• Pas de produit dans le panier

Ça faisait longtemps

Le dernier billet sur ce blog plein de toiles d’araignée et de poussière date d’il y a plus d’un mois. Entre temps, un roman a été corrigé (et alpha-lu), une boutique de bijoux a été ouverte, un président américain a été élu, et, euh, voilà.

Bon, en vrai, il s’est passé pas mal de choses :

Oxyde Jewelry fait son chemin, tout doucement. Relancer une boutique n’est pas aisé, en particulier quand on change de style, mais je suis très très heureuse de revoir les noms de certaines personnes qui suivaient Unseelie à l’époque. Tout est prêt pour les fêtes qui arrivent, le stock est constitué, il y a même une mini-collection de pièces uniques pour l’occasion, et un code promo à utiliser avant 2017, pour faire des cadeaux ! –> NOEL2016, pour recevoir 25 % de remise.

magie-grise

Sinon, hier Estelle Faye a annoncé sur Facebook la sortie de l’anthologie Routes de légendes, qu’elle a co-dirigé avec Jérome Akkouche, pour les éditions Rivière Blanche. Et au sommaire se trouve ma nouvelle Rouge, il s’agit de ma toute première anthologie (et de mon second appel à textes), et je n’en reviens toujours pas. Rouge est un petit voyage introspectif entre le gris de la Bretagne et le rouge vif de la terre de Prony, un texte important pour moi car il est le premier à évoquer la Nouvelle Calédonie (si vous voulez, il y a du bla bla à ce propos ici).

dimroute01

L’anthologie sera disponible à la vente en janvier, mais pour les chanceux.ses qui iront à Sèvres, aux Rencontres de l’Imaginaire, le weekend prochain, elle sera disponible en avant-première.

Et pour finir, les boulots en cours… <dramaqueen> J’ai constaté que j’avais toujours du mal à parler de mes projets en cours de réalisation, parce que ça revient à vous causer de trucs que vous ne verrez/lirez que dans longtemps, ou même peut-être jamais. Ce n’est pas que je ne le veux pas, hein, mais entre ce que l’on souhaite et ce qui se passe effectivement, il y a souvent un gouffre </dramaqueen>.

Bref, j’ai repris Elisabeta car après lecture de deux de mes cobayes, j’ai pris conscience des grosses faiblesses du texte. Me voilà donc repartie sur les traces de mes vampirettes préférées, en espérant améliorer tout ça. Pour l’occasion, j’ai testé le logiciel Aeon Timeline (que Lionel Davoust a tellement bien vendu que je n’ai pas eu d’autre choix que de me payer une licence), et ce fut une révélation. Comme tous mes textes se déroulent dans le même univers (et oui) (même le Prunellier) (ça vous en bouche un coin, n’est-ce pas ?), j’ai pu voir se dérouler sous mes yeux ébahis cette timeline, ce qui est incroyablement précieux. Pour l’instant, j’ai dû rapporter un tiers de cette ligne du temps (soit tout A. Town, et Elisabeta), et le travail qu’il reste à faire est énorme, mais je n’ai jamais vu un outil aussi utile et aussi complet que ce logiciel. Il m’a été très utile pour redécouper les chapitres et les points de vue d’Elisabeta (ce sur quoi j’ai travaillé ces derniers jours), et me sert même pour élaborer mes plans et mes intrigues (à l’heure près, si je veux) (oui, je suis une control freak à ce point).

Bref, la magie.

Bref, la magie.

Maintenant, je suis en plein dans la rédaction de certaines parties qui seront ajoutées au texte, en attendant un retour important sur une lecture. Oh, et si vous voulez voir certains personnages (en avant-première), mon chéri en a dessiné deux (pour l’instant) : Saraï et Giovanna (on peut voir Giovanna ici aussi) (hop, c’est cadeau, le compte Instagram dans lequel je m’amuse à mettre des photos).

14550054_1777480965850381_1277600462429749248_n

Finalement, je suis assez contente de me replonger dans un projet puisque je voyais décembre se profiler sans écriture, et ça me déprimait un peu. Dans un prochain billet, je vous parlerai de ce que j’ai terminé cette année, et des projets pour l’année prochaine (avec, si tout va bien, pas moins de 4 bouquins que je publierai moi-même). En attendant, soyez sages !

 

Laissez votre commentaire