• Pas de produit dans le panier

Catégorie

En cours

Un aperçu de mon travail en cours : rédaction, corrections, mais aussi bilans mensuels & NaNoWriMo.

Bilan (6) – juin

J’espère que tout va bien pour vous et que vous n’êtes pas fondu·es à cause de la chaleur (ici, c’est limite, il fait 30° C à minuit dans l’appartement, c’est difficilement supportable) (vivement l’automne). Je suis un peu en retard pour publier mon bilan du mois, alors c’est parti !

En juin

1 — Comme prévu dans mon précédent bilan, j’ai commencé la rédaction de Lighthouse, ce projet destiné à une maison d’édition (dont le nom de code est devenu le Far breton entre-temps), j’en suis plus ou moins à la moitié. J’ai fait connaissance avec mes nouveaux personnages, Agathe et Isaïah, et j’avoue être assez contente de ce que j’ai écrit jusqu’ici. Par contre, j’ai préféré prendre une petite pause cette semaine pour plein de raisons (il fait chaud, mon chéri était en simili-congés, on a fait du cat-sitting, j’avais trop envie de bijouter) ; la reprise sera pour demain (lundi), en espérant boucler le truc d’ici une semaine – 10 jours.

Un aperçu de comment j’imagine mes deux héros ! Agathe est inspirée physiquement de Krysten Ritter que l’on ne présente plus (croyez-le ou pas, je n’ai jamais regardé Jessica Jones), et Isaïah de Bishop Black, artiste performer & acteur X vivant à Berlin (pas besoin de vous prévenir que les recherches sur Google sont #NSFW, hein).

 

2 — J’ai aussi publié quelques textes courts : des Égrégores (Ihato, Reanimation, Vaisseau de verre & Un bracelet de turquoise), ainsi qu’une nouvelle, Les ombres d’Atlacoaya. Il y aura sans doute une pause dans les Égrégores dans les deux prochaines semaines car si je dois me concentrer sur le Far breton, je n’aurai pas le temps d’écrire autre chose en attendant (et je n’ai plus de textes courts d’avance). Ah, et j’ai aussi ajouté des mots-clefs à la fin de chaque texte : maintenant, vous pouvez voir de quels univers ils dépendent !

(suite…)

Bilan (5) – mai

Et hop, on prend les mêmes et on recommence ! Quoi qu’il s’est passé en mai ?

En mai…

Au boulot sur Clairvoyants

1 – Comme prévu le mois dernier, j’ai terminé la phase de découpage-collage de Clairvoyants et l’ai envoyé à Tata Sophie pour relecture. Le texte fait actuellement presque 700 000 signes, ce qui signifie que je vais sans doute le couper en deux ; on aura de nouveau 4 tomes pour la série TOWN, ce que j’avais prévu au départ, avec les deux derniers qui se suivront de près (possible même que je les publie en même temps).

2 – Le projet Lightouse avance un peu : je suis en train de travailler sur le plan, pas évident parce que complexe, et j’ai actuellement une bonne vue d’ensemble du projet.

3 – J’ai également replongé un peu le nez dans L’Épine Noire, ce fameux roman adapté du recueil du Rêve du Prunellier, déjà écrit et que je dois entièrement retaper. Je l’ai relu, me suis baladée un peu dans mes notes avec la forte envie de travailler dessus car ce sera la première fois que j’écris un roman juste pour moi, dans l’optique de le garder et de ne pas le publier, et j’ai envie de goûter à cette liberté que je ne me suis jamais accordée jusqu’ici. Sauf que, bon, non. J’ai préféré faire passer Lighthouse en priorité, histoire d’avoir quelque chose de concret à présenter, et de lancer la machine éditoriale. En ce moment, j’ai beaucoup de mal à retrouver confiance en mon boulot, il faut donc que je me donne des motivations pour continuer (la semaine des Imaginales a lourdement tendance à me faire me décourager pour plein de raisons différentes, c’est d’ailleurs pour cette raison que je n’y vais pas).

4 – Il y a eu la publication de Comme une pierre au fond de l’eau, une petite suite de Notre-Dame de la mer disponible sur Wattpad et sur mon site.

5 – J’ai commencé la publication de textes courts, Les égrégores de Victoria St. John, qui proposeront quelques éclairages et anecdotes des personnages de mon Grand Projet. J’en ai écrit plein d’avance, ça fait du bien de travailler sur des projets courts (ça change des romans).

6 – La boutique a été déménagée et se trouve maintenant ici, sur mon site, ce qui est bien plus pratique !

… et en juin

En premier lieu, en juin, il y aura d’autres textes courts sur le site : des épisodes des Égrégores chaque weekend, histoire de prolonger le voyage. J’aimerais en écrire quelques uns afin d’en avoir en réserve. Je compte aussi vous partager une nouvelle de fantasy écrite il y a un moment (je ne l’ai pas encore partagée car j’attends une réponse à propos de ce texte), c’est prévu pour mi-juin 🙂

Ensuite, je pense commencer la rédaction de Lighthouse une fois le plan achevé. Je suis assez motivée, les scènes se jouent toutes seules dans ma tête, en général c’est bon signe ! Du coup, je crois que je vais l’attaquer cette semaine, en mode YOLO parce que je suis comme ça.

La chronologie du projet Lighthouse !

 

Pour ce qui est de Clairvoyants, je m’occuperai de sa correction lorsque le premier jet de Lighthouse sera achevé, pour le mois de juillet sans doute (mais c’est difficile de me motiver pour ce texte…). J’ai prévu sa parution pour fin septembre si tout est prêt(et s’il y a bien deux tomes comme je le disais plus haut, ils sortiront soit en même temps, soit à un mois d’intervalle).

Et c’est déjà pas mal !

Et le reste

On m’a plusieurs fois demandé quand je ferai ce fameux billet crash-test de la tablette reMarkable, que j’utilise pour travailler. C’est prévu, il faut juste que je prenne le temps de mettre tout ça en forme ! Je m’en occuperai en juin si j’ai le temps. J’aimerais aussi écrire d’autres billets, plus en rapport avec l’écriture en elle-même (l’amélioration, la bêta-lecture, tout ça), mais ça risque d’être assez long alors je ne sais pas quand m’en charger.

Côté lecture, j’ai lu ce mois-ci le génial Faiseur de rêves de Laini Taylor, ainsi que le non moins très bon Hazelwood de Melissa Albert (et pas grand-chose d’autres, puisque j’ai relu Clairvoyants entre temps et ça prend la place d’un autre roman).

Sur ce, je retourne sur mon plan !

Bilan (4) – avril

La vie est un éternel recommencement, on arrive à la dernière semaine du mois et on se demande où il a filé, le mois en question… J’aime bien cette habitude de faire un petit bilan mensuel, mais j’avoue que ça risque un peu de m’angoisser : le temps passe bien trop vite. Et quand le temps passe vite, quand je me rends compte que les jours ont défilé sans que j’aie pu les arrêter… eh bien ça m’angoisse (oui, bonjour, vous me mettrez 20 séances psy s’il vous plaît).

En avril !

Bref, soyons sérieux un peu. Quoi que j’ai fait en avril ?

J’ai carburé sur Clairvoyants, le tome 3 de TOWN. Le premier jet a été bouclé la première semaine avec 580 000 mots au total et assez d’enthousiasme pour que je ne jette pas tout à la poubelle (vraiment, hein. Ce roman a été très compliqué à écrire). Lorsque je l’ai terminé, je me sentais vidée, complètement à la ramasse, il m’a fallu plusieurs jours avant de me décider à le relire parce que j’avais peur du résultat, et pourtant, lorsque c’était fait, j’étais contente. Contente de moi, de mon travail, de mon histoire (mes dieux, que je kiffe cette fin !), et c’est tellement rare qu’il faut le souligner. Comme quoi, apprendre à lâcher du leste, à écrire pour soi et à être bienveillant·e envers soi-même, ça fait un bien fou.

Au moment où j’écris ces lignes, je suis en plein découpage-collage, histoire de réajuster les trucs qui ne vont pas. Pour la première fois, je m’occupe de cette étape en travaillant sur papier : l’ampleur du travail à faire m’a assommée et j’ai senti que bosser sur ordi faisait comme une barrière. J’ai donc imprimé mon manuscrit pour le barbouiller allègrement de rouge (mais c’est si loooong).

Extrait pas corrigé

 

Entre-temps :

  • Les exemplaires d‘Onirophrénie sont arrivés dans leurs nouvelles maisons (très peu de retour mais je n’ai pas distribué beaucoup de SP et en général, mes lecteur·ices habituel·les ne me font pas trop de commentaires, du coup je n’ai aucune idée de ce que l’on pense de ce livre 8) ), les ventes ne décollent pas, bref, rien d’inhabituel. Ça me gêne un peu moins parce que je garde toujours la possibilité de stopper, et parce que je m’en doutais. Vous pouvez toujours acheter le livre ici.
  • Si vous ne l’avez pas vu, vous pouvez découvrir ma nouvelle Dans le verre en version audio, publiée sur le chouette podcast de Cédric : Coliopod !
  • Deux nouveaux projets sont venus s’ajouter à la Pile des Projets : un roman indépendant (nom de code : Lighthouse, je vous en parle plus bas) et un truc secret en rapport avec Town, dont je ne vous parlerai pas tout de suite.

(suite…)

Bilan (3) – mars

Petit rendez-vous mensuel piqué à Syven.

On ne va pas refaire le sketch, mais je trouve que ce mois de mars a filé à une vitesse de ouf, et j’aimerais bien que le train ralentisse un peu. L’été approche, déjà (éternelle source d’angoisse pour moi, qui déteste la chaleur et les insectes), rendez-moi le froid et l’hiver ! Bref, quoi de neuf depuis février ?

Le boulot de mars

Mon plan est (littéralement) tombé à l’eau

Pas grand chose à dire sur ce mois de mars largement consacré à la rédaction du tome 3 de la série TOWN. Le démarrage a été difficile et j’ai même dû faire machine arrière pour reprendre mon plan de zéro, revoir tout de A à Z parce que ça ne fonctionnait pas comme je le voulais. Pourtant, j’étais prête : mon synopsis était béton, j’avais la niaque, j’avais hâte d’explorer cette partie de TOWN qui tournait en boucle dans ma tête depuis longtemps,  mais… non. Ça n’a pas collé. À force d’anticiper et de fantasmer cette histoire, je me suis rendu compte que ce n’était pas ça que je voulais écrire, et il m’a donc fallu tout reprendre avec un œil neuf, bouleverser l’ordre des scènes et surtout, essayer de me détacher des versions précédentes de ce roman.

Aujourd’hui, la machine est lancée et j’ai atteint les 320 000 signes alors que je n’ai pas encore fini la 2e partie (il y en aura 3) (pour vous faire une idée, Tueurs d’anges et Oracles font chacun 380 000 signes). J’ai dû me faire violence pour écrire ce que je voulais, et non pas écrire selon ce qu’on attend de moi. C’est mon histoire et j’écris ce que je veux, même si ça part sur 20 pages d’introspection ou avec des personnages qui disent des gros mots. Résultat : je suis contente de ce que j’écris et heureuse de me replonger dans cette histoire ; je pense que j’aurai terminé d’ici une semaine (10 jours tout au plus).

Ah, et je peux vous dire déjà que ce tome 3 s’intitulera Clairvoyants (et non plus Passeurs comme c’était prévu). RDV en septembre pour le découvrir !

 

En mars, il y a aussi la publication d’Onirophrénie : une version numérique d’abord, disponible sur Amazon pour le moment, et une version papier (les exemplaires sont arrivés !). J’avais beaucoup d’attente pour ce livre qui est l’un de mes préférés, et celui que j’ai préféré écrire, celui qui a le plus de sens pour moi, et ces attentes sont plutôt déçues pour le moment. En fait, l’édition papier a fait le pire démarrage de tous mes livres (même si la tendance change un peu), et l’édition numérique n’intéresse pour ainsi dire personne, malgré les demandes répétées d’en proposer. Je ne sais pas ce que je dois en conclure, pour tout dire. Mes livres coûtent-ils si cher ? N’y a-t-il personne qui possède une Kindle parmi mes lecteur·ices ? Mes histoires ne vous intéressent peut-être pas ? (mais alors, pourquoi y a-t-il eu autant de participations au concours ?) Ou alors, suis-je à ce point mauvaise ? Je ne cache pas que cette parution, qui était pourtant celle que j’ai eu le plus à cœur de préparer, me déçoit beaucoup et me pousse à me demander si je dois poursuivre. Peut-être qu’en fin de compte, je ne devrais pas m’acharner, et devrais considérer l’idée d’écrire pour moi sans plus aucune publication derrière. Je planifie cette réflexion pour après la parution de Clairvoyants et m’étendrai peut-être un peu plus sur le sujet dans un autre billet.

Onirophrénie sur Amazon Onirophrénie sur ma boutique

 

Et pour le mois d’avril ?

Le principal objectif d’avril sera de terminer la rédaction de Clairvoyants, et de m’occuper de la phase découpage-collage, qui consiste à tailler à la hache dans le texte pour ajuster certains trucs (du genre les personnages qui apparaissent au milieu de nulle part au milieu du roman, sans qu’on sache qui c’est).

Ensuite, histoire de changer de décor, je corrigerai enfin cette nouvelle écrite l’année dernière, une petite suite de Notre-Dame de la mer, qui est en fait un texte un peu expérimental. Il y aura aussi quelques billets sur le blog, ainsi qu’un gros rangement dans les catégories et dans les listes de chroniques de mes livres. Puis le début du plan de Sinteval, la suite d’Elisabeta (rédaction prévue cet été).

Lorsque ce sera fait, j’attaquerai la correction de Clairvoyants, pour terminer avant juin et préparer ensuite la publication (que j’espère en septembre).

 

À bientôt pour de nouvelles aventures !

Bilan (2) – février

Petit rendez-vous mensuel piqué à Syven.

C’est déjà mars, et je ne sais pas pour vous, mais moi j’aimerais bien que le temps ralentisse un peu… Même pas le temps de dire ouf qu’on change déjà de mois. Bref, parce que je sentais bien que février filerait à toute allure, j’ai démarré tôt le brouillon de ce billet, rempli au fur et à mesure histoire de ne rien oublier… Quoi de neuf, alors, depuis janvier ?

Le boulot de février

Ce qui a été réalisé :

  • finir Onirophrénie : ça, c’est fait, c’est bouclé, j’ai eu du mal à m’y mettre car je ne voulais pas retoucher le texte mais en fin de compte, je le trouve plus efficace aujourd’hui. J’espère pouvoir le publier en avril !
  • Envoyer une nouvelle pour le concours Visions du Futur : fait aussi. Le hasard a voulu que l’un des thèmes proposés convenait parfaitement à un texte inédit (de la fantasy, oui oui), du coup je croise les doigts (sans trop y croire quand même). Si cette nouvelle n’est pas retenue, elle sera publiée sur Wattpad !
  • Réécrire La forêt d’Adria : fait aussi. Difficile de se replonger dans un texte aussi vieux… Je me suis aussi rendu compte à quel point ma plume avait évolué, ce n’est pas un mal ! Voilà un exercice intéressant : ressortir un vieux texte (d’au moins 5 ans) et le repasser à la moulinette. Le résultat n’est pas parfait car je n’ai pas voulu le retravailler entièrement mais au moins, il a une nouvelle vie.
  • La petite blagounette, c’est qu’un nouveau projet s’est greffé dans tout ça, un truc un peu barré donc je ne vous parlerai pas du tout (même sous la torture), et que je ne sais pas du tout comment mettre en place. Pour fêter ça, j’ai acheté un nouveau carnet, que j’ai religieusement rempli de mes premières idées.

 

Un nouveau carnet, offert par Marie !

Maintenant que toutes ces petites choses ont été bouclées, le plus grand chantier du début d’année a pu commencé : je dois absolument écrire Passeurs, et si possible finir le premier jet pour mi-mars. Mon projet Scrivener s’est rempli au fur et à mesure, j’y ai reporté toutes les notes de mon Mamie Blue et le synopsis fait 15 pages. D’habitude, je prépare un plan mais je crois que le synopsis suffira ! À l’heure où j’écris mon brouillon, je m’apprête à retravailler ma chronologie. Ne restera plus qu’à fignoler deux-trois détails et c’est parti. J’ai enfin commencé ! Plus de 50 000 signes le premier jour.

(suite…)