Parcourir la catégorie

Oxyde Jewelry

,

Bilan & planning

7 mai 2017

J’avais prévu d’écrire ce billet plus tôt mais les circonstances ont fait que je n’en ai pas eu l’occasion : ma grand-mère est décédée la semaine dernière (celle de Notre-Dame de la mer) et les derniers jours ont donc été agités. Maintenant que je suis rentrée, the show must go on ! (c’est ce qu’elle aurait dit).

Le bilan du Camp NaNoWriMo d’avril

J’avais beaucoup de petites choses à faire pour ce Camp NaNo, comme retravailler le texte du Chat qui mangeait les étoiles (la suite du Chat qui avait peur des ombres), terminer le recueil 18.01.16 avec la nouvelle Les Archivistes, rédiger un synopsis pour Elisabeta, mais tout avait déjà été fait avant le mois d’avril. Comme dit dans un précédent billet, le NaNo et les Camps NaNo ne me sont pas indispensables pour écrire, ce qui fait que j’avais beaucoup avancé dans mon planning. J’ai profité, alors, de ce temps pour retravailler Passeurs (TOWN t.3), avec un objectif initial de 5000 mots parce que 1), je ne sais pas chiffrer mes objectifs et 2), je ne pensais pas avoir beaucoup de boulot dessus. Finalement, j’ai écrit 37 841 mots, et j’ai même pu enchaîner sur la correction du texte. Passeurs est à présent terminé, je dois juste le relire pour la forme.

Ma copine de cabine, Sophie, a écrit 10 928 mots, ce qui fait que nous avons explosé nos statistiques (et ça fait du bien au moral).

La suite des événements

J’avais prévu d’enchaîner directement sur Clairvoyants (TOWN t.4), mais comme je dois revoir l’histoire dans son entier, je vais me réserver ça pour le Camp NaNo de juillet. Du coup, je change mon planning en fonction et prévois donc les petits trucs suivants : 

Lire la suite

C’est la fin d’Oxyde Jewelry

26 avril 2017

Et on ne peut pas dire qu’on ne s’y attendait pas, vu le silence complet pendant un mois… J’ai essayé, pourtant, mais beaucoup de choses ont fait que j’ai perdu la motivation. Du coup, voilà : Oxyde Jewelry va fermer.

Comment ?…

Concrètement, je vais organiser une vente privée (sur Facebook ? J’avoue que je ne sais pas trop comment organiser ça) pour écouler au maximum le stock de bijoux restant ainsi que le matériel qu’il me reste (il y a encore beaucoup de choses que je n’ai pas trié depuis Unseelie, en plus). Les prix y seront très avantageux (genre plus de 50%), et ce qui restera sera remis sur Etsy à prix réduit (30-40%). Tout ceci sera organisé quand j’aurai terminé la correction de Passeurs, mon projet du Camp NaNo, donc d’ici deux semaines grand max. Bien entendu, je communiquerai sur le sujet pour que tout le monde soit au courant ! Si vous le souhaitez, vous pouvez déjà commander les bijoux qui vous intéressent : cela contribuera à ce que je ne perde pas trop de sous lors de la fermeture. Si vous préférez attendre et bénéficier des prix réduits, il n’y a pas de problème, cette liquidation est faite pour ça !

… et pourquoi ?

Comme dit plus haut, la première raison est le manque de motivation. Difficile de mener deux activités différentes, en particulier quand l’une d’elles, l’écriture, prend toute la place. J’avais abordé Oxyde Jewelry comme une petite parenthèse entre deux romans, mais c’est quand même compliqué à tenir. L’aspect créatif, pas de soucis (je m’étais éclatée à concevoir et fabriquer les deux collections), mais alors l’aspect commercial et publicitaire… Il n’y a rien de plus gonflant. Unseelie fonctionnait différemment puisque les bijoux étaient uniques, il y avait des nouveautés très régulièrement mais ici, avec deux collections par an, c’est autre chose. Tenir six mois sur les réseaux sociaux avec une seule collection est une plaie, surtout que ce n’est pas mon métier.

Ensuite, il y avait l’hyperactivité créative que je devais combler. Hyperactivité qui s’expliquait, pour résumer, par un chamboulement hormonal qui a affecté beaucoup de choses, physiques bien entendu, mais aussi et surtout mentales. Une humeur assez instable, beaucoup de découragement, de déprime, suivi de pics d’hyperactivité qu’il fallait calmer. Je devais créer créer créer, et la boutique servait à ça. Maintenant que j’ai à peu près canalisé ce chamboulement, la création de bijoux devient inutile. Je peux gérer sans, je peux écrire sans avoir à décompresser ensuite, à devoir défragmenter mon disque dur interne parce qu’il déborde d’infos dans tous les sens. Ecrire est narcissique et, personnellement, ressemble un peu à une auto-blessure ; ça fait mal d’écrire, il faut aller chercher ce qui est enfoui tout au fond et souvent, ça n’a rien de plaisant. En tout cas, ça marche comme ça chez moi, et si je ne voulais pas sombrer, il me fallait faire autre chose, quelque chose de créatif mais pas prise de tête.

Et qui soit utile, aussi. Pas seulement à moi, mais à la société. Connerie (macroniste). Car il y a cette autre raison, qui parle de légitimité, de place dans la société, d’utilité, de travail… J’ai voulu simplement (me) faire croire qu’en tenant une boutique de bijoux, j’avais un ‘vrai’ travail. Il m’a fallu longtemps pour me dire que je pouvais simplement me dire écrivaine, parce que c’est bien ça que je suis. A un moment, faut arrêter ces conneries et assumer. Donc merde. J’écris et je publie moi-même mes textes, ça devrait suffire.

Pour finir, il reste les rêves que j’avais pour cette boutique. Si vous avez un peu suivi, chaque bijou, chaque concept était en lien avec mon propre univers littéraire, en particulier le roman Oracles, que vous ne connaissez pas encore. Et c’est bien ça le problème : vous ne le connaissez pas. Je devais publier ce texte, ainsi que la série (Town) dans laquelle il s’insère, en même temps que l’ouverture de la boutique. Les collections auraient dû sortir en même temps que ces livres, car les bijoux et les textes devaient se répondre mutuellement. Pour plein de raisons, je n’ai pas pu sortir ces livres, ce qui fait que la boutique n’a plus le même sens qu’au départ. Et maintenant, ce n’est pas rattrapable, je ne peux pas tenter de raccrocher les wagons. C’est trop tard. Bien entendu, Town sortira, mais comme toujours… Je ne sais pas quand.

Bref, voilà, tout comme Unseelie, je ferme cette boutique sans que ce soit un déchirement. Je suis déçue parce que je n’ai pas pu faire tout ce que je voulais mais aujourd’hui, Oxyde Jewelry est un poids que je ne veux plus porter. J’en ai marre de traîner des boulets. Je veux maintenant me consacrer à ce que je sais faire de mieux, parce que j’ai la possibilité de le faire et qu’il serait parfaitement idiot de ne pas en profiter. Oxyde ne meurt pas – Oxyde ne mourra jamais, d’ailleurs. C’est mon sorcier, mon clairvoyant, c’est mon meilleur ami imaginaire, il vivra ailleurs que dans cette boutique, il vivra dans mes mots et dans mes rêves (je ne suis pas l’Onirographe pour rien, non mais). Les bijoux existent, ce sont des petits trésors faits-main qui devraient durer très longtemps, et ils forment cette toile magique et tentaculaire à travers le monde, comme je le voulais. Ce sont les bijoux de Francesca, ceux qu’elles fabriquent en y incrustant des sortilèges pour porter bonheur, pour donner courage, joie, paix à celles et ceux qui le lui demandaient, et un mot de pouvoir dedans à la recherche des anges. En acquérant ces bijoux, vous avez contribué à rendre réelle la toile de la Magicienne. Elle existe un peu dans le vrai monde, et pas seulement dans ma tête, en attendant que vous la découvriez dans mes livres.

Restez dans le coin pour la suite, j’annoncerai très vite les dates pour les différentes mises en vente. Et merci beaucoup, encore une fois, de m’avoir accompagnée dans cette aventure, même si elle n’a pas duré longtemps :)

, ,

Ana (& des news)

24 janvier 2017

Comme j’ai fini un chantier en cours, je me suis accordée une petite pause illustrative avec un personnage que je veux peindre depuis longtemps : j’ai nommé Ana, l’héroïne de Tueurs d’anges. Elle est inspirée par la jolie Astrid Bergès-Frisbey (et ses tresses ont été une galère sans nom).

Clic pour voir en plus grand !

Cette illustration forme un diptyque avec celle d’Élias qui a été réalisée… euh… je ne sais plus. Peut-être il y a trois ans (je me rends compte que trois ans d’écart entre deux illus, c’est énorme en terme de maîtrise et de style). Manque plus que Chester (déjà peint par mon chéri), et j’aurai fait moi-même mes trois tueurs d’anges préférés.

Djimon Hounsou, Astrid Bergès-Frisbey & Chester Bennington, bref, du beau monde.

 

Pour rester dans le thème, en ce moment je retravaille justement ces textes (à savoir la trilogie Town), après avoir mis Elisabeta de côté. Ce n’était pas prévu mais j’ai voulu revoir la fin d’Oracles, ce qui entraîne un remaniement de Passeurs. Oracles étant bouclé, je vais m’attaquer au chantier Passeurs dans les prochains jours et étoffer le texte, développer les ellipses que j’ai honteusement laissées (par paresse, parce que je ne voulais pas écrire certaines scènes), et retrouver certains personnages mis de côté (et en supprimer d’autres, par contre. Ou pas. Suis pas décidée). De nouveaux liens se font entre les personnages, et entre mes romans en eux-mêmes, un peu comme une toile gigantesque dont je découvre les pans petit à petit. C’est grisant et flippant à la fois (« Comment ça, Oxyde se balade dans la forêt d’Adria ???« ).

Lire la suite

,

Quelques news (dédicace, chroniques & bijoux)

9 décembre 2016

Voici quelques petites news livresques mais pas que !

Des chroniques

Parce que ça fait toujours plaisir, Notre-Dame de la mer a été chroniqué par Xian Moriarty, Acro, Marie et Tiphs. Merci beaucoup à vous ! ❤

Sachez que j’en ai reçu un carton entier (des ND de la mer), ils n’attendent que vous pour être lus ! –> Par ici.

15400499_724738751016077_8074390510798199514_n-1Des dédicaces

Une dédicace, pour le coup, et pas des moindres : la librairie Critic et le bar L’Heure du jeu organisent un mini-salon du livre de Noël à Rennes ! Retrouvez 10 auteurs rennais à L’Heure du jeu le mercredi 14 décembre, à l’occasion des Mercredis de l’Imaginaire Rennais. Vous pouvez retrouver toutes les informations par ici.

Pour ma part, je serai présente avec mes livres Fêlures, Notre-Dame de la mer, Le Chat qui avait peur des ombres, et peut-être Abyss the Universe et l’anthologie Routes de Légendes (sous réserve).

Des bijoux

Exceptionnellement, trois bijoux en wire-wrapping seront vendus ce soir sur la page Facebook d’Oxyde Jewelry. Le but est de vider le matériel qu’il me reste et que je ne souhaite pas vendre en l’état, donc de nouveaux bijoux de ce genre seront sûrement réalisés courant 2017, et vendus dans une boutique Etsy. Je raconte tout ça ici. Les trois bijoux, eux, seront mis en vente ce soir à 19h sur Facebook. Retrouvez les modalités ici.

vente

Et le reste

Je poursuis ma réécriture d‘Elisabeta, qui vient de dépasser les 100 000 mots. C’est assez dingue pour être souligné car mes romans sont souvent très courts (je peine à dépasser les 400 000 signes d’ordinaire, ici on en est rendu à 576 000). Et ce n’est pas terminé, puisque je table pour un bébé final qui pèsera dans les 700 ou 800 000. Je ne sais pas trop quoi penser de cette réécriture, pour le moment ; impossible de savoir si ça tient la route, si j’ai réussi à surmonter les grosses lacunes du premier jet, etc. J’aurais tendance à penser qu’en se complexifiant, il y gagne beaucoup : l’intrigue et les enjeux ont beaucoup évolué, l’ajout de deux nouvelles narratrices en plus de la première (dont l’une occasionnelle) est bien plus judicieux, et surtout le contexte s’est beaucoup enrichi. Je me balade beaucoup en Italie (Florence lors du Quatrocento, Naples et Positano aujourd’hui (que je ne connais qu’en photo mais que je veux absolument voir de mes propres yeux. D’ailleurs, malgré ce que mon nom de famille peut faire penser, je ne connais pas du tout l’Italie qui est, pourtant, mon pays de cœur)), j’invente une société entière et m’éclate à y ajouter l’Eglise et le Vatican. Bref, pour le moment c’est un brouillon merdique pas fini, mais je me dis que le résultat final peut être sympa. A suivre !

A bientôt pour le bilan de l’année !

,

Ça faisait longtemps

20 novembre 2016

Le dernier billet sur ce blog plein de toiles d’araignée et de poussière date d’il y a plus d’un mois. Entre temps, un roman a été corrigé (et alpha-lu), une boutique de bijoux a été ouverte, un président américain a été élu, et, euh, voilà.

Bon, en vrai, il s’est passé pas mal de choses :

Oxyde Jewelry fait son chemin, tout doucement. Relancer une boutique n’est pas aisé, en particulier quand on change de style, mais je suis très très heureuse de revoir les noms de certaines personnes qui suivaient Unseelie à l’époque. Tout est prêt pour les fêtes qui arrivent, le stock est constitué, il y a même une mini-collection de pièces uniques pour l’occasion, et un code promo à utiliser avant 2017, pour faire des cadeaux ! –> NOEL2016, pour recevoir 25% de remise.

magie-grise

Sinon, hier Estelle Faye a annoncé sur Facebook la sortie de l’anthologie Routes de légendes, qu’elle a co-dirigé avec Jérome Akkouche, pour les éditions Rivière Blanche. Et au sommaire se trouve ma nouvelle Rouge, il s’agit de ma toute première anthologie (et de mon second appel à textes), et je n’en reviens toujours pas. Rouge est un petit voyage introspectif entre le gris de la Bretagne et le rouge vif de la terre de Prony, un texte important pour moi car il est le premier à évoquer la Nouvelle Calédonie (si vous voulez, il y a du bla bla à ce propos ici).

Lire la suite

Et si nous parlions d’Oxyde Jewelry ?

25 septembre 2016

Il est temps, je pense, de vous parler de ce nouveau projet que je monte dans mon coin depuis un petit moment :)

Logo

En janvier, je fermais Unseelie avec la sensation d’être arrivée au bout de quelque chose. Mais je gardais toujours en tête l’envie d’ouvrir une nouvelle boutique plus tard, un autre morceau de moi où je pourrais m’éclater à fabriquer des trucs juste pour le plaisir. J’ai pris le temps de réfléchir à ce que je voulais vraiment faire, d’écrire ce qui devait être écrit, m’amuser, même, à ressortir ma tablette graphique pour dessiner et peindre de temps en temps. Je me suis rendu compte, surtout, que je ne pouvais pas passer mon temps à écrire. Que si je peux me plonger durant des semaines dans mon intérieur pour écrire une histoire, je ne peux pas le faire sur toute une année (je l’ai vraiment cru, hein). Ecrire c’est comme un gouffre, ou un trou noir : à force de tourner autour, il finit par nous avaler. Alors si je dois délayer les périodes d’écriture, je dois combler les espaces entre chaque roman. Travailler sur quelque chose qui me permettrait de me changer les idées, de vider le cache entre chaque univers écrit, me vider la tête dans l’attente du prochain. Quelque chose qui sera aussi bien moins prenant qu’Unseelie, car l’écriture restera prioritaire sur le reste.

J’ai donc commencé à bidouiller des trucs dans mon coin en cherchant une nouvelle technique de bijoutage et j’ai découvert qu’on pouvait utiliser du béton pour ça. Alors, oui, le béton dans les loisirs créatifs, ce n’est pas nouveau mais pour la création de bijoux, je n’avais jamais vu. Cela m’a inspirée plein de choses, à base de textures brutes, de noir, d’acier, de formes pures et géométriques ; industrial et urban en devenaient les maîtres mots, parce que j’aime beaucoup ça. J’ai fait pas mal d’expérimentations ensuite, histoire de trouver comment je pourrais parvenir au résultat que j’attendais, mais aussi comment le reproduire. Cette nouvelle technique était assez déstabilisante puisque je ne travaillais plus autour de pierres naturelles uniques pour créer un bijou unique, mais bien autour de prototypes modelés à la main à partir desquels je devais créer des moules. Et y couler ensuite mon mélange spécial et secret, ma ‘matière noire‘ savamment élaborée et dosée. Je ne mentirai pas en disant que je savais ce que je faisais : bien au contraire, j’ai touché au but totalement par hasard, grâce à une expérimentation qui n’était pas prévue.

Lire la suite

,

Septembre !

5 septembre 2016

C’est la rentrée, c’est la rentrée, c’est la rentrée !

Pour tout dire, je n’aime pas du tout l’été. Déjà, il fait chaud et les jours sont les plus longs de l’année, et j’aime pas. Ensuite, quand on travaille chez soi, en indé, sans vacances et donc sans repère sur les différentes périodes de l’année, on se sent un peu perdus pendant les grandes vacances (parce que, justement, quasiment tout le monde est en vacances). Du coup, quand la rentrée arrive, je suis toujours contente parce que le monde se remet à tourner un peu dans le bon sens, et c’est le retour (normalement) du froid. Et puis c’est l’automne, et après c’est l’hiver, et c’est cool.

Car je suis la magnifique, merveilleuse, Ma Madam' Mim !

« Car je suis la magnifique, merveilleuse, Ma Madam’ Mim ! »

Ceci étant dit, ça fait longtemps qu’on n’a pas parlé boulot, ici. J’ai tendance à délaisser un peu mon site quand je bosse sur des trucs et que je ne peux/ne veux pas en parler parce qu’il n’y a rien de concret. Dernièrement, j’ai terminé ma trilogie post-apo (Tueurs d’angesOracles  Passeurs) et je me suis retrouvée un peu désœuvrée, comme souvent, sans savoir du tout ce que je vais en faire, pour diverses raisons. Après réflexions, il est possible que je les propose à la lecture sur Wattpad (plusieurs fois on m’a demandé si j’allais réactiver Tueurs d’anges, j’en conclus qu’il a été apprécié). MAIS je n’ai pas vraiment décidé. De toute façon, je ne manquerai pas d’en causer ici !

Lire la suite