• Pas de produit dans le panier
Onirography

Writer’s month (4) – avril

La vie est un éternel recommencement, on arrive à la dernière semaine du mois et on se demande où il a filé, le mois en question… J’aime bien cette habitude de faire un petit bilan mensuel, mais j’avoue que ça risque un peu de m’angoisser : le temps passe bien trop vite. Et quand le temps passe vite, quand je me rends compte que les jours ont défilé sans que j’aie pu les arrêter… eh bien ça m’angoisse (oui, bonjour, vous me mettrez 20 séances psy s’il vous plaît).

En avril !

Bref, soyons sérieux un peu. Quoi que j’ai fait en avril ?

J’ai carburé sur Clairvoyants, le tome 3 de TOWN. Le premier jet a été bouclé la première semaine avec 580 000 mots au total et assez d’enthousiasme pour que je ne jette pas tout à la poubelle (vraiment, hein. Ce roman a été très compliqué à écrire). Lorsque je l’ai terminé, je me sentais vidée, complètement à la ramasse, il m’a fallu plusieurs jours avant de me décider à le relire parce que j’avais peur du résultat, et pourtant, lorsque c’était fait, j’étais contente. Contente de moi, de mon travail, de mon histoire (mes dieux, que je kiffe cette fin !), et c’est tellement rare qu’il faut le souligner. Comme quoi, apprendre à lâcher du leste, à écrire pour soi et à être bienveillant·e envers soi-même, ça fait un bien fou.

Au moment où j’écris ces lignes, je suis en plein découpage-collage, histoire de réajuster les trucs qui ne vont pas. Pour la première fois, je m’occupe de cette étape en travaillant sur papier : l’ampleur du travail à faire m’a assommée et j’ai senti que bosser sur ordi faisait comme une barrière. J’ai donc imprimé mon manuscrit pour le barbouiller allègrement de rouge (mais c’est si loooong).

Extrait pas corrigé

 

Entre-temps :

  • Les exemplaires d‘Onirophrénie sont arrivés dans leurs nouvelles maisons (très peu de retour mais je n’ai pas distribué beaucoup de SP et en général, mes lecteur·ices habituel·les ne me font pas trop de commentaires, du coup je n’ai aucune idée de ce que l’on pense de ce livre 8) ), les ventes ne décollent pas, bref, rien d’inhabituel. Ça me gêne un peu moins parce que je garde toujours la possibilité de stopper, et parce que je m’en doutais. Vous pouvez toujours acheter le livre ici.
  • Si vous ne l’avez pas vu, vous pouvez découvrir ma nouvelle Dans le verre en version audio, publiée sur le chouette podcast de Cédric : Coliopod !
  • Deux nouveaux projets sont venus s’ajouter à la Pile des Projets : un roman indépendant (nom de code : Lighthouse, je vous en parle plus bas) et un truc secret en rapport avec Town, dont je ne vous parlerai pas tout de suite.

Quelques billets :

Les loupés :

  • Le mois dernier, j’espérais me plonger dans la correction d’une nouvelle, la suite de Notre-Dame de la mer, surtout que la période s’y prête (j’ai écrit cette nouvelle après le décès de ma grand-mère et ça fait un an presque jour pour jour que c’est arrivé). Mais je n’ai pas eu le temps.
  • Je devais aussi commencer le plan de Sinteval, la suite d’Elisabeta, pour faire une pause sur le travail de Clairvoyants. Ceci est repoussé à plus tard.

Et en mai ?

Trois chantiers importants sont prévus :

1 – Terminer la partie découpage-collage de Clairvoyants pour l’envoyer au plus vite à Tata Sophie (qui lit mes romans avant même qu’ils soient corrigés, louons son dévouement). Je devrais avoir terminé en début de semaine prochaine.

2 – Commencer un semblant de plan pour le projet Lighthouse, dont je vais vous parler là maintenant tout de suite : qu’est-ce que c’est que ce truc ? Pour tout vous dire, lors de mon récent coup de mou livresque (#Caliméro), j’avais décidé de m’accorder une dernière chance et de tenter quelque chose que je n’avais jamais vraiment fait, à savoir envoyer un roman à une maison d’édition (much folie, vous voyez). L’idée derrière ça, c’était de me dire que je pourrais m’accorder une chance en investissant un peu de temps et en décalant les projets suivants. Il me fallait donc imaginer une histoire qui serait indépendante de mon Grand Projet (mais dans le même univers), ce que j’ai fait ces dernières semaines en piochant dans ma liste d’idées de trucs à raconter. Et puis là, miracle : une idée de génie m’est tombée dessus (enfin il s’agit en fait de la convergence de plusieurs idées, couplées à un concept fort de mon Grand Projet, ce qui signifie que j’ai travaillé pour avoir cette idée de génie). Une fois le premier jet de Clairvoyants terminé, j’ai passé trois ou quatre jours  à noircir des pages de carnet pour développer cette idée, des personnages et des lieux, ce qui a donné un début de projet que je trouvais prometteur (et suffisamment enthousiasmant pour que je décide de l’écrire). Ça ne m’est arrivé qu’une seule fois, ce genre d’emballement, et c’était pour Il neige sur Érèbe.

Entre-temps, les choses ont fait que le projet s’est retrouvé entre les mains d’un éditeur (que je connais depuis longtemps) et qu’il serait possiblement possible qu’on le bosse ensemble (mais sans aucune garantie, ne vous excitez pas). Bref, quoi qu’il arrive, j’attaque le plan de ce truc dès que j’ai terminé le découpage-collage de Clairvoyants.

Ce projet serait du fantastique, qui se passe dans un village fictif de Bretagne, avec des exorcistes, des fantômes et un phare maudit près de la mer. C’est indépendant de ma Grande Histoire, mais l’on verra quand même des éléments en commun (des personnages, des concepts, et Esoteric Net, qui apparaît dans Oracles).

3 – Retour sur Clairvoyants ensuite, avec la correction, la vraie, qui risque de s’étaler sur juin.

 

Ensuite, le planning de l’été risque de ressembler à ça :

  • fin de la correction de Clairvoyants + envoi aux relectrices
  • rédaction de l’autre projet lié à Town + corrections
  • rédaction de Lighthouse (pour le Camp NaNo de juillet)

La publication de Clairvoyants + du projet-lié-à-Town est prévue pour fin septembre.

Et Sinteval ? me demanderont certain·es, les larmes aux yeux. La rédaction est prévue pour la fin de l’année, lorsque Lighthouse sera écrit et corrigé, et la publication l’année prochaine. Mais ce n’est pas encore sûr.

Bonus !

Quelques petits trucs biens qui se sont passés en avril :

  • J’ai reçu BEATS, le dernier livre de ma copine Yuna, hommage à la musique et à Chester Bennington, et je ne peux que vous conseiller de le lire !
  • J’ai aussi reçu Sous la Cendre, le dernier livre de ma copine Sophie, la suite de la nouvelle Sur le Bitume, et je ne peux que vous conseiller AUSSI de le lire !
  • Nous sommes les heureux propriétaires d’une magnifique horloge d’Eric Freitas, qui réalise de véritables œuvres d’art.
  • Comme je kiffe les vernis à ongles, je m’amuse à les partager sur mon Twitter avec le modièze #OniroPolish. Les photos ne sont pas terribles mais je m’entraîne.
  • Depuis quelque temps, je cherche sur Ebay les poupées que j’ai eu (ou que je voulais) quand j’étais petite. J’ai reçu celle qui me faisait rêver, la Cherry Merry Muffin Apple Amy (et elle est trognonne).
  • La liseuse reMarkable me faisait baver depuis un moment, j’ai hâte de la tester (bientôt, lorsque je relirai Clairvoyants).
  • Ce chat.

 

Et la Lilith du mois.

 

À bientôt !

 

6 mai 2018

3 commentaires

  1. Tata Sophie

    28 avril 2018

    Hiiiii merci beaucoup pour cette jolie mise en avant !
    J’ai très très hâte de lire Clairvoyants #TeamChester et d’avoir tous les détails sur ce fameux Lighthouse 😀
    Un mois d’avril bien rempli, en tout cas, bon courage pour la relecture/correction de ce tome 3 de la mort !

  2. Rozenn

    28 avril 2018

    Mais de rieeeeen ! <3
    Clairvoyants va vite arriver, je suis à la fin de ma séquence découpage-collage ! (heeeeey, mais t'as pas un mail à répondre, toi ? :D)
    Merciiiiiiiiiiiii !

  3. Tata Sophie

    30 avril 2018

    Elle arrive la réponse, elle arrive 😀

Laissez votre commentaire