• Pas de produit dans le panier
Onirography

Un portrait d’Oxyde

Histoire d’en garder une trace ici aussi : voici Oxyde, mon héros à moi, peint par mon chéri Xavier Collette !

 

J’ai déjà dessiné ce personnage (ici), mais il faut dire que je suis bien moins douée et que j’étais très loin de l’image que je m’en faisais. Surtout que trouver une personnalité qui lui ressemble, pour s’en servir de modèle, n’était pas facile. J’ai eu l’illumination en regardant la saison 2 de la série Sense8, avec l’acteur Lwanda Jawar qui correspondait plutôt pas mal. Manquait plus qu’une illustration… et c’est chose faite !

(Lwanda Jawar n’est pas totalement accurate à mon sens, puisqu’il est kényan, alors qu’Oxyde est franco-béninois. Disons que vous avez une idée de la gueule de mon lascar)

Je sais que je vous parle souvent d’Oxyde, mais très bientôt, vous pourrez faire sa connaissance dans mon roman Oracles, le tome 2 de la série TOWN, qui sortira en février prochain (on l’évoque un peu dans Tueurs d’anges, mais vraiment pas beaucoup). Il apparaît aussi dans mes nouvelles Souvenirs d’encre, Dialogue avec les ombres et La Boîte Noire qui sont, elles déjà disponibles à la lecture !

J’espère en tout cas qu’il vous plaira autant qu’il me plaît à moi ❤

2 novembre 2017

6 commentaires

  1. C. Kean

    22 novembre 2017

    C’est très certainement prévu au programme depuis ton article sur la genèse de Tueur d’anges et d’Elias, mais comme il n’y a pas longtemps tu te proposais de répondre à certaines questions, j’aimerais assez en apprendre plus sur ta rencontre avec Oxyde qui semble un personnage éminemment central pour toi. Puis de façon plus générale, comment décrirais tu la relation que tu entretiens avec tes personnages ? Est-ce eux ou est-ce l’histoire qui accrochent ton écriture ? (ouais ouais, je poste pas mes questions au bon endroit, rebelle indisciplinée que je suis ~)

  2. Rozenn

    23 novembre 2017

    Oui, je compte faire un article sur la genèse d’Oracles, je voulais juste attendre que le livre soit paru 🙂 Mais je note quand même pour ces questions, ce sera l’occasion d’aborder un peu le sujet. Je ferai cet article d’ici pas longtemps, ce weekend sans doute ! (j’ai traîné parce que je n’ai reçu que très peu de questions pour le moment, donc si tu as d’autres interrogations… je prends ! Et peu importe l’endroit, en fin de compte, tant que je peux les voir ! :p)

  3. C. Kean

    23 novembre 2017

    J’ai toujours plein de questions :p (trop dirait certains). Elles ne seront sans doute pas très précise vis à vis de tes œuvres, car si je prévois de lire Tueur d’ange et Notre Dame de la mer sous peu, pour le moment je ne connais de ta plume que quelques passages que j’ai pu lire sur Wattpad (je lis très peu sur écran, je préfère le bon vieux format papier ~) Donc mes interrogations portent davantage sur ta conception de l’écriture en elle-même.

    Que ressens-tu lorsque tu achèves un roman ? Quelle impression cela te laisse-t-il ? Les réponses au cas par cas sont acceptées !
    J’ai cru comprendre que tu avais été illustratrice avant d’être autrice, comment considères tu la possible ou non communication de ses deux média aujourd’hui ?
    As-tu remarqué des thématiques particulières qui reviennent régulièrement dans tes écrits, volontairement ou non ?
    Je me demande aussi quelle est ta relation à ton lectorat, d’une part, et comment l’existence de ce lectorat peut ou non influencer ou s’inviter dans ton esprit et tes considérations dans l’écriture. D’autre part, je réfléchis beaucoup sur la question du Lecteur en ce moment, en tant qu’instance ou d’adresse spécifique. Stephen King disait qu’on écrit tous pour une personne particulière, qu’elle soit réelle ou non, écrire c’est s’adresser à quelqu’un (parfois soi-même, ou une part de soi). Est-ce que tu sais qui serait ton Lecteur si on suit cette idée ?
    Pour finir, je me demande d’où te viens ton nom de plume ?

  4. Rozenn

    24 novembre 2017

    Ah, en voilà des questions intéressantes;, je me ferai un plaisir d’y répondre ! (il faut vraiment que je m’y mette). Juste une petite remarque, je me permettrai peut-être d’en reformuler certaines, si ça ne te dérange pas. Pour le nom de plume, tu veux dire mon nom à moi, Rozenn Illiano ? Parce que je m’appelle vraiment comme ça 😉

  5. C. Kean

    24 novembre 2017

    Bien sûr, tu reformules à ta convenance 🙂
    Ah ! D’accord, c’est ton nom, tout simplement ! Je ne connaissais pas du tout le prénom Rozenn ~

  6. Rozenn

    25 novembre 2017

    C’est super, je m’occuperai de ça sans doute la semaine prochaine, lorsque j’aurai terminé le texte qui est actuellement sur le feu.
    Et oui, c’est mon prénom 🙂 C’est breton (et ça fait un contraste intéressant avec mon nom qui est, lui, italo-espano-pied-noir) (souvent les gens sont perdus !)

Laissez votre commentaire