Bye 2019, welcome 2020 !

C’est l’heure de se poser pour écrire la tartine de fin d’année habituelle ! Parlons des mois écoulés, ainsi que des objectifs pour l’année qui vient… On y causera livres, histoires, mais aussi création, artisanat et bijoux ! Promis, j’essaierai de faire court. Hum.

> À lire : Le bilan de 2018

Quoi de neuf en 2019 ?

En relisant le billet de l’année dernière, je me rends compte combien je mets la barre haute en terme d’objectifs, et combien je me rétame à chaque fois. Il m’est impossible de tenir mon planning de manière générale ; cette année, en 2019, cela m’a été encore plus difficile car pour une fois les choses ne dépendaient pas uniquement de moi, rapport à la publication du Phare au Corbeau. Cela m’a permis de relativiser : je me suis rendu compte que le temps passait de plus en plus vite et que je ne pourrais pas faire tout ce que je veux si je charge la mule de cette manière. Il s’agit donc d’y aller un peu plus mollo.

 

Auto-édition…

Parmi les objectifs posés l’année dernière, il y en avait un qui n’était pas négociable : je devais absolument écrire et publier Sinteval. C’était la dernière obligation que je me mettais vis-à-vis des lecteurices, afin de terminer la série du Cercle, et c’est presque chose faite ! Le roman, que dis-je, le monstre est écrit et corrigé, et n’attend plus que je le mette en page pour une publication en début d’année.

L’autre projet important était Midnight City. Des montagnes russes tout au long de l’année, j’avoue. Si j’aime le roman en lui-même, j’en garde une sensation d’échec cuisante que seul le succès de sa publication a pu dépasser. Le livre vagabond n’a pas eu le voyage escompté et j’ai beaucoup ragé à cause du manque de fiabilité de certain·es, ce qui a précipité sa parution au format papier. Ce qui a aussi saboté mon enthousiasme quant à la campagne Ulule que je voulais lancer pour vous proposer une belle édition collector. Heureusement, l’enthousiasme des lecteurices, ainsi que les nombreuses précommandes du livre (et de la version collector dont les 10 exemplaires sont partis en 30 secondes) m’ont redonné foi en mon propre bouquin. Sachez d’ailleurs qu’il en reste, et que ma boutique est le seul point de vente où vous le procurer. N’oubliez pas non plus qu’il ne sera pas réimprimé, donc dépêchez-vous si vous le voulez en version papier ! Ensuite, il faudra se rendre sur Wattpad pour le lire.

Quelques illustrations de Xavier Collette 💙

 

J’ai eu aussi l’occasion d’avancer sur 600 jours d’apocalypse, le recueil qui complète Town et qui ne devait pas sortir avant la fin de l’année. J’ai finalement avancé ce bouquin dans mon planning en attendant les corrections éditoriales du Phare au Corbeau, et je ne suis pas mécontente de l’avoir sorti. Le livre termine tout l’arc concernant Town pendant la fin du monde, et avec Sinteval je vais pouvoir tourner la page de mon apocalypse angélique (même si un autre projet se profile, j’en parle un peu plus bas).

Pour finir, j’ai publié tous les textes courts que j’avais en réserve : les égrégores de Victoria St. John et les bijoux de l’Onirographe. J’aimerais bien les continuer, d’ailleurs, si je trouve le temps.

 

… et édition

Enfin, l’autre grosse actu de l’année, avec Midnight City, était la parution du Phare au Corbeau aux éditions Critic ! Ce fut une expérience enrichissante à plusieurs points de vue, sur le travail éditorial, sur les coulisses de l’édition, mais de façon personnelle (j’en ai beaucoup parlé dans ce billet alors je ne me répéterai pas ici). Les retours des lecteurices sur le livre m’ont fait plaisir pour la plupart, ce qui a eu au moins le mérite de me faire dire que, peut-être, mon boulot valait quelque chose.

En fait, si je dois retenir quelque chose de cette première ‘vraie‘ publication à compte d’éditeur, c’est qu’il faut absolument prendre du recul sur son œuvre. J’ai eu la sensation de m’être fait déposséder de mon roman, quelque part : il a été lu par beaucoup plus de gens que d’ordinaire, ce qui a fait qu’il ne m’appartient plus vraiment et ça, c’est tout nouveau pour moi. De plus, certains avis mitigés sur le déroulement de l’histoire (en particulier la fin) ou le développement des personnages (en particulier Agathe) m’ont fait comprendre qu’on ne peut pas plaire à tout le monde et que tout le monde voudra réécrire notre histoire à notre place. Ce n’est pas spécialement agréable et c’est pour cette raison que je ne lis plus les chroniques du Phare depuis un mois ou deux (depuis qu’il est dans les livres sélectionnés du PLIB2020, très exactement) (d’ailleurs j’ai constaté que les avis étaient mitigés quand il s’agissait de lecteurices de young adult).

Mais quoi qu’il en soit, je suis toujours ravie de recevoir des avis positifs des lecteurices, certains m’ont vraiment fait chaud au cœur et c’est tout ce qui compte à mes yeux (ça et le fait de l’avoir vu sur les tables à la FNAC de Rennes l’autre jour).

 

Ce qui n’était pas prévu…

…ou presque, en ce qui concerne Night Travelers. Disons que l’idée d’écrire une suite à Midnight City s’est imposée assez vite. Le roman a été rédigé à l’occasion du NaNoWriMo en novembre dernier, ce qui fait que le premier jet est tout récent. Après la publication du Phare, j’ai voulu poser de nouveau les questions qui m’agitaient un peu, exactement comme pour Midnight City l’année dernière. Et exactement comme pour Midnight City, je ne sais pas si j’ai trouvé les réponses. En tout cas, le roman me plaît pour le moment (même s’il est plus amer que je ne le voulais), surtout qu’il m’a permis de raccrocher ces personnages au Grand Projet. C’était quelque chose qui me tenait à cœur : si Samuel est l’un de mes trois avatars (avec Oxyde et Lili), je devais absolument lui donner un rôle plus important dans le Grand Projet. Objectif atteint !

J’ai aussi entamé un projet un peu fifou en rapport avec l’univers de la Cité de Minuit : les contes du démiurge. Il s’agit d’énigmes et d’histoires racontées sous la forme d’objets physiques (lettres, documents, etc, le tout fabriqué à la main). La toute première, Un voyage sur l’Atlas, a été concrétisée cette année et a, semble-t-il, beaucoup plu à celles et ceux qui s’y sont essayés. J’espère pouvoir continuer à développer le concept l’année prochaine.

 

… et les ratés

Un certain nombre de projets décidés l’année dernière à la même date ont été abandonnés ou repoussés, comme c’est le cas tous les ans. Dans la liste, il y avait : Les Larmes d’Aquarius (parce qu’il est possible que je ne l’écrive jamais), Clavis (la même), Flying Lesson (la même, mais ça c’était couru d’avance), et La Boîte Noire. Ce dernier projet n’est pas abandonné (loin de là, puisqu’il est question d’Oxyde et c’est impossible d’oublier Oxyde) mais d’autres romans doivent passer avant.

 

Et le reste

Je ne changerai pas grand chose de ce que j’ai dit l’année dernière sur le ressenti 2018 : l’année 2019 a été assez merdique. J’ai eu du mal à retrouver ma confiance en moi, qui s’était quasiment envolée à la rentrée scolaire, après la publication du Phare ; j’ai remis en question mon travail, j’ai passé mon temps à regretter mon choix d’autopublier mes histoires, j’étais même pas loin de me dire que je devrais réécrire tous mes romans pour les rendre indépendants et enterrer le Grand Projet. Puis, il y a un mois, je me suis rendu compte que c’était mon envie d’écrire qui était en danger, ce qui jusqu’ici n’était jamais arrivé.

Pourtant, en même temps, le Grand Projet se construit peu à peu, j’accumule les carnets pour chaque projet en y notant des informations importantes sur ce qui va se passer ensuite, je meurs d’impatience de me lancer dans mes futurs romans, je couine de joie quand je lis les avis sur Midnight City, ce qui est la preuve que la flamme n’est pas encore éteinte. Mais elle est fragile. C’est pour cette raison que j’ai décidé de ne plus en faire mon activité principale, justement pour la préserver.

 

Et sinon

  • Je pense avoir ajouté une dizaine de carnets à ma collection (tous ne sont pas encore utilisés, mais ça viendra).
  • J’ai absolument kiffé la deuxième saison de Dark et je sautille d’impatience de découvrir la troisième.
  • Le Cirque des Rêves a été détrôné de sa place de roman préféré numéro 1 dans mon petit cœur par The Starless Sea, de la même autrice. Il me tarde de lire la version française.
  • J’ai enfin créé cette fameuse rubrique encyclopédique sur mon site, ce qui vous permet de creuser un peu le Grand Projet. Malheureusement, tout n’y est pas encore et je risque d’avoir peu de temps pour ça, mais allez voir quand même.
  • J’ai acheté une jupe et une robe cette année. C’est un exploit (je n’en portais jamais avant). J’ai aussi décidé de ne plus me colorer les cheveux avec des produits chimiques et (d’essayer) d’assumer mes cheveux blancs. Jusqu’ici tout va bien.

 

Quelques articles du blog

 

Mes textes courts favoris

En 2020

Une nouvelle boutique !

La boutique-qui-n’a-pas-de-nom  (enfin, pas de nom définitif, je cherche encore) sera mon gros gros projet de cette année. Il s’agira d’une boutique en ligne proposant bijoux, objets de décoration et papeterie, le tout dans l’univers de la Cité de Minuit. Du bleu, du noir, du doré, de l’argenté, des lunes et des étoiles ! Je n’ai pas voulu me cantonner à créer uniquement des bijoux car je sais que ça me limite trop, c’est pour cela que cette boutique tournera autour d’un même thème et non pas d’un seul type de produits.

Les bijoux seront différents de ce que j’ai fait jusqu’ici (sauf exceptions, il n’y aura pas de wire wrapping), avec plusieurs collections que j’espère fortes et évocatrices, et liées à des histoires (toujours). De même pour les objets de décoration, même s’ils mettront sans doute un peu de temps avant d’être proposés à la vente : je dois me former à un artisanat que je ne connais pas du tout et qui m’apparaît terriblement intimidant pour le moment (et je n’en dis pas plus parce que ça suffit qu’on me chourave mes idées). Pour la papeterie , ce sera grosso modo les goodies que je voulais proposer pour la campagne Ulule de Midnight City : carnets, cartes, stickers, mais aussi pin’s et d’autres trucs. Il y aura aussi le retour des énigmes (comme Un voyage sur l’Atlas).

Je ne compte pas me lancer tout de suite : il faudra du temps pour apprendre les différentes techniques, tout mettre en place, constituer un stock. Ce qui signifie que la boutique ouvrira cet été et pas avant (au plus tard à la rentrée). Pour l’heure, voici quand même un petit aperçu de ce que j’ai bricolé ces derniers jours : des bijoux réalisés selon un art particulier d’un peuple de la Cité de Minuit (mais pas les Nocturnes). Si vous avez lu Midnight City, qui fabrique ça, à votre avis ?

 

 

D’autres livres

Il ne sera pas question d’abandonner l’écriture. Elle devra juste trouver sa place, en fonction de la boutique et de mon planning. C’est bien là toute la difficulté du truc, et c’est pour ça que je me limite à deux ou trois projets en 2020.

 

Les publications

  • Sinteval : 1er trimestre 2020 (j’espère en février). Les deux tomes sortiront simultanément et seront disponibles à la demande, comme mes autres livres : sur Lulu, Amazon, ou à commander chez votre libraire.
  • Night Travelers : fin 2e trimestre 2020 (j’espère en juin). Ce roman sortira de la même façon que Midnight City, c’est-à-dire avec une édition collector et une édition classique limitée.

 

Les projets

  • Érèbe : enfin, la version longue d’Il neige sur Érèbe sera écrite. Sauf gros changement, ce sera mon objectif numéro 1 de cette année. J’aimerais l’écrire pendant l’été, en fonction de comment je me serai débrouillée pour l’ouverture de la boutique et la parution de Night Travelers.
  • Errances d’un marcheur de rêves : ce projet s’est imposé récemment et s’est confirmé pendant la rédaction de Night Travelers. Il racontera l’histoire de Saul St. John, que vous avez vaguement aperçu dans un texte court publié sur le blog (Reanimation). J’aimerais que ce soit un fix-up et non pas un roman classique. Si vous avez lu Des Sorciers et des Hommes de Super Thomas Geha, ce sera écrit de la même manière, sous la forme de nouvelles qui racontent une même histoire. Ainsi, j’essaierai de l’écrire au fur et à mesure de l’année, nouvelle par nouvelle et non pas comme un marathon d’un mois. J’espère que ça marchera.
  • Mamatila (nom de code) : Un projet bonus si j’ai le temps ! Il s’agit du truc post-apo angélique dont je parlais un peu plus haut, quelque chose que je voulais écrire plus tard mais qui s’intercale dans mon planning parce que j’ai eu le malheur de le promettre à quelqu’un. Ce roman sera militant, féministe et énervé, il nécessitera beaucoup de recherches et j’ai déjà un synopsis. J’espère pour une fois ne pas en faire un monstre d’un million de signes.
  • J’espère aussi qu’on pourra trouver un peu de temps pour écrire cette fameuse nouvelle à quatre mains avec ma coupine Sophie !

 

Les publications à venir après Sinteval et Night Travelers se feront de manière différente d’aujourd’hui : les livres seront comme toujours imprimés à la demande chez Lulu, mais ils ne seront plus disponibles dans ma boutique. Il vous faudra les commander sur d’autres points de vente. Même chose pour les titres déjà parus, dont je vais laisser s’écouler les stocks petit à petit. De plus, tous mes romans seront à terme publiés sur Wattpad, une fois parus au format papier.

Les carnets des nouveaux projets.

 

Sur l’organisation, ça risque d’être sport : je dois réussir à organiser tout ça de manière différente que je l’ai fait jusqu’ici. Il me faudra travailler en fonction du mois : un mois de création de stock pour la boutique / un mois de planification pour la mise en vente de ce stock (photos + promo + programmation), avec en parallèle la préparation d’un roman (fiches perso, plan) / un mois d’écriture ou de correction. Je n’ai jamais travaillé de cette façon, en vrai : jusqu’ici, je réalisais quelque chose que je mettais en vente tout de suite. Maintenant, je dois penser sur le long terme. Et ce ne sera pas de la tarte, surtout si je n’arrive pas à garder le moindre outil d’organisation (j’ai abandonné bullet journal, applis et agenda les uns après les autres au bout de deux mois d’utilisation). Vous sentez comment ça va être chaud ?

J’aimerais aussi prendre le temps de commenter sur les réseaux sociaux et sur les blogs. Je l’avais déjà dit l’année dernière et je n’ai pas du tout tenu cette résolution, alors on va essayer de faire mieux en 2020 (du coup, si je ne réagis pas à vos publications, ce n’est pas par snobisme ou dédain, c’est juste que je n’ai jamais le temps T_T).

 

Enfin, la fin de la tartine

Je passe pour une fois sur le personnel : tout ce que je veux cette année, c’est continuer tranquillou à faire nos trucs, avec mon chéri et mon chachat, qu’on avance sur nos projets persos et qu’on continue à vivre heureux tous les trois 💙

Bref, voilà pour cette tartine de fin d’année ! Je reviens vite pour vous parler des trucs sur le feu, entre Sinteval et les premiers bijoux de la boutique, la couverture de Night Travelers, tout ça tout ça.

Passez un bon réveillon, et plein de bonnes choses pour 2020 💙

Étiquettes:

1 commentaire pour “Bye 2019, welcome 2020 !”

  1. Un bilan dense sur l année écoulée et celle à venir ,plein de bonnes ondes pour la nouvelle année qui se profile et se concentrer sur ton essentiel me paraît le meilleur des chemins à la lueur de la Lune et des étoiles qui te guident ^^
    Merci pour tous ces beaux moments (livres), nouvelles rencontres (et clin d oeil )de personnages !

Les commentaires sont fermés.