enterré Hazel.

— Quel prénom vas-tu choisir ? t’ai-je demandé sans préambule.

Tu t’es présentée chez moi à mon invitation, et tu déambulais dans mon gigantesque salon en traînant des pieds sur le parquet, sans avoir retiré la capuche sous laquelle tu te dissimulais. J’ai toujours détesté recevoir du monde : mon appartement est mon jardin secret, et je n’y invite personne. J’ai fait une exception pour une sorcière et toi, la seule chose qui te venait à l’esprit était d’attiser mon agacement, touchant les tranches des livres dans la bibliothèque ou observant mes effets personnels avec un haussement de sourcil. J’ai pris sur moi pourtant, et je n’ai rien dit. Je savais que la moindre parole déplacée te ferait fuir.

Tu t’es interrompue et tu m’as répondu par une autre question :

— Parce que je peux choisir ?

— Ton prénom, oui. Pour le nom de famille, c’est plus délicat.

Tu as haussé les épaules :

— Je n’y ai pas réfléchi. Je ne sais pas ce que vous me voulez, et j’ignore encore si je vais accepter votre marché.

Nous nous sommes jaugés un moment sans rien dire. Cela m’a suffi pour comprendre que tu ne partirais pas. Tu avais trop besoin de moi car tu te sentais sombrer. La perspective de changer de nom sonnait comme une nouvelle vie qui s’ouvrait à toi, la dernière chance que tu t’accordais. Alors tu as pris le risque de suivre un inconnu en oubliant ta méfiance. Tu as fait la même chose avec Oxyde, mais parce que lui seul est en mesure de t’aider. Pas moi. En dehors de cette vengeance sordide que tu as accomplie et pour laquelle je t’ai assistée, je n’ai jamais pu dissiper les ténèbres dans ton esprit. J’ai mis longtemps à comprendre que tu ne souhaitais pas voir cette noirceur disparaître, bien au contraire. Tu voulais qu’elle t’emporte.

J’ai rompu le silence en premier :

— Sam m’a raconté.

— Raconté quoi ?

— Tout. Tes pouvoirs. Hazel.

Ça t’a déstabilisée, mais tu as fait front sans rien laisser paraître. Je sais que tu en as voulu à mort à Sam à cet instant, et cette trahison a brisé votre amitié pour toujours.

— Qu’attendez-vous de moi ? as-tu demandé, sur la défensive. C’est un piège ? Vous aimez bien les ados dans mon genre, surtout quand elles semblent très jeunes ? Celles qui pourraient avoir l’âge de votre fille, peut-être ?

— Je voudrais que tu m’assistes. Que tu me prêtes tes pouvoirs pour m’aider à développer mon business.

Tu ne t’y attendais pas, alors tu as ri sans trop y croire. Toutes les apparences jouaient contre moi. Évidemment, un type richissime qui vend de la drogue et qui invite chez lui une jeune fille mineure, ça n’incite pas à la confiance. Mais mes intentions n’étaient pas de cet ordre, loin de là.

J’ai continué :

— Je sais que tu veux te venger de la mort de ton amie. Mes hommes sont sur le coup et ils ont repéré certains de ces types. Un ordre de ma part, et ils les butent sans exiger d’explications. Nous pouvons tous les éliminer si tu le souhaites. Je peux aussi te fournir de nouveaux papiers, comme tu l’as demandé, et même un boulot et un logement.

— Tout ça en échange de quelques sortilèges ? Sérieusement ?

— C’est l’idée. Je veux que tu deviennes mon bras droit et que tu protèges mes affaires et mes entreprises. Que tu les aides à se développer, que tu influences les marchés et pourquoi pas mes concurrents.

Tu as secoué la tête d’incompréhension, et ta capuche est retombée, faisant apparaître ton visage au grand jour. Ce qui m’a permis de confirmer ce que je savais déjà : j’étais bien en présence de Cécilia, la fille de ce cousin mort un an plus tôt dans l’explosion de son appartement. Celle qui disparu sans laisser de traces, et que je découvrais vivant dans la rue et traquée par des fachos.

— Pourquoi moi ? as-tu répliqué. Je ne suis pas la seule sorcière du coin, vous pourriez très bien demander aux autres de travailler pour vous. Ils se révéleront bien plus doués et expérimentés que moi.

— J’ai promis à Sam de t’aider. Et… Tu sais, ta grand-mère rapporte souvent à la mienne à quel point ta disparition l’attriste.

— Pardon ?

J’ai cru avoir franchi la ligne rouge, car ton visage s’est fermé d’un seul coup.

— Ta grand-mère Francesca est la sœur de la mienne, qui s’appelle Carmen. Tu étais trop petite pour t’en souvenir, mais nous avons participé à quelques réunions de famille, il y a longtemps.

Je t’ai montré une photo, ancienne et jaunie, témoignant de l’une de ces réunions durant lesquelles nos parents et grands-parents se plaisaient en maîtres du monde. Tu t’es reconnue de suite : difficile de ne pas remarquer cette petite fille pleine de vie aux cheveux blonds déjà très longs. Quant à moi, je me trouvais parmi les adultes, et je venais tout juste d’être embauché dans l’entreprise de ton père. Le début de la fin de mes illusions.

Tu as balbutié, interloquée :

Pacôme  ? Mais… Ils ont tous prétendu que tu étais mort ?

— Une vieille tradition… C’était plus facile comme ça. En réalité, je les ai fuis afin de gérer mes affaires tout seul, ce qui m’a plutôt réussi.

Quelque chose a fini par se dénouer. La méfiance, la colère, ou la peur. Tu as baissé les yeux sur la photo, et touché du bout des doigts le visage de Francesca :

— Et Grand-Mère, comment va-t-elle ?

— Elle est très fatiguée. Elle a eu du mal à se remettre de ta fugue, et la mort de tes parents et de ta sœur a été le coup de grâce.

— Je n’ai pas fugué.

— Je m’en doutais. Je connais ton père, tu sais.

Tu m’as demandé un jour pourquoi j’avais pris le risque de te révéler ma véritable identité : j’aurais pu, et cela aurait été plus prudent, taire qui j’étais vraiment, ne jamais te dire que nous faisions partie de la même famille. Mais je souhaitais te rassurer, et te rappeler que tu n’étais pas seule.

 

*

Cécilia

*

J’ai opté pour le prénom de Grand-Mère, Francesca, en hommage à cette petite sœur que je n’ai jamais connue. Un rappel permanent de la peine que j’ai causée.

Choisir un nom n’est pas un acte anodin. Nous venons au monde avec un prénom qui ne nous appartient pas vraiment, puisque ce sont nos parents qui nous le donnent. En décidant de notre propre nom, nous décidons de ce que nous sommes. C’est un rituel plus symbolique encore parmi les sorciers. Car les noms ont du pouvoir.

Je devenais la blessure à vif que je ressentais à chaque instant de ma vie. Je connais ta réprobation à ce sujet, et quelque part, tu as raison : si j’entretiens moi-même ma douleur, je n’en guérirai jamais. Tu ignores que je ne voulais pas en guérir. Je voulais en mourir.

J’ai quitté le squat de Sam, je lui ai dit au revoir, et j’ai accepté ta proposition. En voilà un marché étrange, qui me donnait l’impression de gagner sur tous les termes alors que c’était loin d’être le cas. Certes, tu m’offrais la perspective de sortir de la rue et ce faisant, tu me donnais un avenir. Mais tu gardais aussi du pouvoir sur moi. Tu t’assurais que je ne parte jamais, que je ne m’éloigne pas de toi. Je ne l’ai pas réalisé tout de suite, et quand j’ai compris… J’ai éprouvé tellement de colère… Tu m’as fait croire que je ne représentais qu’un outil pour toi, celui qui t’aidait à engranger plus d’argent, à cacher tes escroqueries et tes trafics, à éviter les règlements de compte sur ton territoire. Celui qui t’a permis de t’entourer d’autres sorciers.

Mentir sur tes vraies raisons de me garder près de toi était inutile car je les aurais comprises. Tu n’as pas besoin de te cacher derrière ce contrat que nous avons signé comme s’il ne s’agissait que d’un contrat de travail, alors que tu considères ce document comme le plus précieux de tes biens. Je ne voulais pas me sentir liée à toi par un simple accord. Je voulais exister à tes yeux parce que j’étais pour toi une amie, une cousine, quelqu’un qui compterait pour de vrai. Tu ne l’as jamais admis, mais tu en as parfaitement conscience : tu as tenté de m’enchaîner à toi par tous les moyens, à cause de ta crainte de me voir te fuir. Quitte à mentir, quitte à cacher toute ton affection à mon égard parce que tu la considérais comme une faiblesse.

Je ne serais jamais partie en sachant que je te laissais derrière moi. Tu m’as tout donné, tu m’as tout offert sans poser la moindre question, ou émettre la moindre réticence. La seule chose que tu n’as jamais daigné m’accorder, c’est ta sincérité. Je n’entrevoyais jamais ton vrai visage.

Jusqu’à ce que les visions reviennent.

Ces visions qui m’ont assaillie quand Hazel était en vie m’ont hantée de nouveau. Revoir ces images dans mes rêves m’a plongée dans un abîme de détresse sans fond car elle me manquait. Hazel me manquait tant que cela en devenait insupportable. Et les cauchemars se poursuivaient, au point que j’en crevais de trouille.

Massacres et cataclysmes, et toujours, la douleur sans fin.

Tu étais là, Côme, et tu m’as montré qui tu étais vraiment quand tu croyais que je perdais la tête. Tu as vu ta propre sœur sombrer de la même manière il y a des années, jusqu’à ce qu’on l’envoie dans un centre hospitalier psychiatrique. Elle en est ressortie changée, différente, presque morte. Tu as vécu cela une fois, et tu n’as pas accepté que cela se reproduise. Pas avec moi.

J’ai cru longtemps devenir folle, oui. Et pourtant… Le voilà, le gouffre que je cherchais. Je marchais sur le bord d’une falaise par temps de tempête. Tous les jours je jouais à ce jeu-là, me laissant emporter par le torrent, me rattrapant aux branches au dernier moment. La perspective de la fin me grisait tout comme elle me terrorisait, jusqu’à ce que j’aille trop loin.

Parce que toi, tu as toujours su que j’irais trop loin. Entouré comme tu l’étais par ton armée de sorciers, tu as aiguisé ton intuition. Tu m’as vue mourir dans un rêve. Tu as possédé les pouvoirs d’Hazel le temps d’une nuit, et tu avais raison.

 

*

Côme

*

Je t’ai vue sombrer peu à peu, et tu as refusé mon aide. Je me sentais à la fois armé pour y faire face une seconde fois, et totalement démuni. D’où me venait cette étrange malédiction qui frappe de schizophrénie les personnes auxquelles je tiens ?

Nous avons décidé de nous mettre en chasse des types qui ont tué Hazel. Chasser des chasseurs. Tu as cru qu’en agissant ainsi, tu apaiserais ton âme, comme si la vengeance te permettrait de guérir. Mais la vengeance ne ramène pas les morts, tout comme elle n’apporte aucune justice ; cela, tu n’as pas voulu l’entendre. Tu as rétorqué que je savais très bien à quoi je m’engageais si j’acceptais de t’aider, et que je t’avais promis de te suivre sans discuter. Ce n’est pas si simple. Rien n’est aussi simple.

Car si j’ai causé la mort dans le cadre de mes activités, je n’ai jamais tué quelqu’un de mes propres mains. La limite à ne jamais franchir. Tu peux rire, oui. Depuis quand Côme éprouve-t-il des scrupules ? Tu fais bien de te poser la question, moi-même je n’ai jamais su où se trouvait la frontière. Peut-être que ce n’était qu’un réflexe de survie, une façon de me persuader que je ne devrais pas me mouiller dans une affaire qui ne me concerne pas et qui pourrait m’apporter des ennuis. Une belle hypocrisie : tout ce qui te concerne me concerne, et ce depuis que nous avons signé ce contrat. Depuis que ma route a croisé la tienne.

Je n’ai jamais trouvé de sens à mon existence, tu sais. Impossible de déterminer la direction vers laquelle avancer. Amasser plus d’argent, plus de pouvoir… J’ai compris avec toi que le vrai pouvoir ne se possédait pas, tout comme j’ai compris que tu ne m’appartenais pas. Le pouvoir s’utilise, mais nous n’avons aucune prise dessus. Et en considérant ceci… Quel but, alors, devrais-je poursuivre ?

C’est la mort que tu convoites.

Tu me l’as dit, un jour, et Oxyde aussi. Vous avez lu en moi plus sûrement que je serais en mesure de le faire. D’une certaine manière, nous dansons tous les deux au bord du même gouffre. J’ai condamné mon âme à l’enfer pour avoir au moins l’impression d’être attendu quelque part.

Nous les avons donc pourchassés. Un par un.

Grâce à mes contacts, nous avons réussi à les retrouver et à les traquer. Chaque fois tu insistais pour être présente, même si cela revenait à nous réveiller en pleine nuit par un coup de fil de mes hommes. Nous roulions souvent des heures à la recherche d’une adresse lointaine, y trouvant un ou deux skinheads entourés de mes gars, ligotés et en sang. Tu voulais contempler le visage de chacun d’eux, voir dans leurs yeux le moment où leur vie leur serait arrachée. Tu leur révélais qui tu étais, que tu te trouvais non loin de cette sorcière qu’ils ont tuée sans vergogne, et qu’ils auraient dû se charger de toi plus tôt. Ils n’en menaient pas large, la plupart du temps, et certains se mettaient même à pleurer, conscients de leur sort.

À chaque fois, je te laissais choisir. À toi de décider de leur vie ou de leur mort, et tu répondais toujours par la mort. Tu n’as jamais hésité, pas une seule fois. Tu les regardais droit dans les yeux quand l’un de mes hommes leur tirait une balle dans la tête. Sans vaciller, sans trembler ou presque. J’ai cru que tu voulais te délecter de cette vengeance après laquelle tu as couru durant de longs mois. En réalité, tu cherchais à imprimer leurs visages dans ton esprit dans l’unique but d’attiser ta douleur.

Car seule ta souffrance comptait. Elle te permettait de te lever le matin après n’avoir que peu dormi, assaillie toujours plus par tes cauchemars. Elle était à la fois ton carburant et ton idéal, ce qui te poussait à continuer.

Tu as tué toi-même le dernier chasseur de sorcières que nous avons traqué. Je ne voulais pas te laisser faire, mais tu as insisté, et j’ai compris, à cet instant, à quel point ta peine t’avait transformée. Le type a soutenu ton regard avec férocité, comme si crever de la main d’une sorcière représentait pour lui le plus grand des accomplissements. Il s’est montré à la hauteur de ce que tu attendais de lui, je crois. Tu n’aurais pas supporté qu’il éclate en sanglots comme certains de ses potes.

Tu l’as tué et tu n’as pas tremblé. Tu n’as rien dit non plus. Nous sommes rentrés sans un mot ni une plainte, dans le silence pesant de la voiture. Je t’ai juste proposé de passer la soirée chez moi car je ne voulais pas que tu restes seule. Tu as accepté sans discuter.

Durant la nuit, j’ai fait ce rêve. Un rêve dans un rêve, dans lequel je me réveillais pour découvrir mon appartement sens dessus dessous, et une inscription sur les murs du salon.

Burn the Witch.

Ce qu’ils avaient écrit eux-mêmes après avoir tué Hazel. J’ai commencé à avoir peur, à craindre que d’autres chasseurs de sorcières n’aient décidé de se venger. Je me suis précipité dans la chambre que tu occupais, trouvant au passage, dans le couloir, le pendentif qui te venait d’Hazel. Je savais, en entrant dans la chambre, que tu étais morte, que les chasseurs t’avaient trouvée. Je m’attendais à lire ces mots sur les murs, inscrits avec ton sang.

Cette image terrible m’a sorti de mon cauchemar. J’ai cru, l’espace d’un instant, découvrir mon salon dans le même état. Mais rien n’avait bougé, je n’avais fait qu’imaginer une vengeance perpétrée par les chasseurs. Une vengeance contre une vengeance.

Puis l’intuition. Le pressentiment le plus prenant jamais ressenti. Une urgence qui a fait battre mon cœur plus vite parce que j’étais certain de ce qui venait de se produire.

Comme dans mon rêve, je me suis précipité dans ta chambre, pensant même retrouver le bijou dans le couloir. J’avais l’impression que mes rêves m’avaient piégé. Que je me réveillerais de nouveau en croyant à ta mort. Sauf que c’était réel, cette fois.

Tu me l’as confié, bien plus tard. Tu as accepté le marché que je te proposais dans le seul but de retrouver les meurtriers d’Hazel. Tu avais besoin de les confronter, tu voulais absolument contempler leur mort jusqu’à la nausée afin de te donner assez de courage, ensuite, pour en finir. C’était là ton seul but. La seule vraie motivation quant à ta présence dans ma vie. Tu n’as jamais eu assez de force afin de supporter les maltraitances infligées par ton père, ta culpabilité après la mort de ta mère et de France, la disparition d’Hazel… Tu ne pouvais pas contenir tout ça. Et tu as vu en moi l’intermédiaire, presque l’arme qui te permettrait de mettre fin à tes jours comme tu l’as toujours envisagé.

Je l’ai compris à l’instant où je suis entré dans cette chambre, à l’instant où je t’ai retrouvée sur ton lit, les draps tachés de sang.

Tu sais, Cécilia… Ton suicide aurait été la pire des tragédies dans ma vie déjà peu agréable. Pour un peu, j’ai cru que je payais tout le mal que j’avais causé jusqu’ici. Oxyde a bien insisté là-dessus : tout se paie un jour. Nous sommes tous plus ou moins touchés par cette malédiction cosmique qui nous juge à chaque instant. Lui plus que quiconque. À l’époque, j’ai cru que je m’acquittais de cette dette. Les quelques restes de mon éducation catholique me revenaient en pleine figure et j’ai pensé que le ciel me punissait.

Quel égoïsme…

Car c’est bien ça que tu me répondrais, non ? Je suis d’accord avec toi : je me suis montré bien trop égocentrique. Tu payais, et pas moi. Tu as agi par vengeance, à chaque fois. Tu ne crois pas à la justice. C’est pour cela que la malédiction du karma t’affecte bien plus qu’elle ne m’affecte. Tes visions de cauchemars, et la douleur qui te poursuit… Après tout, tu l’as attisée toi-même, ta souffrance.

 

*

Cécilia

*

Tu es le dernier à m’appeler Cécilia, de temps à autre. Même Oxyde m’appelle Francesca. Pourquoi t’acharnes-tu à raviver ces souvenirs ? Tout ceci appartient au passé, à présent. À moins que toi aussi, tu cherches encore à percevoir l’amertume de ces jours ?

Je suis morte quand Hazel m’a offert son collier. Ce pentacle qui, en lui-même, ne revêt aucune signification pour moi, dont j’ignore la provenance, et qui ne me ressemble en rien. Mais il brille toujours de sa présence. De son souvenir. Et de cet écho que j’entends encore quelquefois, à l’instant où j’ai senti mon cœur se briser. Je suis morte, un peu, lorsque j’ai compris qu’Hazel me dissimulait quelque chose d’important, et lorsqu’elle m’a offert ce bijou. Peut-être qu’elle vivrait aujourd’hui si elle ne me l’avait pas confié.

Je suis morte ce jour-là. Et je n’ai jamais su comment j’ai pu avancer ensuite, comment j’ai pu mettre un pied devant l’autre et survivre aussi longtemps. Que se serait-il passé si tu ne t’étais pas trouvé chez Sam le jour de l’assassinat d’Hazel ? Était-ce le hasard, alors que tu n’y crois pas ? Tu sais, Côme, moi je ne crois pas au destin. Je n’y ai jamais cru, même en sachant que je possède le pouvoir d’influencer la malchance. La malchance est une affaire de hasards malheureux, non ? Je crois au hasard. C’est le hasard qui a placé Hazel sur mon chemin, afin de me mener à Sam, me mener à toi. Et me mener à Oxyde par la suite. Lui prétendra, comme toi, que nous nous trouvons chacun sur notre route, et que ces routes fléchissent pour entrer en collision. Vous êtes faits pour vous entendre, tu ne crois pas ?

Quand je me suis réveillée à l’hôpital, j’ai songé que même ma mort, je l’avais ratée. Toi, tu dormais affalé sur une chaise dans ma chambre, ton costume était tout froissé. Je ne t’avais jamais vu dans cet état de vulnérabilité. Je me sentais si honteuse d’en être arrivée là… De t’avoir infligé cette angoisse, cette détresse… Je savais que notre contrat n’était qu’un prétexte. Je jouais ton jeu, je prétendais que nous n’étions rien d’autre que des associés… Mais en me réveillant dans ce lit aux urgences, les bras couverts de bandages et la tête encore anesthésiée, je me suis rendu compte que je ne pouvais plus faire semblant. Et toi non plus.

J’ai compris qui tu étais vraiment ce jour-là, grâce à ton visage fatigué et ton inquiétude. Il ne t’a pas fallu longtemps pour revêtir de nouveau ton masque d’indifférence et de froideur. Je sais pourtant ce qui se cache sous cette carapace. Et je sais le prix qu’il faut payer afin d’entrapercevoir ce vrai visage.

J’en porte les cicatrices. Et si je les ai longtemps cachées, j’ai appris aujourd’hui à faire avec. Je n’effacerai pas la disparition d’Hazel, ni la mort des chasseurs de sorcières ; je n’effacerai pas non plus mes cauchemars, ni les ténèbres qui s’acharnent à me poursuivre. Car j’aime l’obscurité, et j’aime l’idée de me tenir si près d’une falaise. C’est toi qui m’as permis de le comprendre. Nous sommes pareils. Nous n’apprenons pas de nos erreurs.

Je voudrais te confier un dernier secret, Côme, un secret dont tu ne connaîtras jamais l’existence, comme tous les secrets contenus dans ces mots, une lettre qui ne te sera jamais envoyée.

Je sais que tu souffres de l’arrivée d’Oxyde parmi nous. Tu crains déjà que je m’éloigne de toi, et tu aurais raison. J’ai appris auprès d’Oxyde que nos malheurs ne sont pas éternels si nous acceptons de payer assez cher. Le karman ne sert pas qu’à nous punir de la peine que nous infligeons : nous pouvons dealer avec. Nous pouvons échanger, commercer avec lui, et éteindre nos tourments. Si j’ai choisi, durant des années, de raviver toujours plus ma douleur, c’est parce que j’ai cru que je devrais faire avec. Autant m’y habituer, autant la contrôler. Mais Oxyde m’a montré comment effacer nos dettes. C’est ce qu’il fait en permanence. Sa propre mission. Alors peut-être qu’il pourra m’aider à estomper mon envie irrépressible de tomber du précipice. Je ne sais pas trop si j’y crois. Lui y croit pour nous deux.

Et toi, Côme, tu resteras ma seule vraie famille. Pendant longtemps, le mot famille revêtait pour moi le sens de prison. Ou de douleur. Tu es la seule personne au monde qui ne m’ait pas fait de mal, Côme. Ton contrat n’a aucune valeur à mes yeux, tout comme le marché que nous avons conclu. Il n’existe pas de souffrance entre nous. C’est tout.

 

*

Côme

*

Je sais que tu ne veux pas que l’on t’appelle Cécilia. Cécilia est morte en même temps que sa sœur dans cet appartement. D’une certaine manière, son souvenir s’est envolé dans les cendres de l’explosion. Mais comprends-moi, il s’agit de notre secret. De quelque chose qui n’appartient qu’à nous, inconnu même d’Oxyde.

Quand nous avons quitté l’hôpital après ta tentative de suicide, tu m’as soufflé cette phrase qui restera à jamais gravée dans ma mémoire :

— Nous sommes maintenant mouillés tous les deux. Alors si je plonge, tu plongeras avec moi.

Voulais-tu me menacer ? Y voyais-tu une manière de te protéger si je venais à te dénoncer après la mort des skinheads dont les autorités découvraient les corps un par un ? Tu ne m’as jamais répondu.

Ta mise en garde ne m’effraie pas. Au contraire : elle nous lie plus encore que le contrat enfermé dans mon coffre-fort. Je ne te trahirai pour rien au monde, car ces meurtres que nous avons commis tous les deux forment de nouvelles chaînes tacites qui nous retiennent l’un à l’autre. En réalité, j’ai même envisagé de me rendre afin que jamais personne ne remonte la piste jusqu’à toi. Je m’y étais préparé.

Puis Oxyde est arrivé, frappant à notre porte à la recherche d’un sorcier qui pourrait l’assister. J’ai changé d’avis à l’instant où je l’ai vu entrer chez moi. J’ai compris qu’il pourrait non seulement m’aider à dissimuler la mort des chasseurs de sorcières, mais qu’il ferait tout pour t’empêcher de sombrer, qu’il te protégerait envers et contre tout.

J’ai toujours pensé qu’Oxyde était assorti à tes ténèbres, et que son arrivée parmi nous contribuerait à ta guérison. Mais je m’inquiète chaque jour. Et si je m’inquiète autant, ce n’est pas parce que je crains qu’il t’arrache à moi pour de bon, ou qu’il te convainque de partir afin d’échapper à tes fantômes. Non, j’ai peur qu’il t’emporte plus près encore du précipice. Qu’à force de côtoyer la douleur, à dealer avec le karma comme il le fait, il attire sur lui les foudres de ce destin auquel tu ne crois pas, et qu’il t’entraîne dans sa chute. Les gens tels qu’Oxyde sont voués à tomber, tout comme toi.

Je n’ai pas oublié ce jour, Cécilia. Ce carrefour sur lequel nos routes se croisent. Je ne l’oublierai jamais.